Essai publié le 29 septembre 2020

Test de la Yamaha Ténéré 700 Rally - Elle vend du rêve!

Texte de David Zimmermann / Photo(s) de David Zimmermann

Au début de cet été, Yamaha crée le buzz en nous balançant un magnifique teaser mettant en scène la nouvelle Ténéré 700 Rally aux côté d’une vénérable machine d’usine du Dakar de 40 ans son ainée. On ne va pas se mentir, ça vend sérieusement du rêve. J’en avais presque les chaussettes pleines de sable dans mes Birckenstocks rien qu’en la regardant !

Parée d’une superbe robe bleue gauloise soulignée par un kit déco et d’une paire de jantes dorées rendant directement hommage à la toute première Ténéré 600 sortie en 1983 (à l’époque uniquement disponible en France avec ce coloris), Yamaha suit le même créneau que Honda avec son Africa Twin Adventure Sport sortie en 2018 rendant hommage à la vénérable XRV 650. Et ça marche ! 

Je l’avoue sans détour, même si la Ténéré 700 Rally n’est qu’une Ténéré standard déguisée, moi je signe ! Pour un gars qui possède trois vieilles Ténéré 600 dans son garage, il se peut que ce coloris m’ait fait perdre une part significative de mon objectivité. Heureusement, pour l’occasion, j’ai prévu le coup. Je vais proposer à mes compagnons de route de la tester et de donner leur avis. Ça vous semble honnête comme démarche ? Ok, on appelle Yamaha !

- Bonjour Monsieur Yamaha, je vous appelle au sujet de cette nouvelle Ténéré 700 Rally, elle en jette grave, il faut à tout prix que je l’essaie !

- Mais Monsieur Zimmermann, vous venez de tester la Ténéré standard en juillet non ? Vous savez que c’est la même moto ? Ce nouveau coloris ne devrait donc pas biaiser votre opinion non ? 

- Oui Monsieur Yamaha, vous avez raison… Mais celle que vous m’aviez prêté était rabaissée, j’avais passablement tapé le sabot moteur lors de l’essai en tout-terrain. Par pur professionnalisme, il faudrait que j’en teste une non-rabaissée et que je durcisse les suspensions. Et nos lecteurs veulent certainement savoir comment chante ce magnifique Akrapovic !

- Bon très bien. Dans ce cas, je vais en toucher un mot à la responsable marketing, ça devrait être possible, mais vous n’avez pas intérêt à l’abîmer hein ! Avez-vous quelque chose d’original à nous proposer pour ce test ?

- Promis, je me coucherai dessous pour ne pas la griffer si elle tombe ! Voilà ma proposition : quatre jours de roulage dans le nord de l’Italie avec une petite incursion en France également, tous les grands classiques de la région : Route du sel, col de Turini, col de la Bonette, le Parpaillon, le Jafferau, Risoul, le Glandon etc …Il y en a pour environ 1'600 km dont plusieurs centaines en tout-terrain. Je pars avec un groupe de dix motards âgés de 28 à 68 ans et j’ai pensé laisser la moto à tour de rôle à ceux qui sont intéressés à l’essayer, afin de récolter leurs impressions; qu’en dites-vous ?

- Ok, deal, mais pour les amendes d’excès de vitesse, on les enverra toutes à votre adresse !

Le jeu des 7 différences

Par rapport à la moto standard équipée du pack Rally déjà disponible en 2019, la nouvelle Ténéré 700 Rally se distingue au travers de quelques détails. On commence bien évidemment par ses plastiques bleus et ses jantes dorées du plus bel effet.

Elle se pare également du magnifique échappement Akrapovic, du protège-chaîne en alu, de la grille protège radiateur et des clignoteurs à leds. Etrangement, elle perd le guide-chaîne inférieur (à rajouter impérativement !) et le joli support de plaque en alu. En contrepartie, elle reçoit un sabot moteur beaucoup plus enveloppant et des pads en caoutchouc sur les plastiques latéraux. La selle (+ 30 mm) est spécifique à ce modèle. 

Au moment de passer à la caisse, c’est CHF 1'000.- de plus qu’il vous faudra débourser par rapport à la version standard, soit CHF 12'590.- au total.

Suite sur la page 2

Niveau finitions, un bond en avant !

