Essai publié le

Essai Ducati Monster 821 - Rendez-vous avec la Dame [page 2]

Texte de Jimmy / Photo(s) de Milagro / Avec la collaboration de Tinder, Meetic, AdopteUneMoto

Pages

Jogging à deux

Virevoltant sur des petites routes bosselées, constellées de fissures et d’affaissements, la Monster 821 se révèle entiérement. Le feeling du train avant est excellent, elle me transmet toutes les informations de sa roue avant. Avec une implacable précision : même les plus petites pertes d’adhérence se ressentent. Une fois les Diablo Rosso III bien en température, l’avant est rivé au sol. La Monster, après 25 ans, est toujours un rail et ne dévie de sa trajectoire que sur demande. Sans concession, elle n’absorbe aucune irrégularité et relève chaque détail pour me le renvoyer à la figure. Sacré caractère !

Compacte et très agile, Madame se laisse mener du bout des doigts et réagit vivement aux commandes.  Le frein avant, très mordant, m’offre une course morte un peu importante à mon goût. La puissance d’arrêt est bien là et l’ABS veille au grain. Ducati, qui annonce sa 821 comme la plus équilibrée des Monster, ne s’est pas trompé.  Bien installé sur sa selle à l’assise relativement confortable, je ressens le travail du pneu arrière à chaque sortie de courbe. Même en la sollicitant dans les hauts-régimes, la motricité de la Monster est excellente et elle me pousse à en rajouter. La route ne s’améliore pas, mais le rythme augmente. Je passe en mode Sport et désactive son traction control. Elle est d’accord…

BRÂÂÂÂÂP ! Sa roue avant survolant le bitume, la Monster me dévoile enfin sa dernière facette. Dès 6'000 tours, le twin tracte copieusement et profite d’un second souffle passés les 7'500 tours, en envoyant le compte-tours vers la zone rouge dans des vocalises grisantes. On plonge tous les deux dans les courbes, même en gardant du frein avant sur les bosses : rien ne bronche. Son réservoir me permet de caler mes genoux alors que ses cale-pieds redessinés, plus ergonomiques, s’accrochent à mes semelles. L’état des routes ne permettant pas d’attaquer à outrance, la Monster se régale et pourrait faire ça toute la journée ! Bien plus efficace emmenée en finesse, elle me dessine des trajectoires délicates et me susurre des mots doux en italien. Je crois qu’elle m’aime bien.

Arrivés dans le petit village de San Leo, on s’offre un selfie avant d’aller manger. La Monster reste causer avec ses sœurs, sans doute pour me comparer aux autres prétendants de ses sœurs. A table, on est tous d’accord : la Monster sait s’amuser et on a hâte de remonter en selle.

Avant de repartir, je me promène dans la pléthore de paramètres personnalisables via l’écran TFT du compteur. L’affichage change selon le mode de conduite choisi. Je reste en Sport et la Monster m’invite à monter le niveau d’intervention de l’ABS au maximum, pour voir. La navigation est facile une fois le pli pris et on peut s’offrir trois modes entièrement personnalisés, grâce à la fonction de mémorisation.

Friendzone ?

Pour digérer, on s’offre encore quelques kilomètres de petites routes pour retrouver Rimini et nôtre hôtel. Enroulant rapidement derrière le guide, la Monster m’offre un chouette moment et continue de placer ça et là ses arguments. Assez de couple pour rester sur les rapports intermédiaires, même pour un dépassement. Du punch haut dans les tours pour s’amuser et surtout un châssis très équilibré, qui se montre confortable (pour une Monster) et prêt à accepter un pilotage sportif.

On boit un verre dans une station-service accolée à un garage datant de Mathusalem, conservé « dans son jus », qui semble un point de chute fréquent de la Monster. Elle se montre toutefois raisonnable avec une consommation d’environ 5,6 litres au 100km. Pas une ivrogne, mais pas une sainte non plus. On pourrait vraiment bien s’entendre.

De retour dans les environs de Rimini, Madame Monster me chauffe. Au premier degré. Avec son échappement. La ville, sous le soleil, c’est pas son truc et elle le fait allègrement savoir. On se faufile un peu, exercice qu’elle apprécie malgré un rayon de braquage très limité, pour arriver plus vite. Plein de garçons se retournent à notre passage. Des filles aussi. Elle plaît, la 821. Nous voici arrivés au moment fatidique. Face à la mer, je tourne la clé de contact. La Monster me regarde, dans sa jolie robe jaune. On papote, on parle de projets futurs. Elle m’avoue un peu gênée qu’elle demande 12'490 francs à son futur mari.

Gloups. Ça monte même à 300 francs de plus pour qu’elle porte ses robes jaune ou noir mat. C’est beaucoup, même si l’équipement de série est d'une qualité exceptionnelle et que le plaisir de partager sa route avec elle vaut son pesant d’or. La Monster 821 est une machine élitiste, mais a de quoi provoquer un coup de cœur à plus d’un pilote, qui ne cillera pas au moment de signer la dot.

