Essai publié le

Essai Triumph Bonneville Bobber Black – Back in black ! [page 3]

Texte de Gonzo / Photo(s) de Photographe "Triumph"

Pages

Je débraye et appuie sur le démarreur. Dès ce moment, la magie opère. Le son distillé par les échappements biseautés est feutré, grave et très prometteur. Et encore, on n’est qu’au ralenti. Quelques coups de gaz me font comprendre que je vais certainement bien m’amuser au guidon. Je passe la première et dès les premiers tours de roues, les kilos de la moto disparaissent.

Que ce soit en milieu urbain, ou sur le reste de la route, la problématique du poids ne m’est jamais revenue en tête. La raison est assez simple. En fait le poids de la moto est situé assez bas, donc il n’est absolument pas gênant.

Rapidement, je profite du moteur 1200 cm3 du Bobber Black, qui est juste extraordinaire. Il est parfaitement adapté à cette moto. Si le bloc moteur est issu de la Bonneville, des réglages différents ont été faits pour une réaction adaptée à cette moto. Le couple est assez surprenant puisqu’il atteint 106 Nm à 4'000 tr/min. Alors ok, c’est la valeur maximale, mais ce qui est vraiment intéressant, c’est qu’à environ 2'200 tr/min, on est quasiment à 10 Nm, et que cette valeur monte crescendo jusqu’à 4'000 tours. Et la, on pourrait se dire que le moteur va s’éteindre et qu’il faut passer la vitesse supérieure. Ben non. On ne redescend à la valeur initiale qu’aux alentours des 5'500 tours. Pour la faire plus simple et sans chiffres, on a du couple tout de suite, et jusqu’à longtemps. Si la plage d’utilisation la plus fun reste les mi-régimes, on peut se permettre de descendre à 1500 tours sur le cinquième rapport, d’essorer la poignée et le moteur fera le reste. Ca tapera un peu au début mais la moto repartira sans réelle gêne.

Mais le couple ne fait pas tout. 77 chevaux, ce n’est pas immense, mais honnêtement, pour cette typologie de moto, c’est suffisant. On en aimerait toujours plus, mais il faut rester objectif… D’autant plus que le moteur est disponible partout et il donne l’impression d’être élastique. Comme disait un confrère, « on pourrait rouler toute la journée sur deux rapports tellement il y a de l’allonge ». Et tout ça avec une souplesse assez paradoxale. On sent que ça arrive, sans jamais être surpris ou violenté.

Et cette souplesse amène à un autre constat. Par temps sec, le contrôle de traction ne sert à rien. A moins de provoquer la perte d’adhérence de l’arrière, la moto ne bouge pas. En revanche, si vous cherchez à jouer sur des départs un peu « appuyés », ou que vous jouez de la cirette, le rodéo est garanti, pour le plus grand des bonheurs de son pilote. N’oublions pas qu’un des principes du Bobber est sa conduite « hot-rod ». On ajoute à cela la mélodie des échappements qui est super agréable et la conduite devient rock’n’roll, et ça, c’est juste génial. Du reste, les plus avertis auront assez vite compris le choix du titre et sur quels morceaux de musique j’ai tapé cet article ;-)

Je vous expliquais plus haut que la principale différence entre le Bobber d’origine et le Bobber Black se trouvait dans son train avant. Pour commencer, ça freine enfin ! Et correctement en plus, avec du mordant dès la prise du levier.

Les améliorations apportent un vrai plus à la moto. Si le gros pneu ampute un peu de vivacité sur les changements d’angle, on est sur un rail. La fourche fonctionne à merveille et aucun mouvement parasite ne vient perturber le Bobber Black dans les virages. Jusqu’à ce que le cale-pied fasse connaissance avec le bitume.

Vous me direz que l’orientation première de ce genre de moto n’est pas de prendre beaucoup d’angle et vous avez raison. Mais entre son moteur, sa partie cycle saine et rassurante et son freinage, on se prend vite au jeu. C’est là toute la réussite du modèle. Malheureusement, la garde au sol vous remettra vite à l’ordre car une fois le cale pied posé par terre, il n’y a plus vraiment de place à l’improvisation. Et si on essaie de forcer, c’est ensuite la béquille (du côté gauche) qui servira de dernier avertissement. C’est dommage car sans ça, je pense que le Bobber Black se rapprochait du sans faute ! Bien sûr, on pourrait critiquer la capacité du réservoir, mais le style de la moto veut ça. Et puis il faut aussi dire que vu la consommation, on peut faire environ 160 km avec les 9 litres, ça reste super correct !

Au final, ce Bobber Black est juste une machine à plaisir. On est surpris de ce que l’on arrive à faire avec cette machine et du coup, on lui en demande toujours plus. Mais le plus important, c’est qu’il distille un plaisir immense à son pilote, et juste pour ça, à mes yeux, cette brêle est une pure réussite !

