Essai publié le 27 novembre 2018

Essai Triumph Street Twin – Crapule à l’anglaise [page 2]

Texte de Mathias / Photo(s) de Mathias Deshusses / Triumph Motorcycles

Pages

Voici pour les particularités techniques et fonctionnelles de cette petite Street Twin. Prenons place sur la nouvelle selle, plus épaisse de 10mm, et voyons comment se présente la moto en dynamique. Accessible, avec une hauteur de seulement 760mm, la moto est fine, très fine, et on a presque l’impression que les genoux vont se toucher lorsqu’on serre le réservoir. Les jambes sont certes plus pliées que sur sa grande sœur, mais j’ai tout de même de l’espace pour m’installer à bord.

Première impression, un rien déstabilisante pour moi, les commandes qui sont fortement inclinées vers l’avant, imposant une position de conduite nettement plus en appui qu’imaginée. Un coup de démarreur et le twin vertical prends vie, dans une sonorité déjà bien présente. Et ce n’est pas un euphémisme, tant ce moulin est vivant et plein de pêche. Un poil rustre, il relance la machine avec entrain dès 3000tr/min, ne rechignant pas à monter jusqu’aux 7500tr /min de la puissance maxi. Les vibrations sont toutefois assez présentes dans le haut du compte-tour, et on se plait à évoluer entre 3000 et 5500tr/min, zone du couple maxi. Il faut savoir que les courbes de puissance et de couple ne sont pas tout à fait les mêmes que sur le Scrambler, et c’est vrai qu’en terme de sensations, la Twin donne la sensation d’en avoir plus pour son argent. Le poids a beau être le même, la position de conduite, l’agilité et la façon dont la puissance est distillée changent la donne. A son guidon, tout semble plus facile que sur le Scrambler, et on a l’impression de gagner en efficacité. La nouvelle fourche d’un diamètre de 41mm travaille bien, et absorbe les petites aspérités de la route avec brio. Le freinage est plus que correct, offrant une puissance et un mordant qui, sans être violents, s’avèrent d’une efficacité redoutable pour parer à tout imprévu. Un banc de sable poussé par le vent en plein milieu d’un virage, par exemple.

En termes de tenue de route par contre, je suis plus circonspect. Et c’est principalement dû à la monte d’origine, les Pirelli Phantom n’étant clairement pas à leur avantage sur route mouillée. Dans des conditions de déluge telles que nous les avons vécues lors de cet essai, climat océanique oblige, le grip de ces pneus a clairement été pris en défaut, et j’ai vu certains de mes collègues faire de belles bananes avec leur pneu arrière, malgré les assistances. Sur route sèche en revanche, je n’ai pas rencontré de problème particulier et le feeling était au rendez-vous, procurant un gros plaisir de conduite sur les petites routes du Portugal. Je n’ai pas noté de différence notable entre les modes « Road » et « Rain », qui agissent principalement sur le niveau d’intervention desdites assistances ainsi que sur la progressivité de la poigné de gaz, mais je ne peux constater que je ne me suis pas fait de grosse frayeur, malgré le rythme élevé imprimé par l’ouvreur de mon groupe. La partie-cycle, quant à elle, ne fait pas preuve d’une extrême rigidité et permets de sentir l’âme de la Bonneville vivre dans les courbes. Tout cela participe grandement au charme dégagé par cette machine, digne héritière de la T120TT de 1963. Le confort de selle est excellent, et le son accompagnant les montées en régime est jouissif, sourd et ronronnant à la fois. Très franchement, à part au niveau de l’esthétique, je ne vois pas de raison de craquer pour les - néanmoins - sublimes Vance&Hines du catalogue d’accessoires. Car cette moto, chouchou des préparateurs, dispose d’un catalogue de plus de 140 pièces dédiées à sa customisation, allant de selles type café racer aux clignotants compacts à LED en passant par des têtes de fourche et des kits de suppression de garde-boue arrière. Triumph propose d’ailleurs deux kits de base (« Urban Ride » et « Café Custom »), dont les infos et photos figurent en fin d’article.

Les quelques 17500 propriétaires ayant cédé à ses avances depuis 2016 ne s’y sont pas trompé : la Twin est une charmante moto, plaisante et facile à prendre en main. Et elle se bonifie encore cette année, avec un train avant de qualité et une puissance accrue. L’électronique se fait de plus en plus présente, mais toujours de façon très discrète, et le moteur est un vrai régal, emmenant son pilote d’une épingle à l’autre dans un grondement typique de la firme anglaise. Elle distille de belles sensations et attirera immanquablement le regard sur votre passage. Une belle découverte, assurément.

Disponibilité à la mi-janvier 2019, au tarif de 10'490.- CHF (hors frais de transport et de mise en route)

Le kit Urban Ride :

  • Une selle capitonnée marron type café racer
  • Un kit de carter d'huile noir
  • Un kit de suppression de garde-boue
  • Un bouchon de réservoir d'huile noir usiné
  • Des écopes d'admission noires
  • Une sacoche en coton ciré noir
  • Des clignotants LED

Le kit Café Custom :

  • Un combiné de suspension arrière Fox
  • Des silencieux Vance & Hines
  • Un kit de suppression de garde-boue arrière
  • Des clignotants LED
  • Un bouchon de réservoir d'huile noir usiné
  • Des écopes d'admission noires

Mathias

Au final...

