Essai publié le 15 juillet 2015

Essai de l'Aprilia Caponord Rally - Une moto aboutie aux qualités insoupçonnées

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de Céline Donzé

Aprilia a attendu 2015 pour revenir en force avec un update de son maxi-trail Caponord en le déclinant en une version Rally au look franchement baroudeur et bardée d'équipements livrés de série. La Caponord Rally est prête pour les longues virées !

Consultez toutes les photos de notre voyage en Sardaigne dans la galerie Flickr dédiée : Flickr.com.

La Caponord a débarqué sur le marché il y a maintenant deux ans (lire notre essai). Pour faire court, la Caponord est une Dorsoduro 1200 assagie et équipée d'équipements répondants aux exigences du Touring. La Caponord Rally, elle, s'oriente hors des sentiers battus avec des accessoires adaptés tels qu'un pare-brise surdimensionné et réglable, une paire de projecteurs à LED supplémentaires, des volumineuses valises latérales de marque Givi badgé "Aprilia", des crash-bars en acier, un sabot-moteur en aluminium, des roues à rayons chaussées de pneus enduro-routiers Dunlop Tourance Next en dimensions 120/70 R19 à l'avant et 170/60 R17 à l'arrière.

De cet équipement additionnel, il ne faut pas oublier la dotation très riche d'origine de la Caponord. La Caponord Rally suit la tendance à l'électronisation totale des motos à vocation Touring et s'équipe d'une commande de gaz ride-by-wire à trois cartographies (Rain, Touring et Sport), d'un régulateur de vitesse, d'un antipatinage réglable sur trois niveaux (et déconnectable) et... de la suspension semi-active ADD (Aprilia Dynamic Damping), adaptant automatiquement son calibrage en fonction de l’état de la route et du style de conduite. Et c'est tout ? Presque ! Aprilia vient de développer la plateforme PMP multimédia permettant d’équiper et de personnaliser à volonté la Caponord Rally (malheureusement pas encore disponible sur notre modèle d'essai).

Aprilia ne l'a pas communiqué officiellement, mais il semblerait que les paramètres de l'ADD ont été revus pour gagner en fermeté, de même que la gestion moteur pour plus de souplesse à bas régime.

Esthétiquement, la Caponord Rally s'affirme encore avec tous ces attributs inspirant l'aventure. En plus, ce coloris doré lui sied parfaitement, bien qu'il faille l'assumer une fois en selle. Il est vrai qu'une moto de cette couleur, c'est plutôt original.

Cap sur la Sardaigne, pour un voyage de près de 3'000 kilomètres !

Passage à gué, chemin blanc, autoroute et route nationale, la Caponord Rally s'est laissée emmener avec entrain.

Le GPS est installé en une petite heure, le temps d'enlever les nombreux caches se trouvant entre la selle et la batterie et de trouver le chemin idéal qu'empruntera le câble d'alimentation. Les itinéraires sont configurés et sauvegardés dans le GPS. Les bagages sont prêts et les deux valises de 33 litres chacune sont remplies à craquer. Remarquez que les valises latérales sont identiques, grâce à l’échappement en position basse ! Nous sommes parés au départ.

Départ de la Romandie au petit matin, le cap est mis sur Gênes. Ne sachant pas à l'avance quelle sera la météo ce jour-là, nous avons n'avions pas prévu emprunter un itinéraire pittoresque pour nous rendre à Gênes ; ce sera alors l'autoroute sur plus de 400 kilomètres. Rien d'appétissant, certes !

Calé derrière le pare-brise et couché sur le réservoir, ma passagère collée dans mon dos, les kilomètres d'autoroute ont été avalés en peu de temps. Hormis quelques vibrations et turbulences à (très) haute vitesse (oui, l'Italie ne connaît guère Via Sicura et ses mesures répressives!), la Caponord a rempli sa mission de vraie routière. Même les valises au design peu aérodynamique n'ont pas perturbé la stabilité de la moto. Par contre, à rythme soutenu sur autoroute, la jauge d'essence descend à une allure vertigineuse. Il fallait d'ailleurs faire attention à la panne sèche puisque les stations-essence autoroutières ne sont pas signalées à l'avance. Visiblement, seules celles qui ont souscrit à un abonnement publicitaire ont ce privilège. Et de ce fait, souvent, nous remarquions une station-essence au moment où nous passions devant... Sans parler des camions qui se suivent à la queue leu-leu et qui gênent la vue des panneaux en bordure d'autoroute. Enfin, le généreux volume de 24 litres du réservoir d'essence devrait vous emmener loin, avant que le souci de la panne sèche vous rattrape.

