Essai publié le 02 mai 2011

Honda VT1300CX – Le serpent de mer

Texte de Yann Blondel / Photo(s) de Patrick Schneuwly

Dans notre job de journaliste, nous nous devons de tout essayer. Bizarrement, j’ai l’impression que c’est toujours moi qui ai droit aux essais pour le moins extravagants. Après la GoldWing, me voici donc devant le Chopper à la sauce Saté, par Honda.

Mais avant tout et pour faire bien kitch, voici une petite mise en scène histoire de renforcer les préjugés :

Fine, extra-basse et extra-longue, la VT 1300 CX Fury, avec sa fourche démesurée et son gros bycilindre de 1’312cc reluisant au possible, le tout logé dans un cadre Chopper (squelette), s’émancipe des standards du premier constructeur mondial et vous fait découvrir Honda sous un autre jour que celui du Soleil levant.

Pour les puristes, les vrais,- les bikers quoi ! -, les Customs Made in Japan sont souvent assimilés à des copies de Harley-Davidson et subissent comme principaux reproches de manquer de personnalité et d’afficher un caractère trop aseptisé, sans vibration, sans sonorité.

Avec cette VT1300CX, Honda a tapé fort et se démarque résolument de ces clichés de moto copiée, bien que l’inspiration s’en rapproche fortement.

Esthétiquement réussie avec son cadre qui n’en finit plus, son réservoir en forme de goutte d’eau, sa selle culminant à 67,8cm du sol, son cardan intégré au bras oscillant, son radiateur situé entre les tubes du cadre à tel point que ce dernier se fond dans la masse, car même ses durites sont dissimulées sous les carters en plastiques chromé – « Warning » – qu’ai-je oui de dire ?! Des plastiques chromés ?! Eh oui, le parfait tableau que je viens de dessiner vient de s’effondrer spontanément. Les chromes rutilants qui composent cette moto sont en grande partie en plastique. Vous me direz que ceci n’a que peu d’importance du moment que la tenue dans le temps soit bonne, mais j’aurais tout de même préféré du bon vieux métal ayant subit un chromage en règle.

Les plus fins limiers apercevront, ou non, la dissimulation quasi-parfaite de tous les fils électriques ou autres câblages ; un bon point pour les pointilleux du détail.

Une fois en selle, tout tombe parfaitement sous la main et sous les pieds ; étonnant lorsque l’ont voit où se trouvent les reposes-pieds. Tout en avant, le guidon reculé, l’assise basse, au final, la position est des plus naturelles. Moi qui angoissait quelque peu à l’idée de devoir avaler des kilomètres dans cette position, me voilà rassuré et prêt à démarrer.

La mise en marche se fait conventionnellement. Le son sourd et grave bercera vos oreilles et vous évitera d’éventuels maux de crâne dont souffrent les bikers propriétaires de modèles Harley-Davidson déchicanés.

En ville, il faudra être patient et oublier vos remontées de files intempestives. La VT1300CX n’est pas la compagne idéale pour ce genre d’exercice ; la faute est à son empattement et à son angle de chasse très important. Le rayon de braquage ne vous permettra pas de corriger ce souci de maniabilité urbaine. Vous l’aurez compris, cette moto n’a rien à faire en ville, sauf si vous voulez cruiser au bord du lac et jouer les garçons de café.

Une fois sortie du chaos urbain, la moto se sent immédiatement à son aise et se conduit facilement, le tout avec un feeling impressionnant de facilité. Les grands espaces sont définitivement faits pour elle.

Oubliez vos repaires habituels, sa conception n’est pas celle d’une sportive ou d’un roadster et vous vous retrouverez rapidement avec des étincelles aux talons. La garde au sol extra-basse ne vous permet pas de rouler vite et les câles-pieds vous le rappellerons rapidement. Je vous le concède, cette moto n’est pas faite pour ça ! Toutefois, vous pourrez adopter un rythme dynamique grâce à un cadre rigide et des éléments de suspension bien choisis. Le freinage est suffisamment puissant pour vous stopper rapidement en toutes circonstances. Pour ce dernier, je me suis senti plus à l’aise avec le frein arrière qu’avec l’avant ; l’arrière me paraissant plus approprié à ce genre de conduite.

Le bicylindre doté d’ailettes généreuses, qui donnent l’illusion d’un bloc refroidi par air comme la concurrence, propose 58cv fort de 107Nm et se marie parfaitement avec la philosophie de la VT1300CX. Le moteur est performant, souple, linéaire et ne gênera que de peu de vibrations. Vous pourrez cruiser sans arrières-pensées. La moto reprend très bien dès les plus bas régimes. Ce Chopper vous incitera à de longues balades.

Ce dernier souffre un peu d’un manque de chevaux lorsque l’autoroute s’impose. Il faudra vous caler à vitesse légale et ne pas chercher à faire des dépassements téméraires. De toute manière, passé 130km/h, vous fatiguerez rapidement. L’absence de protection sur ce genre de machine ne laisse pas la place à des excès de vitesse ; vous pourrez ainsi garder votre permis encore un bon nombre d’années.

Conclusion :

Si, au départ, j’étais réfractaire à ce genre de moto, après plusieurs centaines de kilomètres, j’ai finalement apprécié pouvoir me déplacer différemment. La Cruiser attitude a donc pris le pas sur le possesseur de sportive que je suis. Pouvoir profiter du paysage avec une position de conduite confortable, ne pas se stresser à cause d’un éventuel excès de vitesse n’a pas de prix ! Seul problème, les regards incessants des passants et caisseux en ma présence devenaient insupportables… après tout, n’est-ce pas non plus un des buts de la Fury ? Laissez votre Harley - pardon Honda ! - un instant sur une terrasse et elle disparaîtra sous une foule de curieux qui chercheront un bon moment avant de découvrir que cette moto si exclusive n’est qu’une Honda.

