Essai publié le

Essai TM Racing SMX 250 et SMX 450 – Victoire par KO

Texte de Gonzo / Photo(s) de Sébastien Leroux
Imprimer cet article

TM Racing, c’est une petite entreprise italienne, basée à Pesaro qui a été fondée par deux amoureux des moteurs. Karting, motocross, enduro et supermotards sont de la partie pour la boîte fondée par Claudio Flenghi et Francesco Battistelli en 1976. Et cette passion, il suffit de regarder une SMX pour la ressentir. Fourches Marzocchi, freinage Accossato PR 16, les motos transpirent les produits de qualité.

C’est le petit matin, et j’ai devant moi les deux jouets pour adultes que le magasin MM Ride m’a gentiment mis à disposition. Pour la petite histoire, la 4 et ½ appartient à Alexandre, un des deux boss du garage. Mais j’y reviendrais par la suite. N’étant pas vraiment un expert en SM, c’est vers la « petite » 250 que je me dirige pour commencer ma journée. Petite par la cylindrée, mais comme disait la publicité d’un constructeur automobile français (celui dont le logo est un cric), elle a tout d’une grande.

L’équipement d’abord. Une fourche à la taille imposante (50 mm) signée Marzocchi, ponctuée par une roue avant en 16,5 pouces dans laquelle l’étrier de frein Brembo vient pincer un disque pétale de 305 mm, le tout activé par un maitre cylindre Accossato PR 16. Ouais, du beau matos comme j’ai dit !

Vu de derrière, la SMX 250 est assez fine. Sa roue arrière en 17 pouces est surplombée d’une double sortie HGS. Alex me prévient : « tu verras, pour une 2 et ½, elle fait pas mal de bruit » !

On va voir ça tout de suite ! Un coup de kick et la belle démarre dans un ronronnement propre au monocylindre qui, en effet, se fait entendre. J’enclenche la première et je m’en vais découvrir le tracé en même temps que la « petite » TM Racing. Et le tout avec un marshall de qualité!

La SMX 250 met rapidement en confiance. Son poids plume et sa partie cycle redoutable donnent vite envie de jouer. En reliant la moto au bitume avec les excellents Michelin Power SuperMoto, l’alchimie opère et je passe en mode « débile ». On rentre fort dans les virages en inclinant la moto de manière assez inquiétante par moment. Mais ça passe. A chaque fois. Et puis la courte ligne droite du circuit donne sur un virage à droite qui permet de mettre la moto en glisse très facilement. En rétrogradant deux rapports, et en combinant cette action au mordant des freins, aussi efficace que rassurant, et l’arrière balaye la piste joyeusement. Du reste, si je ne faisais pas systématiquement glisser l’arrière c’est plus mon niveau qu’il faut châtier plutôt que la moto.

Petit à petit, je me rends compte que je pensais rentrer fort dans certains virages mais que neni ! J’en remets un peu plus, toujours et encore, tours après tours. Surtout après avoir pris conscience de cette partie géniale et du fonctionnement du moteur. Pour un moulin de 250 cm3, le couple et l’allonge sont vraiment top ! Alors bien sûr, les sorties de virage sur la roue arrière ne sont pas légion avec cette cylindrée, mais j’ai rapidement l’impression d’être efficace. Suffisamment en tout cas pour que mes réflexes de pistard prennent le dessus par moment. Du coup, le circuit de l’Enclos assiste à un spectacle un peu … bizarre. Un mec qui bourrine au guidon d’une TM Racing 250 et qui passe ses virages genoux par terre, en sortant le haut du corps mais qui rentre des glissounettes par moment. Ben ouais, pour ceux qui me connaissent pas, sachez quelque chose : Gonzo ne fait pas toujours tout juste ☺

Blague à part, ça n’aurait pas été bien grave si cet excès d’optimisme ne m’avait pas amené à frotter le genou, le cale-pied, le guidon … et mon cuir. Le double droit au fond du circuit aura eu raison de ma position inadaptée. Heureusement, très peu de casse et pas de bobo. Encore désolé. Mais comme m’a répondu Alex, c’est aussi ça le supermot !