Nous sommes arrivés à Gênes en début d'après-midi, ce qui nous laissa pas mal de temps jusqu'à l'heure du check-in du ferry fixé à 17h45. Nous en avons profité pour nous restaurer sur la terrasse de l'hôtel NH Collection Genova Marina situé dans le vieux port de Gênes.

Gênes est une ville côtière impressionnante. On se croirait déjà dans le Sud de l'Italie, avec des voitures partout qui roulent et qui sont parquées n'importe comment, des scooters qui se faufilent dangereusement, des carrefours à l'italienne, … Bien que la Caponord n’ait aucune peine à se déplacer dans ce gymkhana urbain, nous redoublons de vigilance car le danger vient de partout. Et lorsque nous sommes dans la zone portuaire, sans être "parano", toutes ces façades et fenêtres orientées vers la mer, et donc vers le port, l'impression d'être observés est immense... Nous passons le point de contrôle à l'entrée des quais. Seuls les billets sont visés et on nous laisse passer sans même vérifier la correspondance de nos billets avec les cartes d'identité. Olé olé ! Puis arrivés sur le quai d'embarquement, au pied de l'imposant ferry qui nous mènera jusqu'à Olbia, nous avons la chance de passer devant toutes les voitures et autres mobilhomes. Attendre l'embarquement semble interminable, bien que nous nous occupons à regarder le chargement des camions transportant des denrées alimentaires à destination de la Sardaigne.

Deux heures plus tard, on nous fait signe d’embarquer. Le temps d’arrimer la moto au coeur du ferry, sur l’un de ses flancs, et nous rejoignons notre cabine, avec hublot s’il-vous-plaît ! On se débarbouille dans la salle de bain pour le moins spartiate de la chambre puis on passe la soirée dans le restaurant du ferry. Bonne bouffe au programme.

Le lendemain matin, nous accostons à Olbia, chef-lieu de la province d’Olbia-Tempio, historiquement de la Gallura, au Nord-Est de la Sardaigne. C’est l’une des plus belles provinces sardes, mais surtout la plus touristique avec sa fameuse Costa Smeralda (Côte d’Emeraude) et ses îles de la Maddalena. Nous ne nous éternisons pas dans la région et filons vers Castelsardo, sur la côte nord-ouest, sans oublier de traverser la Valle della Luna. A cette période de l’année, bien que nous sommes à Pâques, les routes sont désertes de touristes et de mobilhomes ; quel bonheur ! Les virolets sardes s’offrent à la Caponord Rally. Et la semaine entière passée en Sardaigne ne sera faite que de virages. Que du bonheur, dites-vous ?

La Sardaigne et ses virages !

Alors que jusqu’à présent, le trajet s’est essentiellement déroulé à vitesse constante, sur autoroute notamment, c’est enfin l’occasion de tomber quelques rapports et de rouler plus agressivement. Chargée à bloc, la Caponord Rally fait fi de son surpoids et maintient son assiette horizontale et haut perchée. On notera toutefois que le coup de rein à donner pour la mettre sur l’angle est à peine plus énergique qu'en configuration "solo sans bagage".

Une fois l’aiguille du compte-tours affichant les mi-régimes, le bicylindre italien se fait entendre. Clapet de la ligne d'échappement ouvert, il distille de belles vocalises caverneuses. A ce moment, je ne peux résister à l’idée d’essorer la poignée des gaz. Broooooooap ! Vigoureusement, le moteur tracte dans une ambiance sonore rythmée par un staccato typiquement latin. J'adore et ne m'en lasse pas.