Dans mon test en juillet, j’ai critiqué les finitions de la Ténéré 700 (version noir mat) que je trouvais très cheap, particulièrement au niveau des plastiques. 

C’est fou comme quelques petits détails peuvent changer le rendu final de la moto. Tout d’abord, les plastiques peints, ça rend beaucoup mieux et cette constatation est également valable pour la version blanche. Vous lui ajoutez une paire de jantes dorées et un kit déco qui rappelle la toute première Ténéré 600 sortie en 1983, et les puristes de mon genre ne peuvent qu’approuver ! 

Bien qu’aucun composant du kit Rally (mise à part le sabot) n’apporte une vraie fonctionnalité, ils contribuent tous à donner un meilleur fini à la moto. L’échappement Akrapovic est juste sublime, la grille de protection de radiateur, tout comme le protège-chaîne en alu avec les logos Ténéré 700 gravés, flattent l’œil averti. Et même si elle est tout sauf confortable, la selle en une pièce de la Rally affine son arrière-train de manière très élégante. Visuellement, je trouve également que les pads en caoutchouc collés sur les caches latéraux sont une vraie réussite esthétique et évitent de griffer ces plastiques très fragiles.

Une fois n’est pas coutume, je vais laisser la parole à certains de mes compagnons de route qui ont été intéressé à tester cette nouvelle Ténéré 700 Rally lors de notre petit périple. Je reviendrai sur mes impressions par rapport à mon premier test en fin d’article.

L’avis de Jean-Michel 65 ans (roule en Suzuki DRZ-400 et Africa Twin 1000)

La Ténéré 700 c’est une superbe « petite-grosse ». Elle a les qualités d’une grosse au niveau du moteur et du confort. On peut sans autre envisager de longues étapes routières à son guidon et malgré tout elle a beaucoup de qualités qu’on trouve sur les plus petites cylindrées, particulièrement son agilité ; c’est à mes yeux une de ses plus grandes qualités. Dans les épingles, je trouve que c’est la seule moto qui tourne aussi bien qu’une GS. L’Africa Twin n’a pas cette agilité. Sa deuxième grande qualité pour moi est qu’elle ne fait aucun bruit !

En pratique, j’ai de la peine à voir où sont les 210 mm de course de la suspension. Ça tape beaucoup trop et je trouve bizarre qu’il n’y ait pas l’effet « coussin d’air » sur la première partie de sa course, avant de devenir progressivement plus dur. Je pense que c’est une histoire de réglage, mais ça devrait être modifiable. 

C’est vrai qu’elle a quand même bien moins de coffre que mon Africa Twin, et même moi qui roule principalement des petites cylindrées, je me suis vite habitué au couple de la Honda. Cela dit, je serais tout à fait prêt à faire ce sacrifice pour économiser 30 kg. 

Il est très probable que la Ténéré 700 soit la moto qui remplacera mon Africa Twin dans quelques années. Elle passera impérativement par la case préparation des suspensions, comme mes dernières motos.

L’avis de Laurent 49 ans (roule en KTM 950 Adventure et beaucoup d’autres…) 

J’avais essayé la MT-07 équipée du même moteur CP2 que la Ténéré à sa sortie et la moto ne m’avait pas convaincu. Dans ce châssis, la combinaison est très réussie. J’apprécie qu’elle soit montée avec des jantes de 18 et 21 pouces, comme toute vraie moto de tout-terrain. Tout est facile à son guidon, la position debout est bonne. Le moteur est très souple et descend sans problème en dessous de 3'000 tr/min. A bas régime, il a même un petit côté « monocylindre » pas désagréable. Les freins ont du mordant, il faut faire attention quand on vient d’une moto à simple disque de ne pas trop piler sur la poignée. 

En tout-terrain, je pense qu’elle a le mérite d’être très accessible à tout un chacun. Pour les quelques pourcents d’utilisateurs qui la soumettraient à une utilisation « soutenue », il faudra passer par la case préparation. Les suspensions d’origine avouent vite leurs limites en conduite sportive. Vu la popularité de la T7, on trouve déjà plusieurs kits sur le marché, dont celui du pape de l’Africa Twin en Italie, Roberto Boano. Il n’y a pas grand chose d’autre à modifier sur la Ténéré pour en faire une excellente moto de tout-terrain. 

