Essai publié le

Essai Harley-Davidson Road King Special – Le tourisme à l’américaine [page 2]

Texte de Mathias / Photo(s) de Mathias Deshusses

Pages

Une fois lancée cependant, le poids se fait très vite oublier. Il faut bien entendu composer avec une certaine inertie lors des manœuvres à basse vitesse, mais la moto est très équilibrée et se laisse emmener avec facilité. Ma première impression, une fois sur les petites routes de la campagne g’nevoise, est que le guidage me semble hésitant, comme si la direction était flottante et réagissait avec un léger décalage. Il semblerait que les ingénieurs wisconsins aient monté le guidon sur silentblocs, comme pour préserver les bras du pilote des vibrations. Pas la meilleure de leurs idées. Il y en a pourtant des excellentes, comme ces valises qui peuvent se manipuler et s’ouvrir d’une seule main, tout en étant assis sur la moto, ou ce système de béquille qui vient s’insérer grâce au poids de la moto dans une sorte de guide, qui va la maintenir en place quoi qu’il arrive. Aucun risque donc de la voir se replier sans prévenir. Il faudra simplement faire – très – attention à ne pas s’arrêter dans le sens de la pente car même pour quelques degrés, croyez-moi sur parole, vous travaillerez votre musculature.

Grosse surprise, la moto vibre très peu. Sauf à l’arrêt. En effet, un ingénieux système (déconnectable) permet de désactiver le cylindre arrière au bout d’une poignée de secondes lorsque la moto est au ralenti, afin de limiter la montée en température du moteur, et d’agir sur la consommation, et donc par ricochet sur la pollution. A voir à l’usage si l’économie en carburant est réelle. Vous me tiendrez au courant. C’est un peu dommage, cette quasi-absence de vibrations. Je ne vais pas élever au rang de défaut le fait que les Harley-Davidson ne vibrent plus, mais cela faisait vraiment pour moi partie de l’essence même de la moto. Sans mauvais jeu de mots.

Dès les premiers tours de roues, une sensation de liberté intense m’envahit. Je ne peux pas m’empêcher de sourire. Cette position, avec les jambes un peu en avant et les bras écartés, m’emmène directement au cœur des Etats-Unis. Un coup de gaz, le moteur réponds dans un discret ronronnement et je me retrouve projeté en pleine saison de Sons of Anarchy. L’horizon est entièrement dégagé et une âme d’explorateur m’envahit. Il semblerait que cette bécane aie finalement bien la capacité de voyager loin puisqu’elle vous transporte littéralement dans un autre monde par les sensations qu’elle procure et l’atmosphère qui l’entoure. Juste magique. A son guidon, on sent qu’on peut enrouler pendant des heures sans fatigue. Bien sûr, elle n’aime pas les petites épingles trop serrées. Mais elle s’en tire avec les honneurs. Dans les virages à gauche, la moto frotte joyeusement. Satanée béquille. Dans les virages à droite, c’est un peu mieux, mais ça frotte tout de même vite. J’ai même réussi à déclencher la franche hilarité d’un groupe de cyclistes, arrêtés dans une épingle pour admirer la vue, et visiblement surpris par le différentiel raclement/vitesse de passage de la moto. Dur pour l’ego. L’avantage, pour un poireau dans mon genre n’ayant jamais tâté du circuit ni posé le genou (ça existe chez Acid, oui oui !), c’est que ça me donne l’impression d’être Valentino Rossi dans ses œuvres. Ça penche. Ça frotte. On redresse. Gaz à fond dans la ligne droite des stands. Juste devant, Jorge Lorenzo essaie de me distancer mais rien à faire, je fonds sur lui et le rattrape juste après la double gauche. Profitant de mes disques de freins en carbone, je lui fais l’intérieur et ooooohooooo pu… je ne suis pas sur un circuit et ma Road King ne freine pas comme une M1. Dur réveil !

Pourtant, la route idéale pour cette moto n’est pas tellement éloignée d’un circuit de course. Il lui faut un billard, tant les routes trop bosselées ne sont pas son fort. En conduite « un peu » sportive tout du moins. Sur la route du Col du Pillon, l’expérience se transforme en un véritable calvaire en essayant d’augmenter la cadence pour suivre le rythme de la moto qui me devance. Du pur rodéo. La moto talonne sur les grosses compressions, voir les moyennes compressions, voir… toutes les compressions en fait. Elle me fait immédiatement comprendre que le rythme n’est pas le bon et qu’il va falloir se calmer. Mais l’avantage d’avoir des suspensions souples, c’est le confort. Et à ce niveau, la Road King assure. Sur la sublissime route qui me mène au sommet du Grimselpass, j’adopte une conduite plus coulée et je profite du panorama. J’enroule tranquillement, au rythme du big twin de Milwaulkee qui ronronne. C’est vraiment un moteur agréable. S’il est assez linéaire dans sa façon de distiller les sensations, il répond présent à la moindre sollicitation de la poignée droite, en envoyant ses 150 Nm de couple embrasser généreusement le bitume. Une sorte de force tranquille, capable de vous tirer les bras si vous le lui demandez, mais qui vous donne du plaisir à cruiser tranquillement. Avec la Road King, on achète une moto, mais surtout une philosophie. Intemporelle. Elle est capable de nous transporter, au sens propre comme au figuré. On se laisse emporter et c’est elle qui nous emmène, avec le vent qui nous caresse le visage. Bien sûr, elle coute un bras. Voir deux ou trois. Mais ce bien être et ce feeling exceptionnel n’as pas de prix. Si vous pouvez vous le permettre, il n’y a aucune raison de s’en priver.