Je me plais à rouler à bas régime en profitant de sa douceur comme à mi-régime en jouant du gros couple disponible à la moindre rotation de la poignée des gaz. Contrairement aux settings-moteur lors de la commercialisation de la Caponord en 2013, le bicylindre est maintenant plein à tous les régimes et les accélérations sont franches et sans trou (ndlr : baisse momentanée de l'accélération). Un vrai régal ! Les 125cv annoncés sur la fiche technique sont bien présents et, en termes de sensations, on pourrait s'imaginer qu'il y en a bien une vingtaine de plus.

Quand on augmente le rythme et que l'on brusque la partie-cycle, je constate aisément le travail de la suspension semi-active. Que ce soit en accélération, à vitesse constante en roulant sur des surfaces dégradées ou encore en freinage appuyé, la fourche et l'amortisseur arrière travaillent de concert pour stabiliser un maximum l'assiette longitudinale de la moto. En permanence, l'amortissement est corrigé, tantôt dur, tantôt ferme, pour un ressenti identique. En selle, ceci se traduit par un gain de confort pour les deux occupants mais surtout par un gain de performances en conduite dynamique.

J'ai également apprécié son freinage Brembo très puissant. Ne manquant de mordant en aucune situation, le freinage s'est également distingué par un excellent feeling. Que la moto soit chargée ou que je roule en solo, les doubles disques de 320mm de diamètre à l'avant suppléés par le simple disque de 240mm à l'arrière n'ont pas failli à leur mission et ont fait preuve de constante grâce à l'adoption de durites aviation. Lors de gros freinages, sur des routes en descente notamment, j'ai apprécié la suspension semi-dynamique ; là encore, la fourche compense l'effet de bascule pour une meilleure stabilité et plus de précision. Confier le freinage à Brembo est la garantie de prestations de premier ordre, peu importe la vocation de la moto.

En usage sportif, la route entre Tortoli et Cala Gonone s'y prêtant particulièrement, la Caponord Rally démontre ses capacités dynamiques. Les trails concurrents auront fort à faire face à l'Italienne. Ne manquant jamais de patate pour s'extraire des virages serrés, elle saura aussi tenir la dragée à bon nombre de sportives anémiques à bas régime. Sans parler des puissantes vocalises du twin qui contribuent aux sensations, j'éprouve un plaisir intense au guidon de la Caponord Rally. Ma passagère, elle, suit le mouvement sans gémir ; hormis lors des freinages de trappeur et les réaccélérations musclées, elle n'est pas trop transbahutée. Une fois de plus, la suspension semi-active montre tout son intérêt, bien que très discrète dans ses interventions.

Et lorsque le temps de la balade est venu, le long de la côte ouest de la Sardaigne, entre Fontanamare et Buggerru ou entre Alghero et Bosa par exemple, je profite de la rondeur du bicylindre pour emmener ma passagère (et ses nombreux bagages!) dans un confort quasi-royal. La selle présente le "juste" moelleux, ni trop souple ni trop ferme ; sa largeur est également généreuse afin d'éviter tout cisaillement sous les cuisses. Il est possible de rouler près de deux heures non-stop sans ressentir des douleurs. Et, sans mettre en charge le moteur, à vitesse constante, l'échappement se montre très discret, la valve étant fermée ; sur de longues distances, on apprécie. Naturellement, nous n'avons pas le confort d'une Honda GoldWing (suprême dans son domaine!), mais la Caponord Rally offre un confort généreux au vu de ses aptitudes sportives.

Le retour sur le continent s'est déroulé dans les mêmes conditions que lors du trajet aller, départ du port d'Olbia en soirée pour arriver le lendemain matin à Gênes.

Comme il nous restait un peu de temps avant l'heure du check-in, nous en avons profité pour faire un détour sur la Costa Smeralda (Côte d'Emeraude en français). L'eau de la mer est cristalline et le sable presque blanc. On observe de superbes jeux de couleurs...

Au port, le contrôle douanier m'a coûté quelque € 20.- car la plaque d'immatriculation du véhicule ne correspondait à celle indiquée sur le ticket de transport de la moto... Eh oui, au moment de la réservation du ferry (en février), je ne pouvais pas connaître l'immatriculation de la moto que j'aurais pour le voyage... Les douaniers sardes seraient-ils alors plus rigoureux que leurs homologues italiens ?

