Essai publié le 27 novembre 2018

Essai Triumph Street Twin – Crapule à l’anglaise

Texte de Mathias / Photo(s) de Mathias Deshusses / Triumph Motorcycles

Samedi, je vous parlais de la toute nouvelle Street Scrambler de la firme de Hinckley. C’est au tour de sa petite sœur, la Street Twin, d’avoir les honneurs de ma plume. Pour ceux qui n’auraient pas suivi, les deux motos m’ont été présentées ensemble du côté de Lisbonne au Portugal. Un terrain de jeu idéal pour ces deux machines de la catégorie Modern Classic, comme aime à les positionner Triumph.

Quand je parle de la petite sœur du Scrambler, c’est bien sûr en rapport avec ses dimension globales, plus mesurées. Car les deux sœurs de la famille Street partagent de nombreux gènes. A commencer par le moteur, un bicylindre de 900cm3 refroidi par eau. Si si, vous avez bien lu. Les ailettes fraisées du bloc calé à 270° et les caches en alu brossés qui semblent protéger des carburateurs ne sont là que pour le style, fort réussi d’ailleurs. Un discret radiateur prends place à l’avant, en prenant soin de de ne pas dénaturer l’esprit de la moto. Car nous sommes ici en présence de l’ultime descendante de la mythique Bonneville, une moto dont le nom tire son origine du record de vitesse établit par la marque en 1956, sur les « Bonneville Salt Flats » de l’Utah, aux Etats-Unis. Voici donc sa descendante, version 2019. La base commune développe à présent 65cv, à 7500tr/min, soit une puissance en hausse de 18% par rapport à la version précédente, sortie en 2016. La partie-cycle évolue également afin d’encaisser cette vague de puissance supplémentaire avec un nouveau train avant composé d’une fourche KYB de 41mm de diamètre ainsi qu’un système de freinage confié à Brembo, avec un disque de 310mm pincé par des étriers à 4 pistons opposés. Le réservoir n’embarque plus que 12 litres, mais avec une consommation annoncée de seulement 3,9l/100, l’autonomie devrait être largement suffisante. A confirmer lors d’un prochain test sur la durée. L’électronique est également identique, avec un accélérateur électronique ride-by-wire, un ABS et un antipatinage désormais déconnectables, un embrayage assisté antidribble et deux modes de conduites (Road et Rain). Dernier point commun, malgré une grosse différence de style et de gabarit, le poids, qui reste contenu à 198kg à sec.

Alors, par rapport au Scrambler, qu’est-ce qui change, concrètement ? L’angle de chasse est légèrement plus fermé (25,1° contre 25,6° sur le Scrambler) et donc l’empattement se trouve forcément réduit, passant de 1445mm à 1415mm. Remplacez la roue avant en 19’’ par une de 18’’ et l’agilité devrait s’en trouver grandement améliorée. La moto est un peu plus basse de 64mm (760mm de hauteur de selle contre 790) et son guidon moins large de 50mm. Déjà impressionné par le gabarit contenu du Scrambler, je dois avouer que du haut de mon mètre quatre-vingt-quatre, je redoute un peu l’exercice, de peur de ressembler à un crapaud sur une boite d’allumette, comme on dit. Au niveau du moteur, le couple est identique, soit 80nm, mais disponible un peu plus tard, à 3800tr/min. La puissance également identique, mais ce sont les courbes qui différent légèrement, pour mieux coller à la personnalité de chaque machine.

Au niveau visuel, bien sûr, aucune chance de confondre les deux. La Street Twin est un joli exercice de style, savant mélange de vintage et de modernité, qui sait flatter la rétine. Le feu arrière à LED en est un brillant exemple, lui qui est de forme ovale, mais ne laisse paraitre en feu de route qu’un unique cerclage donnant l’illusion d’un phare rond.

De loin, la moto semble très classique. Mais quand on s’approche, une multitude de petits détails accrochent le regard. Du logo Triumph sur le cache de l’ampoule de phare avant (seul le feu arrière est à LED) à l’inscription « Bonneville » sur l’entourage du compteur, des nouvelles jantes à bâtons en aluminium usiné au bouchon de réservoir chromé, décentré et frappé du nom de la marque.