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Look réussi
+
Confort général
+
Consommation maitrisée
On a moins aimé :
-
Sonorité trop discrète
-
Tenue de route sur voie dégradée
-
Moteur qui manque de punch. Pourquoi n’avoir pas opté pour le 114Ci ?

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Harley-Davidson
Modèle :
Road King Special
Année :
2018
Catégorie :
Cruiser
Moteur
Type :
Bicylindre en V 4-temps "Milwaulkee-Eight® 107"
Cylindrée :
1745 cm3
Refroidissement :
à air
Performances
Puissance max. :
89 ch à 5450 tr/min
Couple max. :
150 Nm à 3250 tr/min
Transmission
Finale :
Par courroie
Boîte :
6 rapports
Freinage
ABS :
Oui
Dimensions
Longueur :
2 420 mm
Empattement :
1625 mm
Hauteur de selle :
695 mm
Poids à sec :
355 kg
Poids total :
372 kg
Réservoir :
22,7 litres
Catalogue
Prix de vente :
CHF 27'400.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Essai Ducati Scrambler 1100 sport - La vintage tout terrain à l’italienne
Ducati soigne les détails et la finition de ses motos n’est plus à discuter. Se trouver au guidon de la Ducati Scrambler 1100 Sport n’était pas forcément mon premier choix pour un essai mais... qu’en est-il après deux semaines à son guidon ?
Norton a présenté ses Atlas Nomad et Ranger
Le fabricant britannique Norton a dévoilé hier ses deux nouvelles motos lors d'un événement qui a eu lieu hier soir à son siège de Donington Hall.
Les trottoirs genevois continueront d'accueillir les deux-roues motorisés
L'information relevée par nos confrères de la TdG, confirme que le Conseil d'Etat ne fera pas la chasse aux deux-roues motorisés et qu'une tolérance sur les trottoirs reste une «approche pragmatique et de bon sens».
Une Honda CB1000R sauce arrabiata pour Dani Pedrosa
Le concessionnaire Honda, Moto Macchion, situé à Legnano non loin de Milan, vient de rendre un hommage au futur retraité de la MotoGP, à Dani Pedrosa #26.
EICMA 2018 - Notre galerie photo du salon de Milan
Notre galerie photo du Salon de la Moto de Milan 2018 - Nouveautés, ambiance et girls au programme
EICMA 2018 - Honda présente sa nouvelle CB650R 2019
Honda dévoile, à l'occasion du salon EICMA de Milan, la totalité de sa gamme européenne 2019, dont cette nouvelle CB650R.

Recherche

Hot news !

Yamaha R3 bLU cRU Cup / Switzerland - Découvrir la course en "all inclusive"
Amener de jeunes pilotes dans le championnat suisse, grâce à une formule "tout compris" accessible. C'est le pari du groupe Hostettler / Yamaha Suisse avec la R3 bLU cRU Cup / Switzerland. Une formule d'accès à la compétition qui donne faim!
La BMW S1000RR 2019 surprise lors d’un roulage en Espagne
On y est, la saison des photos volées est ouvertes !! Cette fois c’est la BMW S1000RR 2019 dont nous vous parlions pas plus tard qu’hier qui a été surprise lors de tests de roulage en Espagne.
Intermot 2018 - Triumph Street Scrambler 2019 - En route pour l’Aventure
Aujourd’hui, pour la plupart ce n’est plus le cheval ultime ni la dernière technologie embarquée qui excite notre cervelet de motard, mais bien l’Aventure avec un grand A. Triumph l’a très bien compris avec ce modèle Street Scrambler 900 2019 prêt à vous emmener au bout du monde.
Ténéré 700 – Le teasing continue en Argentine avec cette fois Adrien Van Beveren
Après Rodney Faggotter et Stéphane Peterhansel, c'est cette fois au pilote français Adrien Van Beveren, pilote du Yamaha Official Rally Team de prendre le guidon de la future Ténéré 700.
Essai Dunlop Sportsmart TT - Compromis radical
Pour combler son offre su rue créneau des pneus sportif, Dunlop a pris tout le meilleur de son D213 GP Pro pour le placer dans un pneu vraiment polyvalent.
Des nouvelles sportives chez BMW en 2019 - S1000RR, S675RR et G310RR ?
Il semblerait que pas moins de 9 nouveaux modèles soient au programme chez BMW pour 2019.

Liens Partenaires