Essai publié le 17 décembre 2018

Essai BMW R 1250 GS 2019 - Le bonheur est dans la came

Texte de Marc / Photo(s) de Mathias Deshusses

Pour 2019, le constructeur à l’hélice a fait évoluer, voire a révolutionné, celle qui n’est rien de moins que la plus grande vente de moto de grosse cylindrée dans le monde, soit la fameuse GS. Alors est-ce possible d’améliorer celle qui est clairement définie comme LA référence ? 

Faire évoluer une moto qui est clairement définie comme un mythe vivant est une tâche ardue voire impossible, pour laquelle le droit à l’erreur est de zéro ! Il ne faut pas perdre de vue que ce sont plus de 50’000 (oui oui vous avez bien lu) R1200 GS qui se sont écoulées dans le monde en 2017, soit 30% du volume des deux roues vendus par BMW.

Déjà au niveau du design, il suffit de s’approcher de la R 1250 GS pour se rendre compte de l’évolution. Celle qui m’a été confiée était dotée du kit déco HP qui lui va à ravir en la dotant notamment de magnifiques jantes à rayons croisés. Les couleurs historique racing BMW lui confèrent un look sportif tout-terrain et la longue selle plate permettra de se mouvoir lors des escapades en dehors des sentiers goudronnés. Seul bémol qui m’a sauté aux yeux, les protège-mains qui sont en plastique blanc brut et dont le blanc n’est pas tout à fait raccord avec celui de la moto.

Malgré sa taille imposante, il se dégage une impression de finesse de la GS. Ses lignes à la fois fluides et anguleuses ne doivent pas y être étrangères. En m’installant à bord, hormis le fait qu’il faille lever haut la patte pour mon mètre septante-deux, je retrouve exactement la même impression de finesse. Mes deux pieds touchent parfaitement le sol et le réservoir se fait fin entre mes cuisses.

Avant de lancer le gros flat, commençons par un tout petit peu de technique si vous le voulez bien, car la GS en est cafi. Tout d’abord, le flat justement, au-delà de la prise de centimètres cubes, très exactement 84, c’est le système ShiftCam qui est intéressant. Ce dernier fait varier l’admission suivant le régime moteur pour améliorer le couple à tous les étages, et cerise sur gâteau, en réduisant la consommation, ce qui lui permet d’être déjà conforme aux normes Euro5 qui seront en vigueur en 2020 !

Ensuite, pour cette version 2019 tout l’éclairage passe à la technologie LED de série, ce qui est un sérieux atout. De série, l’Allemande possède deux modes de conduite, Rain et Road mais également d’une très pratique aide au démarrage en côte. Mais il faudra tout de même passer par le catalogue des options, ou des packs (Confort, Dynamic ou Tourisme), pour doter la GS de certains modes qui, il faut le dire, sont quasi incontournables.

En gros, le pack confort dotera votre belle du contrôle de la pression des pneus, des protèges-mains et des poignées chauffantes, le pack Dynamic ajoute les modes moteurs Dynamic et Enduro ainsi que l’ABS PRO et le pack Tourisme voit l’apparition du régulateur de vitesse, des supports de valises, du système sans clé Keyless et de la suspension ESA Dynamique.

Ainsi, mon modèle d’essai était doté des suspensions réglables et de tout le toin-toin permettant de rouler relax, en toute sécurité et avec toutes les dernières technologies. Il faut d’ailleurs reconnaître que la part de GS vendues sans options doit être aussi élevée que celle des politiciens intègres… mais ceci est un autre débat.

Allez, je craque et je mets le contact, et là l’immense tableau de bord TFT couleur de 6,5 pouces s’illumine comme le ciel un soir de premier août. Il passe tout d’abord par une image stylisée de la GS avant d’arriver à toutes informations imaginables et surtout dépendantes des packs d’options que vous aurez choisis comme stipulé ci-dessus. Il est ainsi possible de connecter son Smartphone et si vous êtes dotés d’un kit main-libre, de gérer la musique, les appels ou même la messagerie.

Ne pouvant attendre plus longtemps, je presse le bouton pour donner vie aux deux gros pistons. Le « braoum » est inégalable, tout comme le petit coup de couple de renversement latérale. je ressens immédiatement toute la force du gros flat, BMW ne nous aurait donc pas menti sur celle-ci.

Avant d’enclencher la première, les chiffres me reviennent en mémoire, le Flat développe aujourd’hui 136cv pour un couple camionesque de 143Nm, mais c’est surtout les régimes auxquels ces valeurs sont atteintes qui est intéressant, ainsi la puissance maxi se situe à 7’750tr/mn et la crête de couple à seulement 6’250tr/mn… Le graphique ci-dessous est suffisamment éloquent pour se passer de tout commentaire.

La ville

Me voici en route pour affronter la ville. J’y apprécie immédiatement la souplesse du moteur qui reprend sans broncher dès le ralenti. J’apprécie également l’affichage très lisible du large écran TFT et j’admire de voir la zone rouge passer de 5’500tr/mn à froid à 9’000tr/mn à chaud. Bien que la ville ne nécessite pas de monter dans les tours, c’est d’une grande aide pour le respect des grosses gamelles.

