Essai publié le 09 septembre 2015

Essai du Kymco MyRoad 700i : le scooter GT dans toute sa splendeur

Texte de Gonzo / Photo(s) de Patrick Schneuwly

Comme beaucoup de marques, Kymco s’est fendu d’un maxi-scoot. Le MyRoad 700i ABS, modèle en question a été testé, observé, maltraité, bichonné et analysé pour vous !

A première vue, lorsque le concessionnaire de la marque m’a tendu les clés et désigné la bête, je suis resté pantois, sans réellement savoir que dire ou penser face à ce scooter. Il faut dire que le Taïwanais est imposant, très imposant !" Heu, je n’ai pas le permis poids lourds, moi !" Le professionnel sourit, puis enchaîne : "Ouais, ce n’est pas dans la finesse, mais il se laisse bien conduire tu verras. C’est pas un sportif mais il a du coffre pour enrouler."

Prise en mains :

Esthétiquement, le MyRoad présente bien. Le modèle testé est livré dans une robe blanche qui lui va relativement bien. Je tourne autour de l’engin et je remarque pas mal de choses. Sa taille dans un premier temps. Le scooter est, comme je l’ai déjà dit, imposant. Mais il est vraiment long. La lecture de la fiche technique me confirmera mes pensées. Avec ses 2'309mm, le MyRoad est le plus long de sa catégorie.

Le bloc optique m’interpelle. Au vu de sa taille, je me dis qu’il doit au moins éclairer la moitié de la ville. Il va de pair avec le style massif de la machine. Mais bon, voyons le bon côté des choses, je pourrai tester de nuit et je ne vais pas m’en priver !

Je m’installe ensuite à son bord. La selle est relativement confortable et la hauteur de 780mm est correcte. Toutefois, la largeur de l’assise obligera certainement les plus petits gabarits à jouer de la pointe des pieds. D’autant plus que le poids important ne facilite pas les choses à l’arrêt. Le gros tunnel central placé entre les pieds s’enjambe assez facilement mais je m’inquiète de savoir s’il ne sera pas handicapant pour les manœuvres à basse vitesse.

Avant de démarrer, j’inspecte les commodos. Il y a beaucoup de boutons pour peu de place. Le démarreur est situé juste à côté du sélecteur de suspension. A mon avis, plus d’un utilisateur a dû se tromper de bouton... Il y a également les feux de panne qui se trouvent à l’index droit. Pas courant, mais pourquoi pas !

Le véritable tableau de bord me paraît complet. Un  compteur et un compte-tours analogiques encadrent un affichage digital avec toutes les informations nécessaires : jauge à essence à cinq bâtons, horloge, totalisateur, double trip partiel, indicateur de  mode de suspension (Hard, Medium ou Soft). On note surtout trois diodes au niveau de l’axe des aiguilles du compteur, du compte-tours et de la température moteur. Le tout est clair et lisible, même sous le soleil. A côté, on retrouve des diodes pour signaler le coffre ouvert, la béquille dépliée ou un dysfonctionnement de l’ABS ou de la pression d’huile.

Je remarque que je dois légèrement abaisser la tête pour regarder au travers du pare-brise. J’essaie de le relever mais rien ne se passe. J’apprendrai plus tard qu’il s’agit d’une option. Dommage pour un scooter à vocation GT !

J’inspecte ensuite le contacteur, lequel cumule beaucoup de fonctions. Evidemment, il sert à allumer le scooter. Mais il sert également à ouvrir le coffre sous la selle, ouvrir la trappe à essence, bloquer la direction. Tout cela en jouant sur l’intensité avec laquelle on appuie sur la clé en plus de la rotation choisie. Un petit bouton permettra d’activer le volet anti-effraction du contacteur.

A gauche du contacteur, un vide-poche en plastique assez grand et pratique. En revanche, sa finition laisse à désirer. En effet, on peut apercevoir de la visserie et sa fermeture se révèlera fastidieuse. Pour ce qui est des plastiques, on est un peu déçu. Le modèle prêté par Kymco est relativement neuf puisqu’il n’a pas encore 1'000km au compteur ! Mais les plastiques sont déjà marqués et blanchis.

Si je vous ai parlé de la trappe à essence un peu plus haut, j’ai omis de vous parler de sa position atypique. Elle se situe au niveau du tablier, à droite du contacteur !

Bon, assez d’observations. J’enlève (difficilement) la béquille centrale et je démarre le MyRoad. Le bicylindre en ligne de 699,5 cm3 vrombit immédiatement avec une sonorité qui n’est pas déplaisante. Je tourne la poignée doucement et immédiatement, je remarque le centre de gravité bien placé permet de manœuvrer mais ce point ne sera pas le point fort de mon char d’assaut. Malgré mes craintes, le tunnel central ne dérange absolument pas.