On a aimé :
+
Moteur hyper vivant
+
Finition haut de gamme
+
Sonorité envoutante
On a moins aimé :
-
Commandes trop inclinées
-
Grip des pneus d’origine
-
Châssis qui manque de rigueur dans les enchainements rapides
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Moteur hyper vivant
+
Finition haut de gamme
+
Sonorité envoutante
On a moins aimé :
-
Commandes trop inclinées
-
Grip des pneus d’origine
-
Châssis qui manque de rigueur dans les enchainements rapides

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Street Twin
Année :
2019
Catégorie :
Cruiser
Moteur
Type :
Bicylindre parallèle, angle de vilebrequin de 270°, ACT simple, 8 soupapes
Cylindrée :
900 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique multipoint séquentielle
Performances
Puissance max. :
65 ch à 7500 tr/min
Couple max. :
80 Nm à 3800 tr/min
Transmission
Finale :
Chaîne à joint torique
Boîte :
5 rapports
Embrayage :
Embrayage assisté multidisque à bain d'huile contrôlé par câble
Partie cycle
Châssis :
Berceau tubulaire acier
Suspension AV :
Fourche KYB de 41 mm avec cartouche d'amortisseur
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Double amortisseur KYB à précharge réglable
Débattement AR :
120 mm
Pneu AV :
100/90-18
Pneu AR :
150/70 R17
Freinage
ABS :
Oui
Frein AV :
Simple disque de 310 mm, étrier fixe 4 pistons Brembo
Frein AR :
Simple disque de 255 mm, étrier flottant 2 pistons Nissin
Dimensions
Longueur :
2090 mm
Empattement :
1415 mm
Largeur :
785 mm
Hauteur de selle :
760 mm
Poids à sec :
198 kg
Réservoir :
12 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Matt Ironstone
 
Korosi Red
 
Jet Black
Catalogue
Prix de vente :
CHF 10390.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Tricana Motorcycles présente la bien nommée MV Agusta La Rouge
Le garage Tricana Motorcycles sis sur les rives du Léman à Corseaux près de Lausanne nous propose une F3 675 revisitée et dénommée maintenant "La Rouge".
Offre d'emploi - Horizon Moto à Bevaix (NE) recherche un mécanicien moto
L'agent Kawasaki du Littoral neuchâtelois recherche un mécanicien moto qualifié, de préférence avec une expérience confirmée sur les modèles Kawasaki.
La Grande Evasion by Guy Martin
Film mythique et scène mythique, tous ceux qui ont vu La Grande Evasion se souviennent du fameux saut du capitaine Hilts, incarné par Steeve McQueen au-dessus de la clôture pour fuir les nazis à sa poursuite.
Husqvarna confirme l'arrivée prochaine de la Norden 901
Présentée lors du salon EICMA 2019 au stade de prototype très avancé, la Husqvarna Norden 901 écumera bientôt nos routes.
Lancement de la Triumph Rocket III R & GT, à Uniquement Vôtre, Lausanne
Première rencontre (visuelle) hier soir et des chiffres qui sautent à la figure : 2458 cm3, 167 chevaux, 225 Nm, -40kg et un 0-100km/h en 2.9s...
Triumph Tiger 900 2020 – Déclinée en 5 versions !
Ce n'est pas une, ni deux mais bel et bien cinq versions de la nouvelle Triumph Tiger qui arrivent : la Tiger 900, la Tiger 900 GT, la Tiger 900 GT Pro, la Tiger 900 Rally et enfin la Tiger 900 Rally Pro ! De quoi satisfaire chacun.

Hot news !

Hivernage moto - Quelques conseils avant que le froid calme nos ardeurs
Remisage moto, hivernage moto, ces mots commencent à revenir à nos oreilles. Sacrilège, le froid est de retour, du coup, quelques mesures s'imposent pour passer l'hiver en toute sérénité.
Triumph Tiger 900 GT et Rally  2020 – Le deuxième teaser est publié
Le premier teaser nous avait laissé sur notre faim en ne laissant qu'entrevoir les lignes de la nouvelle Tiger 900 2020, ce second opus bien plus long en dit bien plus.
Norton Superlight SS – Light is right and… beautiful
Les Anglais de chez Norton viennent de publier le premier cliché de leur future sportive mid-size et cette dernière s'annonce des plus redoutables.
Triumph Tiger 900 – Le constructeur anglais nous réserve encore des surprises
Le constructeur anglais vient d'annoncer qu'une nouvelle Tiger 900 sera lancée le 3 décembre 2019, tout n'avait donc pas été dévoilé lors du salon EICMA de Milan.
EICMA 2019 – MV Agusta Rush 1000 – Dragster de 208cv en approche
MV Agusta vient de surprendre tout le monde en dévoilant une nouveauté inattendue, un roadster proche du dragster des rues affichant pas moins de 208cv et un look ultime à la MV.
EICMA 2019 - MV Agusta dévoile une Superveloce 800 « économique »
Dévoilée et commercialisée à prix d’or, version Oro oblige, l’année passée, la Superveloce 800 avait frappé fort, étant adulée ou détestée. Le constructeur de Varèse proposera dès 2020 une version plus « économique ».