Enfin, après cet instant d'énervement, nous embarquons à bord du ferry. Rapidement, les amarres sont larguées et nous prenons le large en contemplant un magnifique couché de soleil.

Depuis Gênes, nous avons traversé la Ligurie d'est en ouest pour rejoindre Nice. Nous avons pris le repas de midi sur la Place Garibaldi... l'ambiance respire le Sud ! Aucun doute !

Puis, notre prochaine étape nous a menés à Castellane, nous y connaissons une excellente adresse pour les fins gourmets que nous sommes (Auberge du Teillon à La Garde).

Le lendemain, nous mettons le cap sur Annecy. Comme nous sommes encore tôt dans la saison (début avril), nous devons renoncer à la Route des Grandes Alpes au profit de la Route Napoléon, sans omettre une incartade par les Gorges du Verdon, rive gauche et droite.

Nous passons la dernière nuit de notre voyage à Annecy. Nous n'avions jamais visité cette ville qui ne manque pas d'attrait, pourtant pas très éloignée de notre région de domicile.

Le chemin du retour emprunte le col des Aravis, le Cormet de Roselend, le Petit et le Grand Saint-Bernard... De somptueux paysages défilent à chaque kilomètre parcouru.

Conclusion :

L'Aprilia Caponord Rally m'a vraiment convaincu. Dotée d'un grand charisme, je ne me suis pas lassé de flâner par monts et vaux avec mon sac de sable préféré ou d'arsouiller égoïstement sur les routes sardes. Elle n'a pas à rougir de ses capacités dynamiques, ni de son fougueux moteur, face à la concurrence. Le constructeur de Noale a fait fort et lance un pavé dans la mare des maxi-trails.

Tenté par une course d'essai et peut-être plus si affinités ? Ne tardez pas à vous rendre chez le concessionnaire Aprilia le plus proche !

Consultez toutes les photos de notre voyage en Sardaigne dans la galerie Flickr dédiée : Flickr.com.
Nous restons à votre entière disposition pour toutes questions relatives aux itinéraires et bonnes adresses de notre séjour en Sardaigne. N'hésitez pas à écrire un mail :charles [at] acidmoto.ch"> charles[at]acidmoto.ch !
Carlito

Au final...

On a aimé :
+
Caractère moteur
+
Ambiance sonore
+
Partie-cycle
+
Confort
On a moins aimé :
-
Pas de transmission par cardan
-
Consommation plus élevée que la moyenne
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Caractère moteur
+
Ambiance sonore
+
Partie-cycle
+
Confort
On a moins aimé :
-
Pas de transmission par cardan
-
Consommation plus élevée que la moyenne

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Aprilia
Modèle :
Caponord Rally
Année :
2015
Catégorie :
Routière
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Bicylindre en V à 90° longitudinal
Cylindrée :
1197 cm3
Refroidissement :
Refroidissement liquide
Alimentation :
Gestion moteur intégrée. Injection à 2 injecteurs par cylindre et gestion Ride-by-wire à 3 cartographies: Sport (S), Touring (T), Rain (R)
Performances
Puissance max. :
125 ch à 8'000 tr/min
Couple max. :
107 Nm à 6'800 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque à bain d’huile, commande hydraulique
Partie cycle
Châssis :
Cadre modulaire en tubes d’acier, renforcé par des plaques latérales en aluminium fixées au moyen de boulons à haute résistance. Cadre auxiliaire arrière en acier, démontable
Suspension AV :
Fourche inversée Sachs de 43 mm ø entièrement réglable. Amortissement hydraulique géré électroniquement en détente et en compression, avec aDD
Suspension AR :
Bras oscillant en alliage d’aluminium Mono-amortisseur Sachs dynamique. Précontrainte du ressort et amortissement hydraulique gérés électroniquement en détente et compression avec aDD
Pneu AV :
120/70 R19
Pneu AR :
170/60 R17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque inox flottant, ø 320 mm, étriers Brembo quatre pistons à fixation radiale, conduits métalliques
Frein AR :
Disque inox ø 240 mm, étrier Brembo à simple piston, conduits en tresse métallique
Dimensions
Longueur :
2'280 mm
Empattement :
1'575 mm
Largeur :
920 mm
Hauteur de selle :
840 mm
Poids total :
251 kg
Réservoir :
24 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Dune Yellow (modèle d'essai)
 