Après le repas passé en compagnie de Vivien, Alex et Christophe (le proprio de la SMX 250), il est temps pour moi de passer sur la grande TM Racing. Et là, on change de catégorie…

La SMX 450 en impose. Comme je disais plus haut, Alex, son proprio l’a bichonnée et embellie. Pour preuve, les équipements qui ont été ajoutés sont les suivants :

  • Jantes Alpina bicolor noir/bleu Tubless (avant en 16.5 " et arrière en 5.5x17)
  • Cales pied supermotard avec slider amovible
  • Protèges main Racetech
  • Poignées Emig bleu et noir
  • Chaîne bleue
  • Installation d'un Starlane
  • Kit déco perso
  • Protection de cadre Vibram

Rien donc, qui ne puisse dénaturer l’aspect mécanique que la TM Racing peut offrir d’origine.

Un coup de démarreur électrique (une option bien pratique) et la 4½  ronronne. Pas comme un chaton qui veut des câlins, non, plutôt comme la grosse bête qui se réveille et qui te promet un moment « sport ».

Et là, TM Racing ne ment pas. Dès les premières accélérations, on rentre dans un autre monde. La roue avant se dresse joyeusement à peu près à la même vitesse que les bras s’allongent.

Rapidement, on se rend compte qu’elle demande une plus grande expérience. Evidemment, on arrive beaucoup plus vite dans les virages d’autant plus que le shifter permet de jouer de la boite à vitesse. Heureusement, les freins, tout aussi efficaces que sur la SMX 250 permettent de stopper net la moto lorsque l’on presse fermement sur le levier Accossato.

Plus rapide, plus impressionnante, je mets beaucoup moins la 450 en glisse que sa petite sœur. Non pas qu’elle ne s’y prête pas, mais en arrivant aussi fort dans certains virages, je préfère assurer. L’arrière balaye mais je ne force pas la glisse.

Et puis avec un tel moteur, il y a d’autres moyens de jouer. Chaque sortie de virage est sujette à ressortir sur la roue arrière. Putain c’est bon !!! Et quand on voit quelqu'un d'expériementé en la matière s'amuser avec la bête, on ne peut que devenir admiratif.

Mais le contrecoup de ce moteur si plein, c’est que la moto est forcément plus physique. Et même si cette machine est ultra légère, elle reste plus lourde que la SMX 250 avec laquelle j’ai pris mes marques dans la matinée. Si ce poids en plus n’enlève en rien l’agilité de la moto, il faut avouer qu’avant d’être bon à son guidon, il faudra enquiller des tours de piste… Heureusement que la partie cycle est impériale. Le comportement de la belle est sain en toutes circonstances.

Christophe avec qui j’ai roulé toute la journée est assez clair : « pour moi, t’étais plus rapide avec la 2 et demi ! »  Et si aucun chrono n’a été pris pour confirmer ou infirmer ses dires, c’est également mon ressenti.

Je ne dirais pas que la SMX 250 est plus efficace que la 450, évidemment, mais ce qui est sûr, c’est que pour commencer le supermot’, elle sera plus adéquate, plus rassurante. Mais au niveau plaisir et sensation, la SMX 450 est loin, très loin devant, et elle m'a mis KO...

Si d’aventure une 450 vous intéresse, le modèle que j’ai pu essayer est à vendre au garage MM Ride … Et si vous vouliez plus de clichés de cette moto, cliquez ICI et profitez!

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Moteur
+
Partie cycle
+
Freinage
+
FUN!!!!!
On a moins aimé :
-
Exigeante (pour la 450)