Je m’engage dans la circulation et j’accélère un peu plus franchement. La surprise est agréable. Les presque 300 kg se font immédiatement oublier dès que l’on roule. Alors oui, sa taille ne fait pas du Kymco un scooter urbain mais ses performances ne sont pas non plus ridicules. Au feu, vous ne serez pas forcément le premier à vous élancer. En effet, l’inertie due au poids élevé du scooter donne l’impression d’un temps de latence à l’accélération. En revanche, une fois lancé, vous serez relativement véloce à son guidon.

Pour ce qui est du freinage, le MyRoad est freiné par des freins à disque à l’avant comme à l’arrière. Couplé à un ABS Bosch, il répond aux attentes d’un GT. Il arrêtera la machine sans se montrer agressif. J’ai trouvé que l’ABS était toutefois un peu trop intrusif à mon gout. En revanche, son efficacité n’est plus à prouver. J’ai bien essayé de bloquer les roues, mais rien à faire ! Et ce de jour comme de nuit, sur le sec ou sous la pluie ! A 60 km/h, bien droit et sous la pluie, j’ai essayé d’écraser le levier de frein gauche dans un premier temps. Le système de couplage des freins très efficace assemblé à l’ABS ralentit la machine dans un couinement particulier mais aucune dérive à remarquer. Maintenant, je fais la même chose de l’avant. J’y vais mais j’ai peur ! Et pourtant, le même couinement mais toujours aucun blocage de roue à signaler.

Fait pour rouler !

Lorsque l’on sort de la ville, le MyRoad se dévoile. Au fur et à mesure que l’on accélère, on sent la puissance arriver de façon saine et exponentielle.

Véritable machine à engranger les kilomètres, c’est en roulant qu’il devient agréable. Son moteur puissant de 58,8 chevaux et son couple de 63 newton-mètres permettent de cruiser allègrement.

La position se révèle agréable. Naturellement, on allongera les jambes au maximum. Toutefois, le plancher un peu haut aura pour conséquence que les genoux du conducteur se trouveront légèrement plus hauts que ses hanches. A part ce détail, la position de conduite est plaisante. Mais cela révèle bien un aspect important du MyRoad : il n’est pas taillé pour l’attaque. Lors de test avec d’autres membres de la rédaction, nous avons emprunté quelques routes sinueuses à bonne allure. Si la partie-cycle nous aura réservé une bonne surprise, la garde au sol se révèle vite insuffisante. Pour le dire différemment, ça frotte dans tous les virages quand on attaque un peu ! Dommage car une fois lancé, la reprise et l’allonge du moteur pourraient permettre de s’amuser un peu ! Et pour ce genre d’utilisation, les freins sont un poil légers et l’ABS beaucoup trop intrusif.

Les suspensions réglables en trois positions me paraissaient un peu superflues au départ. Au quotidien, on ne constate pas d’énormes différences selon que l’on soit sur le mode S (souple), M (moyen) ou H (dur). En revanche, en augmentant le rythme, j’ai pu remarquer que le mode H estompe la sensation de pompage de notre porte-avions. A haute vitesse, on sent que le Kymco perd en stabilité à une vitesse plus que déraisonnable. C’est à partir de 160km/h que l’on aura l’impression que la direction devient floue et que les suspensions sont dépassées. Le tout en précisant que si le voyant rouge "speed" apparaît au tableau de bord, on pourra encore gagner en vitesse... Bien évidemment, nous vous déconseillons de prendre de tels risques (en plus, c’est interdit !)  !

Un gros point négatif ? Les pneus. Ils montreront leur limite bien avant les suspensions ! Rappelons que notre scooter n’est pas équipé d’un anti-patinage ou d’un contrôle de traction. On sentira la roue arrière se dérober à l’accélération alors que l’on démarre sur une surface délicate ou encore à la remise des gaz dans un virage.

Les aspects pratiques

Au niveau pratique, le MyRoad permet de ranger (au chausse-pied) deux casques intégraux sous la selle. Avec la boîte à gants située à gauche du contacteur et la place de rangement située entre les jambes du conducteur, la capacité d’emport est plus que correcte ! On regrette qu’au niveau de la finition, les concepteurs n’aient pas ajouté un cylindre pour fermer une de ces places de rangement à clé.

Au stationnement, on favorisera la béquille latérale avec le frein de parking. Il n’est pas impossible de placer le Kymco sur sa béquille centrale mais cela demandera de la poigne. Pour les arrêts rapides, rien ne sert donc de s’acharner.

Autre aspect qui mérite d’être décrit. La trappe à essence. Si elle me paraissait judicieusement placée, j’ai rapidement compris que ce n’était pas le cas. Ou plutôt sa conception est à revoir. En effet, je n’aurais jamais réussi à faire le plein sans éviter de rejets d’essence. Et même avec le réservoir vide ! D’autant plus que la pompe à essence, je l’ai visitée régulièrement pendant cet essai. Si l’usine annonce une consommation de 5,5 litres aux 100 kilomètres (soit environ 250 kilomètres d’autonomie), j’étais plus souvent aux alentours des 7 litres au 100 !