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Le moteur
+
Le châssis
+
La facilité
On a moins aimé :
-
Le rétro-éclairage des boutons
-
Le plastique des protège-mains

Fiche technique

Véhicule
Marque :
BMW
Modèle :
R 1250 GS
Année :
2019
Catégorie :
Routière
Moteur
Type :
Bicylindre boxer, 4 temps, double ACT, 8 soupapes et ShiftCam
Cylindrée :
1'254 cm3
Refroidissement :
air et eau
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
136 ch à 7'750 tr/min
Couple max. :
143 Nm à 6'250 tr/min
Transmission
Finale :
Par cardan
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
En bain d'huile à commande hydraulique
Partie cycle
Châssis :
Cadre à deux sections, à l'avant et boulonné sur le châssis arrière, moteur porteur
Suspension AV :
Telelever; diamètre du poteau 37 mm, jambe de force centrale
Course AV :
190 mm
Suspension AR :
Paralever et monoamortisseur WAD (lié à la course)
Débattement AR :
200 mm
Pneu AV :
120/70 R 19
Pneu AR :
170/60 R 17
Freinage
ABS :
Oui
Frein AV :
Frein à disque double, disques de frein flottants, diamètre 320 mm, étriers radiaux à 4 pistons
Frein AR :
Frein à disque simple, diamètre 276 mm, étrier flottant à double piston
Dimensions
Longueur :
2'207 mm
Empattement :
1'514 mm
Largeur :
952,5 mm
Hauteur de selle :
850/870 mm
suspension abaissée 800 / 820 mm en option
Poids à sec :
249 kg
Réservoir :
20 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Black Storm Metallic
 
Cosmicblue Metallic
 
Style Exclusive
 
Style HP
Catalogue
Prix de vente :
CHF 17'100.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Ducati Diavel 1260 Lamborghini - 630 pièces d'art mécanique italien
Ducati et Lamborghini, deux marques propriété de Volkswagen, ont chacune un certain prestige. Toutes deux issues de la Motor Valley, elles partagent les mêmes routes pour la mise au point de leurs machines.
JC Racing Béziers imagine une 848 SS, hommage aux Super Sport italiennes
Jérémie Duchampt, mécanicien dans le sud-ouest de la France s'était déjà penché sur une Streetfighter 1098 en début de saison. Certainement inspiré, il rend hommage cette fois-ci aux 750 SS et 900 SS sur une base de 848.
Honda CMX1100 Rebel - Le cruiser populaire poussé en taille XL
Avec sa CMX500, Honda a joué la carte du classicisme avec justesse, ce qui a placé le cruiser 500 cm3 en 3ème place du marché européen. Petit emprunt à la banque d'organes de la marque pour sortir une version XL.
Le roadster à compresseur s'offre une amélioration - Kawasaki Z H2 SE
La Kawasaki Z H2 a jeté un pavé dans la mare en adoptant le compresseur pour un roadster. Deux ans après sa sortie, le modèle d'offre une SE mieux équipée.
Kawasaki mise sur sa Ninja ZX-10RR pour continuer de régner en Superbike
L'expérience acquise en course est cruciale pour le développement d'une sportive. Pour rester dans le cadre du règlement, certaines choses doivent être distribuée à la série. C'est le cas de pièces de la nouvelle Ninja.
BMW renouvelle sa G310 R pour 2021
Pour séduire de jeune conducteur, BMW mise sur un look soigné et sportif ainsi qu'un équipement très complet. Revue de détails.

Hot news !

Une KTM 1290 Super Duke RR en approche
Nos confrères de Motociclismo.it viennent de divulguer qu'une KTM Super Duke RR devrait être dévoilée dans les prochains jours.
Honda CBR 1000 RR-R Fireblade - De la route à la piste, un essai complet
La nouvelle Honda Fireblade regroupe tous les superlatifs tout en restant homologuée. L'essai au Qatar était focalisé sur le circuit, mais une fois lâchée sur route ouverte, qu'est-ce que ça donne ?
Triumph Trident – Le constructeur anglais dévoile sa chasseuse de MT-07
Le constructeur anglais maîtrise à merveille l'art de la communication et dévoile peu à peu ce que sera sa Trident qui est annoncée comme un roadster au tarif serré et qui arrivera au printemps 2021.
L'Aprilia Tuareg 660 surprise lors de ses premiers roulages
Elle était attendue depuis sa vague annonce lors du salon EICMA de Milan l'année passée. En voici les premiers clichés (de médiocre qualité) lors d'un roulage, l'Aprilia Touareg 660 entend bien venir se mêler à la guerre des Adventures mid-size.
Une aéro active sur la future S1000RR ? C'est possible
Après avoir conquis le microcosme du MotoGP, les appuis aérodynamiques font leur place sur les modèles de série afin de pouvoir courir en World Superbike, la prochaine en date à en bénéficier sera vraisemblablement la BMW S1000RR et ils seront actifs.
Essai KTM 890 Duke R - Super Scalpel, mais pas Super Duke
2 ans déjà que la 790 Duke est sortie, premier bicylindre en ligne de la marque Autrichienne. Entre la toute première image saignante et la moto finale on avait perdu un peu d'éclat. Du proto 2016 à la 890 Duke R, on s'y retrouve beaucoup plus !