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
son moteur
+
Son train avant
+
La bande son
+
Super joueur sans contrôle de traction
+
Son look
On a moins aimé :
-
La garde au sol

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Bonneville Bobber Black
Année :
2018
Catégorie :
Cruiser
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Bicylindre parallèle, 8 soupapes simple arbre à cames en tête calé à 270°
Cylindrée :
1197 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique séquentielle multipoint
Performances
Puissance max. :
77 ch à 6'100 tr/min
Couple max. :
106 Nm à 4'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaine
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multi disques à bain d'huile
Partie Cycle
Châssis :
Cadre double berceau tubulaire en acier
Suspension AV :
Fourche télescopique Showa 47 mm
Course AV :
90 mm
Suspension AR :
mono-amortisseur à tringlerie
Débattement AR :
77 mm
Pneu AV :
130/90 B16 (Avon Cobra AV71)
Pneu AR :
150/80 R16 (Avon Cobra AV72)
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque de 310 mm avec étriers flottants à montage radial Àrembo, à 2 pistons
Frein AR :
Simple disque de 255 mm avec un étrier à un piston Nissin
Dimensions
Longueur :
2'235 mm
Empattement :
1'510 mm
Largeur :
800 mm
Hauteur de selle :
690 mm
En position basse. Hauteur réglable
Poids à sec :
237,5 kg
Réservoir :
9,1 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Jet Black
 
Matt Black
Catalogue
Prix de vente :
CHF 14'750.-
CHF 180.- seront à ajouter pour le coloris Matt Black
En ligne :

Plus d'articles Moto

MV Agusta F4 Claudio Castiglioni – Attention, fracture de la rétine en approche
On sait MV Agusta capable de séries limitées proches de la perfection. Des éditions qui nous font rêver tant par le dessin que par les matériaux utilisés. Et pour cette nouvelle édition, produite en hommage au créateur de la marque de Varèse, la barre a été mise très, très haute… admirez la MV Agusta F4 Claudio!
MotoGP à Motegi – Jorge Lorenzo jette à nouveau l'éponge
Il avait promis d'essayer, mais malheureusement sa blessure au poignet ne lui a pas permis de boucler plus qu'un seul tour du tracé de Motegi, Jorge Lorenzo se voit à nouveau contraint de déclarer forfait pour la course.
Essai KTM 1290 SuperDuke R - La Bête, appellation non usurpée
La référence parmi les streetfighters explosifs, de même que la plus extravagante en termes de design, l’Autrichienne marie les extrêmes sans ménagement.
A Genève plusieurs associations se mobilisent pour la mobilité des deux-roues motorisés
La semane passée, plusieurs associations, dont votre canard en ligne en tant que rapporteur, se sont mobilisées pour discuter du futur de la mobilité des deux-roues motorisés à Genève.
Essai Yamaha R3 "bLU cRU Cup" - Petite machine à rêves
Pour étayer la présentation de son projet de coupe de marque, Yamaha Suisse nous a lâchés sur les R3 préparées de ce futur championnat, sur le rapide tracé du Motorland Aragon. On ne s'est pas fait prier... et on a adoré!
Yamaha R3 bLU cRU Cup / Switzerland - Découvrir la course en "all inclusive"
Amener de jeunes pilotes dans le championnat suisse, grâce à une formule "tout compris" accessible. C'est le pari du groupe Hostettler / Yamaha Suisse avec la R3 bLU cRU Cup / Switzerland. Une formule d'accès à la compétition qui donne faim!

Recherche

Hot news !

La BMW S1000RR 2019 surprise lors d’un roulage en Espagne
On y est, la saison des photos volées est ouvertes !! Cette fois c’est la BMW S1000RR 2019 dont nous vous parlions pas plus tard qu’hier qui a été surprise lors de tests de roulage en Espagne.
Intermot 2018 - Triumph Street Scrambler 2019 - En route pour l’Aventure
Aujourd’hui, pour la plupart ce n’est plus le cheval ultime ni la dernière technologie embarquée qui excite notre cervelet de motard, mais bien l’Aventure avec un grand A. Triumph l’a très bien compris avec ce modèle Street Scrambler 900 2019 prêt à vous emmener au bout du monde.
Ténéré 700 – Le teasing continue en Argentine avec cette fois Adrien Van Beveren
Après Rodney Faggotter et Stéphane Peterhansel, c'est cette fois au pilote français Adrien Van Beveren, pilote du Yamaha Official Rally Team de prendre le guidon de la future Ténéré 700.
Essai Dunlop Sportsmart TT - Compromis radical
Pour combler son offre su rue créneau des pneus sportif, Dunlop a pris tout le meilleur de son D213 GP Pro pour le placer dans un pneu vraiment polyvalent.
Des nouvelles sportives chez BMW en 2019 - S1000RR, S675RR et G310RR ?
Il semblerait que pas moins de 9 nouveaux modèles soient au programme chez BMW pour 2019.
Essai Husqvarna Svartpilen 401 - Petite machine, grandes aventures
Surprenante et attachante, la Svartpilen propose la vision d'une moto de route selon Husqvarna dans une version accessible à tous. Récit d'aventures pas communes sur une machine à fort potentiel.

Liens Partenaires