Fiche technique

Véhicule
Marque :
TM Racing
Modèle :
SMX 450
Année :
2017
Catégorie :
Supermotard
Moteur
Type :
Monocylindre 4 temps, 4 soupapes
Cylindrée :
449 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
injection électronique
Performances
Puissance max. :
NC ch à NC tr/min
Couple max. :
NC Nm à NC tr/min
Transmission
Finale :
Par chaine
Boîte :
5 rapports
Embrayage :
multidisque à bain d'huileultidisque à bain d'huile
Partie Cycle
Châssis :
cadre périmétrique en aluminum
Suspension AV :
Fourche inversée Marzochhi 50mm
Suspension AR :
Monoamortisseur TM Racing
Freinage
ABS :
Non
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Disque Wave de 305 mm, maitre cylindre radial Accossato 16.16 avec un étrier Brembo
Frein AR :
Disque Wave de 245 mm avec maitre cylindre Nissin
Dimensions
Réservoir :
7,5 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Coloris TM Racing (bleu et blanc)
Catalogue
Prix de vente :
CHF 10'190.-.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Essai Benelli TRK 502 - Tribulations d'une Italienne de Chine
Mine de rien, la production chinoise de développe sur nos routes. La preuve avec Benelli, ressuscitée grâce à l'investissement asiatique, qui nous a mis dans les pattes le petit trail TRK 502. Une machine simple et robuste, pas parfaite mais plus que capable.
Kawasaki Open House 2018 - Découvrez les nouveautés Kawasaki les 24 et 25 novembre !
Le traditionnel Kawasaki Open House se déroulera le week-end du 24 et 25 novembre à Härkingen (SO).
MRS Oficina Kawasaki Z900RS - Le coup de maître !
Vous trouviez la néo-rétro Kawasaki Z900 RS un peu fade ? Le préparateur MRS Oficina dévoile une mouture à faire tourner les têtes !
Paton S1R – L'artisan italien fête ses soixante ans
L'artisan italien Paton fête ses soixante ans en lançant la S1R qui est également un hommage à la victoire de Michael Dunlop à son guidon au TT.
Bennetts vous invite à faire le tour de la Norton V4 RR
Le spécialiste de l'assurance anglais de l'assurance Bennetts vient de publier sur son FB une vidéo mettant en scène une véritable pièce d'orfèvrerie : la Norton V4 RR.
Essai Ducati Scrambler 1100 sport - La vintage tout terrain à l’italienne
Ducati soigne les détails et la finition de ses motos n’est plus à discuter. Se trouver au guidon de la Ducati Scrambler 1100 Sport n’était pas forcément mon premier choix pour un essai mais... qu’en est-il après deux semaines à son guidon ?

Recherche

Hot news !

Yamaha R3 bLU cRU Cup / Switzerland - Découvrir la course en "all inclusive"
Amener de jeunes pilotes dans le championnat suisse, grâce à une formule "tout compris" accessible. C'est le pari du groupe Hostettler / Yamaha Suisse avec la R3 bLU cRU Cup / Switzerland. Une formule d'accès à la compétition qui donne faim!
La BMW S1000RR 2019 surprise lors d’un roulage en Espagne
On y est, la saison des photos volées est ouvertes !! Cette fois c’est la BMW S1000RR 2019 dont nous vous parlions pas plus tard qu’hier qui a été surprise lors de tests de roulage en Espagne.
Intermot 2018 - Triumph Street Scrambler 2019 - En route pour l’Aventure
Aujourd’hui, pour la plupart ce n’est plus le cheval ultime ni la dernière technologie embarquée qui excite notre cervelet de motard, mais bien l’Aventure avec un grand A. Triumph l’a très bien compris avec ce modèle Street Scrambler 900 2019 prêt à vous emmener au bout du monde.
Ténéré 700 – Le teasing continue en Argentine avec cette fois Adrien Van Beveren
Après Rodney Faggotter et Stéphane Peterhansel, c'est cette fois au pilote français Adrien Van Beveren, pilote du Yamaha Official Rally Team de prendre le guidon de la future Ténéré 700.
Essai Dunlop Sportsmart TT - Compromis radical
Pour combler son offre su rue créneau des pneus sportif, Dunlop a pris tout le meilleur de son D213 GP Pro pour le placer dans un pneu vraiment polyvalent.
Des nouvelles sportives chez BMW en 2019 - S1000RR, S675RR et G310RR ?
Il semblerait que pas moins de 9 nouveaux modèles soient au programme chez BMW pour 2019.

Liens Partenaires