Yann

Au final...

On a aimé :
+
La prise en main extrêmement aisée
+
Le fait de cruiser tel un biker
+
La ligne totalement décalée
On a moins aimé :
-
Les tétons de reposes-pieds qui fondent comme neige au soleil
-
L’absence de vrai chrome en métal
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
La prise en main extrêmement aisée
+
Le fait de cruiser tel un biker
+
La ligne totalement décalée
On a moins aimé :
-
Les tétons de reposes-pieds qui fondent comme neige au soleil
-
L’absence de vrai chrome en métal

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Honda
Modèle :
VT1300X
Année :
2011
Catégorie :
Cruiser
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Bicylindre en V à 52°
Cylindrée :
1'312 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique PGM-FI
Performances
Puissance max. :
58 ch à 4'250 tr/min
Couple max. :
107 Nm à 2'250 tr/min
Transmission
Finale :
Par cardan
Boîte :
5 rapports
Embrayage :
Multi-disques à bain d'huile
Partie cycle
Châssis :
Double berceau en tubes d’acier
Suspension AV :
Fourche à cartouche ø 45 mm
Course AV :
102 mm
Suspension AR :
Mono-amortisseur réglable en précharge (5 positions) et détente
Débattement AR :
95 mm
Pneu AV :
90/90 R21 M/C
Pneu AR :
200/50 R18 M/C
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Oui (CBS)
Frein AV :
Simple disque hydraulique ø 336 mm avec étrier 2 pistons (étrier combiné 3 pistons avec ABS)
Frein AR :
Simple disque hydraulique ø 296 mm avec étrier simple piston (étrier combiné 2 pistons avec ABS)
Dimensions
Longueur :
2'575 mm
Empattement :
1'805 mm
Largeur :
900 mm
Poids total :
303 kg
Réservoir :
12.8 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Noir
 
Bleu
Catalogue
Prix de vente :
CHF 19'840.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

La KTM 390 Adventure arrivera en concession pour 2020
La firme Autrichienne a décidé de sortir l’artillerie lourde pour la saison 2020. Après avoir surpris la toute nouvelle KTM 790 SMC / SMR, ou encore la SuperDuke 1290 R, millésime 2020, la toile dévoile une nouvelle KTM 390 Adventure.
MotoGP à Catalunya - Marquez sans rivaux après une bourde de Lorenzo
Si Marc Marquez n'a eu besoin de personne pour remporter une nouvelle victoire qui confirme son leadership au championnat, il profite d'une malheureuse erreur de son coéquipier Jorge Lorenzo, qui a sorti quasi tous ses rivaux au championnat sur une erreur retentissante.
La Yamaha YZF-R6 remet la robe de ses 20 ans
Afin de fêter comme il se doit les 20 années de succès de la YZR-R6, l'importateur nippon Presto Corporation a présenté une version inédite du modèle actuel.
KTM met à jour sa Super Duke R pour 2020
Fan des oranges vitaminées réjouissez-vous, la firme de Mattighofen va mettre à jour son gros roadster pour 2020 et ce dernier a été surpris en plein roulage de test.
Ducati Streetfighter V4 – Le prototype qui va affronter Pikes Peak vient d'être dévoilé
La marque de Bologne vient de dévoiler les premiers clichés de la Streetfighter V4 qui va affronter la mythique course de côte de Pikes Pike. Attention ça déménage !
Husqvarna 701 Svartpilen Style - Disponible maintenant en quantité limitée
Husqvarna continue à diversifier son offre pour les motos destinées au bitume et propose une série spéciale de sa Svartpilen 701 dénommée pour l'occasion "Style".

Hot news !

La Ducati Streetfighter dévoilée le 13 juin à Pikes Peak ?
La firme de Bologne vient de se fendre d'un (court) teasing sur son Facebook dont le slogan peut largement faire penser que son futur missile sol-sol à grand guidon sera dévoilé le 13 juin lors de la course de Pikes Peak.
Aprilia RS660 – Les dessins ont été dévoilés
C'est un des concepts, sinon voire LE concept, qui avait fait le plus de bruit lors du salon EICMA 2018 tant cette nouveauté n'était pas attendue.
BMW 1800 Cruiser – Surprise en plein roulage
BMW fait feu de tout bois autour de son futur bicylindre à plat de 1800cc. Après les études de styles comme le Concept 1800 by Customs Work Zon, voici la première photo d'un Cruiser qui lui roule bel et bien.
Ducati Streetfighter V4 – Elle roule !
Cette fois c'est bon, on l'a vue rouler ! Cette fameuse Ducati Streetfighter V4 qui fait couler tant d'encre et qui est attendue comme le roadster ultime made in Bologne.
Essai Indian FTR 1200 S - Casseuse de codes
Essayée sur les route de Californie, l'Indian FTR 1200 S s'avère une machine inédite, mêlant le meilleur de plusieurs mondes et refusant de se laisser enfermer dans une case. Accrochez-vous, ça déménage!
Reportage - Reprogrammation Woolich Racing chez GBK Motos à Gland
On branche l’ordinateur, quelques clics et hop! le moteur sort plein de chevaux en plus. Non, c’est bien plus compliqué que ça. Il a fallu une longue journée de travail pour un résultat satisfaisant. Reportage.