Army Green
Catalogue
Prix de vente :
CHF 17'990.-.-
En ligne :
Garage :

Plus d'articles Moto

Essai Aprilia RSV4 1100 Factory au Mugello - La facilité au service de l'efficacité !
Il n’a pas fallu attendre longtemps pour qu’Aprilia réplique à la concurrence en offrant une sérieuse mise à jour à son fer de lance, la RSV4. Nous sommes au Mugello pour juger des capacités de la RSV4 1100 Factory.
Scrambler chez Royal Enfield – Oberdan Bezzi nous livre sa vision
On vous l'annonçait il y a quelques jours, la mythique marque Royal Enfield a deux projets de Scrambler en dans les tuyaux. Or, le célèbre Oberdan Bezzi nous livre déjà sa vision de ceux-ci.
Un juge californien interdit de "cruiser" sur une route
Par "cruiser" ce juge entend rouler inutilement et de façon répétée sur la même portion de route. Seulement pour y parvenir il fallait définir la limite "répétée et inutile". Un panneau de signalisation plus tard, voilà la fameuse route du Snake à Mulholland interdite au cruising !
Découvrez l'histoire de la moto volante de Lazareth, la LMV496
L'homme a toujours rêvé de voler, mais aujourd'hui c'est au tour du motard de tenter l'expérience et ce rêve est devenu réalité avec la LMV496 du sorcier français Ludovic Lazareth.
Inauguration les 30 et 31 mars du plus grand univers consacré à la moto de Suisse à Sursee (LU)
Le plus grand univers consacré à la moto en Suisse se situe à Sursee (LU)
Aprilia présente la RSV4 X, une série limitée à 10 exemplaires !
Comme nous le savons tous, les italiens ont le sang chaud et l'arrivée de cette Aprilia RSV4 X en est encore une belle preuve. La firme de Noale ayant décidé de fêter dignement les 54 titres mondiaux glânés par la marque, elle s'est donc mis en tête de sortir un jouet pour adulte, d'ou le nom "X".

Hot news !

La Ducati V4 Penta d'Officine GP Design, une moto à CHF 114’000.-
Le 30 janvier dernier, nous étions chez Ducati Lausanne pour le lever de voile sur la déjà-célèbre Penta du fameux Officine GP Design.
Une Triumph Daytona 765 surprise lors d'un essai – The Daytona is back
Nos confrères anglais de MCN, ont débusqués une Daytona utilisant le moteur 765 qui faisait des essais routiers. Est-ce que cela annonce le retour futur d'une Supersportive en provenance d'Hinckley ? On se prend à rêver.
Le concept Aprilia RS 660 roule déjà !
Le concept Aprilia RS 660 ne restera apparemment pas longtemps au stade du concept, ce dernier ayant déjà été vu sur le circuit de Vallelunga lors d'un test privé.
Essai Benelli TRK 502 - Tribulations d'une Italienne de Chine
Mine de rien, la production chinoise de développe sur nos routes. La preuve avec Benelli, ressuscitée grâce à l'investissement asiatique, qui nous a mis dans les pattes le petit trail TRK 502. Une machine simple et robuste, pas parfaite mais plus que capable.
Yamaha R3 bLU cRU Cup / Switzerland - Découvrir la course en "all inclusive"
Amener de jeunes pilotes dans le championnat suisse, grâce à une formule "tout compris" accessible. C'est le pari du groupe Hostettler / Yamaha Suisse avec la R3 bLU cRU Cup / Switzerland. Une formule d'accès à la compétition qui donne faim!
La BMW S1000RR 2019 surprise lors d’un roulage en Espagne
On y est, la saison des photos volées est ouvertes !! Cette fois c’est la BMW S1000RR 2019 dont nous vous parlions pas plus tard qu’hier qui a été surprise lors de tests de roulage en Espagne.