Les designers ont vraiment soigné les finitions et cette moto est vraiment valorisante. La ligne est très fluide, et il s’en dégage une forme de classe à l’anglaise. Seule faute de goût, le garde-boue avant, peint sur le Scrambler, mais mat sur la Twin, et donc en plastique brut qui détonne par rapport au degré de finition élevée de la moto.

Les aspects pratiques ne sont certes pas le point fort de cette Street Twin, mais on pourra tout de même noter quelques efforts, comme des leviers réglables en écratement, des valves de gonflage intégrées aux bâtons des jantes et une prise USB sous la selle. En option, un système de capteur de pression peut être ajouté à l’achat, tout comme des poignées chauffantes. J’ai d’ailleurs eu l’occasion de les tester (si si !) et elles fonctionnent très bien. Réglables sur deux niveaux et parfaitement intégrées, avec un unique bouton sur la poignée gauche, on regrettera juste qu’il n’y ait pas de témoin lumineux allumé en permanence lorsqu’elles sont enclenchées. L’indication de leur fonctionnement, ainsi que de leur niveau de puissance, apparaitra ponctuellement dans la fenêtre LCD du petit compteur. Lequel, minimaliste à souhait, ne comprends qu’un cadran à aiguille, le régime moteur étant une des options d’affichage numérique de l’ordinateur de bord, commandable au guidon, au même titre que l’heure, les trips ou le décompte avant réserve, entre autres infos. Seule la jauge à essence, le choix des modes moteur et le témoin de rapport engagé restent constamment affichés. Au niveau de la protection, pas de mauvaises surprises, l’acheteur saura à quoi s’attendre. Et même après la pluie, le simple fait de prendre la route sur une chaussée détrempée suffira à vous repeindre dans les moindres détails.

Voici pour les particularités techniques et fonctionnelles de cette petite Street Twin. Prenons place sur la nouvelle selle, plus épaisse de 10mm, et voyons comment se présente la moto en dynamique. Accessible, avec une hauteur de seulement 760mm, la moto est fine, très fine, et on a presque l’impression que les genoux vont se toucher lorsqu’on serre le réservoir. Les jambes sont certes plus pliées que sur sa grande sœur, mais j’ai tout de même de l’espace pour m’installer à bord.

Première impression, un rien déstabilisante pour moi, les commandes qui sont fortement inclinées vers l’avant, imposant une position de conduite nettement plus en appui qu’imaginée. Un coup de démarreur et le twin vertical prends vie, dans une sonorité déjà bien présente. Et ce n’est pas un euphémisme, tant ce moulin est vivant et plein de pêche. Un poil rustre, il relance la machine avec entrain dès 3000tr/min, ne rechignant pas à monter jusqu’aux 7500tr /min de la puissance maxi. Les vibrations sont toutefois assez présentes dans le haut du compte-tour, et on se plait à évoluer entre 3000 et 5500tr/min, zone du couple maxi. Il faut savoir que les courbes de puissance et de couple ne sont pas tout à fait les mêmes que sur le Scrambler, et c’est vrai qu’en terme de sensations, la Twin donne la sensation d’en avoir plus pour son argent. Le poids a beau être le même, la position de conduite, l’agilité et la façon dont la puissance est distillée changent la donne. A son guidon, tout semble plus facile que sur le Scrambler, et on a l’impression de gagner en efficacité. La nouvelle fourche d’un diamètre de 41mm travaille bien, et absorbe les petites aspérités de la route avec brio. Le freinage est plus que correct, offrant une puissance et un mordant qui, sans être violents, s’avèrent d’une efficacité redoutable pour parer à tout imprévu. Un banc de sable poussé par le vent en plein milieu d’un virage, par exemple.