Dans les points à revoir, je trouve la selle trop dure et peu confortable. Le pot d’échappement est très exposé et sera endommagé à la première chute. Il risque également d’abimer le bras oscillant. Il faudrait le repositionner plus haut. Niveau finitions, certains détails peuvent être améliorés, par exemple les vis qui dépassent des écrous à certains endroits. En tant que mécano ça me fait mal aux yeux ! 

L’avis de Cyrille 29 ans (roule en Honda XR650R et KTM 990 Adventure)

Je ne peux pas vraiment la comparer à la XR650R avec laquelle je roule sur ce trip, elles sont trop différentes, mais plutôt à ma 990 Adventure. Avec la Ténéré, il faut rouler dans les tours pour exploiter le moteur. La cylindrée est plus faible et bien évidemment elle a moins de pêche quand on ouvre la poignée. Par contre, je trouve le moteur très agréable, tout en souplesse. C’est l’inverse de ma XR650R qui est brutale à la remise des gaz et plus fatigante à rouler malgré son avantage sur la balance. 

Je trouve la fourche trop souple pour une utilisation tout-terrain soutenue. J’ai tapé au fond sur une ornière alors que je ne roulais pas vite. 

L’équilibre et la facilité générale de conduite pour une moto de 200 kg sont bluffants. La monte d’origine de la Ténéré, les Pirellis Scorpio Rally STR m’ont épaté. Avec leur profil faussement « off-road » je m’attendais à ce que ça passe mal en tout-terrain, particulièrement le jour où l’on a roulé sous la pluie. Contre toute attente, le grip est suffisant et je n’ai eu aucun souci de ce côté là. 

Le tableau de bord est peu lisible, surtout après avoir roulé sur des chemins en terre, on ne voit plus rien dès qu’il est recouvert d’une fine couche de poussière. Ce serait cool d’avoir un compte-tour un peu plus visible, surtout que lorsqu’on roule à plusieurs, on n’entend absolument pas le moteur de la Ténéré et j’ai eu parfois de la peine à savoir à quel régime je roulais.

Suite sur la page 3

L’avis de Philippe 65 ans (roule en KTM 690 Enduro et KTM EXC 500)

Je la trouve magnifique ! Avec ce coloris bleu elle m’évoque les années d’or du Dakar du début des années 80. Elle est facile à prendre en main et on est tout de suite en confiance à son guidon. Je ne l’ai essayée que sur la route et avec mes 1.72 m, je la trouve trop haute. Je ne me sentirais pas à l’aise en tout-terrain avec. Comparé à la planche de bois de la 690, je trouve la selle pas si inconfortable que ça, bien je n’aie pas passé des heures à son guidon non plus. Même si sur le papier elle a quasiment la même puissance que ma KTM, la 690 donne l’impression d’en avoir beaucoup plus en pratique. Le moteur est plus coupleux et surtout plus fun à rouler avec son shifter qui permet de passer les rapports à la volée. La Ténéré par contre est une moto plus universel. Elle est beaucoup plus adaptée au voyage.

L’avis de David 28 ans (roule en KTM 950 Adventure et Yamaha TT 600)

Esthétiquement, je la trouve très belle. La prise en main est vraiment facile, aussi bien sur route qu’en tout-terrain. Même si sur papier elles font presque le même poids, la Ténéré paraît beaucoup plus légère que la 950, particulièrement l’avant qui pardonne beaucoup plus que celui de la KTM, assez piégeur à basse vitesse. Je trouve l’ergonomie de la moto très bonne, aussi bien assis que debout. Le moteur est excellent d’un point de vue efficacité. Il a assez de puissance et sa souplesse est un atout indéniable en tout-terrain dans les sections difficiles. Il n’est pas forcément nécessaire de le tirer au-dessus de 8'000 tr/min. Il a une bonne reprise en 5ème et 6ème et le freinage est excellent. Par contre, la suspension est trop souple pour une utilisation tout-terrain intensive. 

Malgré toutes ses qualités, je ne la troquerais pas contre ma 950, dont le caractère moteur est meilleur que toutes les motos modernes que j’ai pu essayer.

L’avis d’Alain 48 ans (roule en KTM 690 Enduro, KTM 709 Adv et Cagiva Elefant)

C’est probablement le trail idéal pour débuter en off-road. La prise en main est facile et pour un bicylindre elle est très étroite. Le moteur est très souple et facilement exploitable. Je la trouve très réussie, particulièrement cette édition Rally avec son coloris bleu. C’est certainement la moto que je prendrais pour faire un tour du monde.