C’est au bord de la mer qu’on s’est rencontrés, c’est ici qu’on se séparera. La Monster 821 porte plus que dignement ses 25 ans. Et elle les portera sans doute encore longtemps. Et saura sans doute trouver un partenaire qui lui correspondra. Et qui sait, on se recroisera peut-être...
 

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
la beauté éternelle de la Monster
+
le coloris jaaaauuuune!
+
le comportement sportif et joueur
On a moins aimé :
-
le commodo gauche piqué à BMW
-
l'échappement qui chauffe en ville
-
le prix élevé par rapport à la concurrence

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Ducati
Modèle :
Monster 821
Année :
2018
Catégorie :
Roadster
Moteur
Type :
Bicylindre en L Testatretta 11°
Cylindrée :
821 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
109 ch à 9'250 tr/min
Couple max. :
86 Nm à 7'750 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports, quickshifter en option (300.-)
Embrayage :
Multirisque à bain d'huile, anti-dribble et servo-commandé
Partie Cycle
Châssis :
Treillis tubulaire
Suspension AV :
Fourche inversée ø 43mm
Course AV :
130 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur réglable en précharge et détente
Débattement AR :
140 mm
Pneu AV :
120 / 70 ZR 17
Pneu AR :
180 / 55 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque ø 320mm avec étriers radiaux Brembo M4-32, 4 pistons
Frein AR :
Simple disque ø 245mm avec étrier à 2 pistons
Dimensions
Empattement :
1'480 mm
Hauteur de selle :
810 mm
réglable à 785mm, kit -20 et -40mm en option
Poids à sec :
180 kg
Poids total :
206 kg
Réservoir :
16,5 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Ducati Red
 
Ducati Yellow
 
Stealth Black
Catalogue
Prix de vente :
CHF 12'490.-
12'790 pour versions jaune et noir mat
En ligne :

Plus d'articles Moto

Kawasaki Z1000 Pearl Storm Gray / Candy Surf Blue 2018 - Du vert au bleu
Le Géant Vert, Kawasaki, vient de présenter un nouveau coloris pour sa bestiale Z1000 millésime 2018.
Genève - Les Pro Vélo vont manifester contre l'ouverture des voies de bus aux deux-roues motorisés
Pro Vélo Genève, ATE et actif-trafiC, trois associations qui décident de manifester contre les deux-roues motorisés.
La Yamaha T7 surprise lors d'un roulage à Milan
La très attendue Yamaha T7 vient d'être surprise lors d'un roulage dans les rues de Milan dans ce qui devrait être sa robe définitive preuve que sa présentation officielle devrait se faire à la fin de l'année.
Honda Monkey 125 - L'icône est de retour sur le marché pour 2018
Le Honda Monkey est probablement l’un des 2 roues les plus emblématiques des années 70, mais sa carrière commence en fait dès le début des années 60, plus précisément en 1961.
WSBK à Assen Course 1 – Rea rejoint le king Fogarty au nombre de victoires dans la cathédrale d’Assen
Malgré les assauts du local Van Der Mark, et d’un Chaz Davies en forme, Jonathan a fait du Rea en augmentant son rythme en fin de course pour s’assurer la victoire et égaler ainsi le king Fogarty au nombre de victoire sur ce circuit.
Ducati va équiper ses motos de radars anti-collision dès 2020 - Le programme ARAS est en marche
La firme de Bologne continue son processus d’innovation en matière de sécurité sur ses motos et introduira dès 2020 un système de radars sur l’un de ses modèles.

Recherche

Hot news !

Un châssis de S1000RR en impression 3D
Après la HP 4 Race et son châssis entièrement réalisé en carbone, le constructeur à l'hélice démontre encore aujourd'hui son savoir-faire et sa technologie avec ce châssis de S1000RR réalisé en impression 3D.
Essai Husqvarna Vitpilen 701 – Une vraie surprise
De retour sur les routes, Husqvarna explore de nouveaux horizons et propose, avec sa Vitpilen 701, un modèle ébouriffant, abouti et vraiment très très fun à rouler. On a testé la bête à Barcelone et on a aimé.
Essai Ducati Panigale V4 S - Nouvelle ère, nouvelle reine
Après 30 ans de bons et loyaux services, le bicylindre à 90° des Superbike Ducati est remplacé par un V4 ultra-technologique et sensationnel. La marque italienne prend un virage à... 90° dans son histoire avec sa Panigale V4.
KTM 690 Enduro et SMC R – Elles reviennent !
On les aimait mais la norme Euro4 les a bannies. Rassurez-vous, les Katoches 690 Enduro et SMC R reviennent ! Merci à MCN pour ces clichés.
Honda RVF 1000 V4 – Young Machine est certain qu'une sportive V4 arrivera
Nos confrères japonais de Young Machine sont certains qu'elle finira par arriver, mais de qui parle-t-on ? De la Honda sportive dotée d'un V4 qui doit prendre la suite des mythiques RC30 et RC45.
Yamaha YZF-R1M 2018 – Les réservations sont ouvertes
Le site dédié aux réservations de la R1M 2018 sont ouvertes. Si vous voulez la vôtre, faites vite, il n'y en aura pas pour tout le monde.

Liens Partenaires