En termes de tenue de route par contre, je suis plus circonspect. Et c’est principalement dû à la monte d’origine, les Pirelli Phantom n’étant clairement pas à leur avantage sur route mouillée. Dans des conditions de déluge telles que nous les avons vécues lors de cet essai, climat océanique oblige, le grip de ces pneus a clairement été pris en défaut, et j’ai vu certains de mes collègues faire de belles bananes avec leur pneu arrière, malgré les assistances. Sur route sèche en revanche, je n’ai pas rencontré de problème particulier et le feeling était au rendez-vous, procurant un gros plaisir de conduite sur les petites routes du Portugal. Je n’ai pas noté de différence notable entre les modes « Road » et « Rain », qui agissent principalement sur le niveau d’intervention desdites assistances ainsi que sur la progressivité de la poigné de gaz, mais je ne peux constater que je ne me suis pas fait de grosse frayeur, malgré le rythme élevé imprimé par l’ouvreur de mon groupe. La partie-cycle, quant à elle, ne fait pas preuve d’une extrême rigidité et permets de sentir l’âme de la Bonneville vivre dans les courbes. Tout cela participe grandement au charme dégagé par cette machine, digne héritière de la T120TT de 1963. Le confort de selle est excellent, et le son accompagnant les montées en régime est jouissif, sourd et ronronnant à la fois. Très franchement, à part au niveau de l’esthétique, je ne vois pas de raison de craquer pour les - néanmoins - sublimes Vance&Hines du catalogue d’accessoires. Car cette moto, chouchou des préparateurs, dispose d’un catalogue de plus de 140 pièces dédiées à sa customisation, allant de selles type café racer aux clignotants compacts à LED en passant par des têtes de fourche et des kits de suppression de garde-boue arrière. Triumph propose d’ailleurs deux kits de base (« Urban Ride » et « Café Custom »), dont les infos et photos figurent en fin d’article.

Les quelques 17500 propriétaires ayant cédé à ses avances depuis 2016 ne s’y sont pas trompé : la Twin est une charmante moto, plaisante et facile à prendre en main. Et elle se bonifie encore cette année, avec un train avant de qualité et une puissance accrue. L’électronique se fait de plus en plus présente, mais toujours de façon très discrète, et le moteur est un vrai régal, emmenant son pilote d’une épingle à l’autre dans un grondement typique de la firme anglaise. Elle distille de belles sensations et attirera immanquablement le regard sur votre passage. Une belle découverte, assurément.

Disponibilité à la mi-janvier 2019, au tarif de 10'490.- CHF (hors frais de transport et de mise en route)

Le kit Urban Ride :

  • Une selle capitonnée marron type café racer
  • Un kit de carter d'huile noir
  • Un kit de suppression de garde-boue
  • Un bouchon de réservoir d'huile noir usiné
  • Des écopes d'admission noires
  • Une sacoche en coton ciré noir
  • Des clignotants LED

Le kit Café Custom :

  • Un combiné de suspension arrière Fox
  • Des silencieux Vance & Hines
  • Un kit de suppression de garde-boue arrière
  • Des clignotants LED
  • Un bouchon de réservoir d'huile noir usiné
  • Des écopes d'admission noires

Mathias

Au final...

On a aimé :
+
Moteur hyper vivant
+
Finition haut de gamme
+
Sonorité envoutante
On a moins aimé :
-
Commandes trop inclinées
-
Grip des pneus d’origine
-
Châssis qui manque de rigueur dans les enchainements rapides
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Moteur hyper vivant
+
Finition haut de gamme
+
Sonorité envoutante
On a moins aimé :
-
Commandes trop inclinées
-
Grip des pneus d’origine
-
Châssis qui manque de rigueur dans les enchainements rapides

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Street Twin
Année :
2019
Catégorie :
Cruiser
Moteur
Type :
Bicylindre parallèle, angle de vilebrequin de 270°, ACT simple, 8 soupapes
Cylindrée :
900 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique multipoint séquentielle
Performances
Puissance max. :
65 ch à 7500 tr/min
Couple max. :
80 Nm à 3800 tr/min
Transmission
Finale :
Chaîne à joint torique
Boîte :
5 rapports
Embrayage :
Embrayage assisté multidisque à bain d'huile contrôlé par câble
Partie cycle
Châssis :
Berceau tubulaire acier
Suspension AV :
Fourche KYB de 41 mm avec cartouche d'amortisseur
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Double amortisseur KYB à précharge réglable
Débattement AR :
120 mm
Pneu AV :
100/90-18
Pneu AR :
150/70 R17
Freinage
ABS :
Oui
Frein AV :
Simple disque de 310 mm, étrier fixe 4 pistons Brembo
Frein AR :
Simple disque de 255 mm, étrier flottant 2 pistons Nissin
Dimensions
Longueur :
2090 mm
Empattement :
1415 mm
Largeur :
785 mm
Hauteur de selle :
760 mm
Poids à sec :
198 kg
Réservoir :
12 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Matt Ironstone
 