L’avis de Louis 65 ans (roule en Honda CFR250L, Africa Twin 1000 DCT, BMW 1200 GS entre autres...)

Celui qui doit n’acheter qu’une seule moto, c’est la Ténéré qu’il lui faut. Je ne l’ai testée que sur la route, et j’aime beaucoup son moteur linéaire et son agilité. Elle est très facile à prendre en main et son moteur m’a semblé plus puissant que sur le papier. On roule plus vite qu’on le pense à son guidon parce qu’elle ne fait presque pas de bruit, et quand on regarde le compteur on est déjà à 130 km/h ! 

L’avis d’Anatole 29 ans (roule en Ténéré 700 et Transalp 600)

J’ai acheté ma Ténéré 700 en début d’année et je l’utilise aussi bien pour aller au travail que pour voyager ou faire des sorties tout-terrain le weekend. J’ai brièvement pris le guidon de la Rally pour la comparer à la mienne. La selle est clairement moins confortable. Je trouve que l’échappement Akra sonne un peu mieux que l’original à haut régime. Le réglage de l’amortisseur arrière est trop dur sur la Rally par rapport à la mienne. La mienne est équipée de vrais pneus tout-terrain (Motoz Tractionator) et je dois dire qu’ils m’apportent plus de confiance que la monte d’origine. Niveau look, je trouve la Rally plus jolie que la mienne.

Suite sur la page 4

Le mot de la fin

Après avoir laissé la parole à mes compagnons de route que je remercie d’ailleurs chaleureusement au passage, j’en profite pour revenir sur certaines remarques et critiques que j’ai formulées lors de mon premier test

Les suspensions

La moto que j’avais utilisé lors du Alps Tourist Trophy était rabaissée (-18 mm). J’ai tapé le sabot dans les ornières à de nombreuses reprises, même à basse vitesse. Je n’avais alors pas touché aux réglages de l’amortisseur, ce qui était une erreur de ma part.

Au premier jour de ce test avec la Rally, avec l’aide de Jean-Michel, nous avons donc directement durci l’amortisseur de la Rally (3 clics pour la précharge, 5 clics pour la compression et 5 clics pour la détente). La différence est immédiatement perceptible. L’arrière de la moto pompe beaucoup moins. Elle devient certes plus dure, mais surtout plus stable. Je n’ai pas tapé le sabot une seule fois durant ce tour. 

Je pense pouvoir dire sans trop prendre de risques qu’avec une moto non rabaissée, sans bagages et particulièrement avec des réglages d’amortisseur plus durs, je n’aurais pas eu de problèmes sur le Alps Tourist Trophy et cela devrait être valable pour la majorité des utilisateurs.

Pour les pilotes plus exigeants ou pour ceux qui voyagent chargés ou même en duo, il va falloir se pencher sur la question. Ce ne sont pas les alternatives qui manquent et il y en a pour tous les budgets. D'après des gens beaucoup plus compétents que moi, la raideur du ressort de l'amortisseur d'origine (70N/mm) convient idéalement à un utilisateur de 75 kg sans bagagerie.

La boîte de vitesse

Lors de mon premier essai, la boîte de vitesse dure et très bruyante m’avait carrément dérangé. Rien de tel à signaler sur la Rally que j’ai utilisé pour ce tour ni même sur la moto d’Anatole que j’ai également essayée afin d’en avoir le cœur net. Aucun de mes compagnons n’a émis la moindre remarque concernant cette boîte de vitesse. J’en conclu que le problème n’est pas lié au modèle lui-même, mais plutôt à certains exemplaires ou du moins à celui que j’ai eu entre les mains. 

La selle : haute et dure

J’ai mis un short de cycliste sous mes pantalons de moto pour survivre les 400 km du trajet Fribourg-Cuneo, surtout qu’on partait encore pour une boucle de 130 km l’après-midi même. Si la selle d’origine n’est pas un modèle de confort, la selle Rally est une punition. Il n’y a guère que la selle de la KTM 690 Enduro qui fait pire à ma connaissance. 