Dès le début, j’ai été frappé par la taille du bloc optique. Et comme je l’ai écrit plus haut, je me devais de tester l’éclairage si imposant de mon GT de prêt. S’il ne permet pas d’éclairer la moitié de la ville, il sera largement suffisant et efficace pour rouler en toute sécurité de nuit, et ce, même sans éclairage artificiel ambiant.

Conclusion :

Le Kymco MyRoad 700i ABS est un bon scooter GT. On regrette une finition perfectible, une consommation un peu haute. Cependant, à un tarif de CHF 9'990.-, on en a pour son argent.

Gonzo

Au final...

On a aimé :
+
Le moteur, le confort, le prix
On a moins aimé :
-
le freinage, la finition perfectible, le poids, les pneus
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Le moteur, le confort, le prix
On a moins aimé :
-
le freinage, la finition perfectible, le poids, les pneus

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Kymco
Modèle :
MyRoad 700i
Année :
2015
Catégorie :
Scooter
Kit 25 kW :
Disponible
Moteur
Type :
bicylindre 4T, 4 soupapes
Cylindrée :
699.5 cm3
Refroidissement :
Refroidissement liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
58.8 ch à 7'250 tr/min
Couple max. :
63 Nm à 5'500 tr/min
Transmission
Boîte :
Variateur automatique
Embrayage :
Centrifuge
Partie cycle
Châssis :
Tubulaire acier
Suspension AV :
Fourche hydraulique ø41
Course AV :
108 mm
Suspension AR :
Deux amortisseurs ajustables en précharge
Débattement AR :
96 mm
Pneu AV :
120/70 ZR15
Pneu AR :
160/60 ZR14
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Oui
Frein AV :
2 disques ø 280 mm, 2 pistons
Frein AR :
1 disque ø 240 mm, 2 pistons
Dimensions
Longueur :
2'309 mm
Hauteur de selle :
780 mm
Poids à sec :
292 kg
Réservoir :
14 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Blanc
Catalogue
Prix de vente :
CHF 9'990.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Hard Alpi Tour Sanremo-Sestriere 6-8 septembre 2019 - Des infos sur la 11ème édition
Le plus grand événement "Adventouring" en Europe atteint sa 11ème édition avec de bonnes nouvelles
La future Yamaha R1 se dessine peu à peu
Le fait que le constructeur aux trois diapasons soit en train de revoir sa sportive de pointe n'est pas un secret et le voile commence à se lever sur quelques évolutions techniques qui paraissent intéressantes.
France - Des policiers utilisent des drones pour verbaliser des motards
Face au constat, la préfecture a mis en place ce mercredi matin des contrôles routiers avec l’assistance d’un drone, centrés sur les comportements dangereux des motards.
Essai Yamaha Ténéré 700 - L'essence même de la polyvalence
La Yamaha Ténéré mid-size fait son retour en grande pompe. Beaucoup de charisme, de fun et des performances bluffantes en toute situation !
Bénédiction des Motards aux Mosses – Le lundi 10 juin
La désormais traditionnelle Bénédiction des Motards aux Mosses aura lieu le lundi de Pentecôte 10 juin.
Un scooter électrique Ducati débarque sur le marché cet été
Ça y est : j’entends les puristes crier au scandale !

Hot news !

Essai Indian FTR 1200 S - Casseuse de codes
Essayée sur les route de Californie, l'Indian FTR 1200 S s'avère une machine inédite, mêlant le meilleur de plusieurs mondes et refusant de se laisser enfermer dans une case. Accrochez-vous, ça déménage!
Reportage - Reprogrammation Woolich Racing chez GBK Motos à Gland
On branche l’ordinateur, quelques clics et hop! le moteur sort plein de chevaux en plus. Non, c’est bien plus compliqué que ça. Il a fallu une longue journée de travail pour un résultat satisfaisant. Reportage.
La Ducati V4 Penta d'Officine GP Design, une moto à CHF 114’000.-
Le 30 janvier dernier, nous étions chez Ducati Lausanne pour le lever de voile sur la déjà-célèbre Penta du fameux Officine GP Design.
Une Triumph Daytona 765 surprise lors d'un essai – The Daytona is back
Nos confrères anglais de MCN, ont débusqués une Daytona utilisant le moteur 765 qui faisait des essais routiers. Est-ce que cela annonce le retour futur d'une Supersportive en provenance d'Hinckley ? On se prend à rêver.
Le concept Aprilia RS 660 roule déjà !
Le concept Aprilia RS 660 ne restera apparemment pas longtemps au stade du concept, ce dernier ayant déjà été vu sur le circuit de Vallelunga lors d'un test privé.
Essai Benelli TRK 502 - Tribulations d'une Italienne de Chine
Mine de rien, la production chinoise de développe sur nos routes. La preuve avec Benelli, ressuscitée grâce à l'investissement asiatique, qui nous a mis dans les pattes le petit trail TRK 502. Une machine simple et robuste, pas parfaite mais plus que capable.