Korosi Red
 
Jet Black
Catalogue
Prix de vente :
CHF 10390.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Peter Fonda, star du film Easy Rider, est décédé
L'acteur américain est décédé vendredi matin à son domicile de Los Angeles à l'âge de 79 ans, a annoncé son entourage.
Honda CBX1000 by Mandrill Garage – Un orgue à six cylindres
Dans la gamme du constructeur ailé il y a plusieurs machines qui ont marqué l'histoire, la CBX1000 en est une et Mandrill Garage s'est attaqué à ce monument pour un client fortuné.
Des radars destinés aux motos bruyantes - Le canton de Soleure comme pionnier
Plus de 3 milliards de francs dédiés à la lutte contre la pollution sonore aux abords des routes suisses, c'est le budget alloué par la Confédération. Quant à nos voisins, l'Allemagne et la France ont déjà donné le ton, avec à la clé des résultats significatifs.
Les motos électriques à la traîne sur le marché suisse
Alors que les soccters électriques séduisent, les e-motos souffrent d'un différentiel de performance et de prix. Les motos à moteur thermique ont encore de beaux jours devant elles.
Un designer indien nous propose une Yamaha MT-125 Tracer
Le designer indien Julaksendiedesign nous propose sa vision de ce pourrait être la petite routière idéale avec la MT-125 Tracer, une telle moto ravirait sans doute les permis A1 et B qui rêvent d'évasion.
Les Ducati Streetfighter V4 et Panigale 959 surprises lors d'un roulage
Durant l'été les constructeurs font rouler leurs nouveaux modèles sous des tenues de camouflage afin de les valider avant leurs homologations et présentations officielles. Les deux futures Ducati Streetfighter V4 et Panigale 959 ont été surprises lors d'un plein d'essence.

Hot news !

Triumph Daytona 765 – Une version standard surprise en plein roulage
Il y a quelques jours, Triumph annonçait la présentation le 23 août prochain d'une Daytona 765 produite à autant d'unité, or, selon une série de clichés il semblerait qu'une version standard doive également débouler.
Ducati Multistrada V4 – Après la rumeur voici la photo (et la vidéo)
La semaine passée nous vous parlions des rumeurs concernant la quasi certaine arrivée d'une Multistrada V4 chez le constructeur de Bologne. Ces rumeurs sont plus que fondées avec la preuve en photo et en vidéo.
Triumph Daytona 765 – Elle est annoncée et sera présentée le 23 août !
Cette fois c'est officiel !! Triumph va à nouveau produire sa fameuse Daytona, une édition limitée à seulement 765 exemplaires est annoncée par la firme d'Hinckley.
Essai Suzuki Katana 2019 - Paradoxe temporel
Hommage aux années 80, machine à l'identité très assumée et aux performances bien réelles, la GSX-S 1000 S Katana divise déjà, par son look particulier et sa relative simplicité. Elle renvoie pourtant à l'essence même de la moto japonaise, de brillante façon.
Ducati Streetfighter V4 – Le prototype qui va affronter Pikes Peak vient d'être dévoilé
La marque de Bologne vient de dévoiler les premiers clichés de la Streetfighter V4 qui va affronter la mythique course de côte de Pikes Pike. Attention ça déménage !
La Ducati Streetfighter dévoilée le 13 juin à Pikes Peak ?
La firme de Bologne vient de se fendre d'un (court) teasing sur son Facebook dont le slogan peut largement faire penser que son futur missile sol-sol à grand guidon sera dévoilé le 13 juin lors de la course de Pikes Peak.