Sa finesse et ses 30 mm supplémentaires sont certes des avantages pour une utilisation tout-terrain intensive, car les changements de positions sont facilités, mais seul une infime partie des clients aura réellement ce genre de besoins. Pour les autres, la selle Rally est plutôt limitative par sa hauteur supplémentaire et par son inconfort pour une conduite routière.

La bande son

Le magnifique échappement Akrapovic n’a que… la gueule. Niveau sonorité, il est tout aussi discret que l’original, je n’ai pas pu remarquer la moindre différence. 

Si plusieurs de mes compagnons de routes ont apprécié le silence de la Ténéré, pour ma part, j’aurais espéré une bande-son un peu plus sexy avec l’Akra. Apparemment, il va falloir s’y habituer en raison des nouvelles normes EURO 5, les motos ne doivent pas faire plus de bruit qu’un aspirateur… 

La conso

Niveau consommation, sur 1’600 km, j’ai obtenu une moyenne de 4.8 L/100km, un peu mieux que lors du Alps Tourist Trophy (5.1 L/100km). La jauge à essence est toujours assez fantaisiste et il ne faut pas trop stresser une fois que la réserve s’allume, il reste bien 100 km d’autonomie (pour un total d’environ 300km).

Le verdict

La Ténéré 700 m’avait déjà convaincu lors de mon premier essai et je ne vais pas me répéter ici. C’était pourtant pour des raisons purement objectives ; son efficacité, sa facilité de prise en main, sa simplicité, sa polyvalence et son prix plancher.

La Ténéré 700 Rally devient carrément désirable pour des raisons cette fois toutes subjectives; son nouveau coloris « Gauloise », ses jantes dorées et ses quelques accessoires qui booste un peu le niveau des finitions pas folichon de la version standard, tout ça uniquement pour le plaisir des yeux. 

Il ne fait aucun doute que la Ténéré 700 standard reste le meilleur rapport qualité-prix si le coloris et les options purement esthétiques vous importent peu. Dans ce cas, vous aurez bien meilleur temps d’investir les CHF 1'000.- économisés par rapport à la Rally dans de l’équipement fonctionnel comme un porte-bagage, une béquille centrale, un sabot moteur plus costaud ou encore des protections.

Si, comme moi, vous vous êtes fait envouter par cette Ténéré 700 Rally, soyez prêt à vous délester de quelques billets supplémentaires car il faudra songer à l’équiper d’une selle utilisable sur des longues distances (donc probablement d’acheter les selles conducteur et passager), d’un guide-chaine inférieur et au minimum d’un porte-bagages pour ne pas avoir à trimbaler toutes vos affaires dans un sac à dos comme je l’ai fait lors de ce trip. Moi, j'ai jamais acheté une moto purement pour des raisons objectives, donc ça sera la bleue ou rien. Bon, je signe où Monsieur Yamaha ?

David

Au final...

On a aimé :
+
belle belle belle !!!!!!
+
sa facilité de prise en main
+
son prix canon
+
son moteur hyper souple, idéal pour le tout-terrain
+
son excellent freinage
+
sa simplicité
+
sa polyvalente
On a moins aimé :
-
sa selle trop dure et trop haute pour les personnes de moins d'1.80m
-
le son de l'Akrapovic très discret, pareil à l'original
-
son autonomie limite pour une Ténéré (300 km)
-
oubliez le duo avec cette selle sous peine d'un divorce dans les 2 heures
-
souplesse des suspensions
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
belle belle belle !!!!!!
+
sa facilité de prise en main
+
son prix canon
+
son moteur hyper souple, idéal pour le tout-terrain
+
son excellent freinage
+
sa simplicité
+
sa polyvalente
On a moins aimé :
-
sa selle trop dure et trop haute pour les personnes de moins d'1.80m
-
le son de l'Akrapovic très discret, pareil à l'original
-
son autonomie limite pour une Ténéré (300 km)
-
oubliez le duo avec cette selle sous peine d'un divorce dans les 2 heures
-
souplesse des suspensions

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Yamaha
Modèle :
Tenere 700 Rally
Année :
2020
Catégorie :
Routière
Kit 25 kW :
Disponible
Moteur
Type :
4 temps, 4 soupapes, DACT, 2 cylindres
Cylindrée :
689 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Système à injection électronique
Performances
Puissance max. :
73 ch à 9'000 tr/min
Couple max. :
68 Nm à 6500 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
À bain d'huile, Multidisque
Partie cycle
Châssis :
Châssis tubulaire en acier, double berceau
Suspension AV :
Fourche inversée télescopique, diamètre 43mm
Course AV :
210 mm
Suspension AR :
Bras oscillant (type Monocross)
Débattement AR :
200 mm
Pneu AV :
90/90 R21
Pneu AR :
150/70 R18
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double frein à disque hydraulique, Ø 282 mm
Frein AR :
Simple frein à disque hydraulique, Ø 245 mm
Dimensions
Longueur :
2'365 mm mm
Empattement :
1'590 mm mm
Largeur :
915 mm mm
Hauteur de selle :
910 mm
Réservoir :
16 l litres
Coloris disponibles
Coloris :
bleu
Catalogue
Prix de vente :
CHF 12'590.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Etanchez votre soif de chemins avec les Honda CRF 300 L et CRF 300 Rally
L'enduro de route de Honda se perfectionne avec notamment une 6ème vitesse, un châssis plus souple et un meilleur rapport poids/puissance. C'est peut-être elle l'alliée du voyage en tout terrain que vous rêvez de faire.
Kawasaki se projette vers l'avenir avec de courtes vidéos
En marge de la présentation de ses nouveautés, la marque partagé trois vidéos suggérant des développements à venir.
Ducati Diavel 1260 Lamborghini - 630 pièces d'art mécanique italien
Ducati et Lamborghini, deux marques propriété de Volkswagen, ont chacune un certain prestige. Toutes deux issues de la Motor Valley, elles partagent les mêmes routes pour la mise au point de leurs machines.
JC Racing Béziers imagine une 848 SS, hommage aux Super Sport italiennes
Jérémie Duchampt, mécanicien dans le sud-ouest de la France s'était déjà penché sur une Streetfighter 1098 en début de saison. Certainement inspiré, il rend hommage cette fois-ci aux 750 SS et 900 SS sur une base de 848.
Honda CMX1100 Rebel - Le cruiser populaire poussé en taille XL
Avec sa CMX500, Honda a joué la carte du classicisme avec justesse, ce qui a placé le cruiser 500 cm3 en 3ème place du marché européen. Petit emprunt à la banque d'organes de la marque pour sortir une version XL.
Le roadster à compresseur s'offre une amélioration - Kawasaki Z H2 SE
La Kawasaki Z H2 a jeté un pavé dans la mare en adoptant le compresseur pour un roadster. Deux ans après sa sortie, le modèle d'offre une SE mieux équipée.

Hot news !

Une KTM 1290 Super Duke RR en approche
Nos confrères de Motociclismo.it viennent de divulguer qu'une KTM Super Duke RR devrait être dévoilée dans les prochains jours.
Honda CBR 1000 RR-R Fireblade - De la route à la piste, un essai complet
La nouvelle Honda Fireblade regroupe tous les superlatifs tout en restant homologuée. L'essai au Qatar était focalisé sur le circuit, mais une fois lâchée sur route ouverte, qu'est-ce que ça donne ?
Triumph Trident – Le constructeur anglais dévoile sa chasseuse de MT-07
Le constructeur anglais maîtrise à merveille l'art de la communication et dévoile peu à peu ce que sera sa Trident qui est annoncée comme un roadster au tarif serré et qui arrivera au printemps 2021.
L'Aprilia Tuareg 660 surprise lors de ses premiers roulages
Elle était attendue depuis sa vague annonce lors du salon EICMA de Milan l'année passée. En voici les premiers clichés (de médiocre qualité) lors d'un roulage, l'Aprilia Touareg 660 entend bien venir se mêler à la guerre des Adventures mid-size.
Une aéro active sur la future S1000RR ? C'est possible
Après avoir conquis le microcosme du MotoGP, les appuis aérodynamiques font leur place sur les modèles de série afin de pouvoir courir en World Superbike, la prochaine en date à en bénéficier sera vraisemblablement la BMW S1000RR et ils seront actifs.
Essai KTM 890 Duke R - Super Scalpel, mais pas Super Duke
2 ans déjà que la 790 Duke est sortie, premier bicylindre en ligne de la marque Autrichienne. Entre la toute première image saignante et la moto finale on avait perdu un peu d'éclat. Du proto 2016 à la 890 Duke R, on s'y retrouve beaucoup plus !