Essai publié le

Essai Triumph 1050 Speed Triple R – God save the Speed [page 2]

Texte de Gonzo / Photo(s) de Malo Liechti - "je monte à l'envers sur la moto là"?

Pages

Le moteur est tout simplement génial. Que l’on roule dans les tours ou, au contraire, à bas régime, les reprises sont présentes et la réputation du trois-cylindre est mise à l’honneur.

Lors de ce test longue durée, j’ai eu l’occasion de rouler la Speed Triple R sous la pluie. Pas une petite pluie de Mickey, hein, un vrai déluge bien de chez nous. Hé bien malgré une monte pneumatique qui n’est pas vraiment faite pour ces conditions (la Speed Triple R est équipée de Pirelli Supercorsa), le mode Rain se montre diaboliquement efficace. A l’accélération, on sent l’arrière de la moto bouger avant que tout ne rentre dans le droit chemin sans que l’on ait besoin de juguler son accélération. Pour le freinage l’ABS se déclenche plus rapidement et évite ainsi de se bourrer lamentablement. Bref, si cette météo n’était pas des plus agréables pour tester une moto, elle m’aura au moins permis de savoir que l’électronique est performante.

Mais je me doute bien que ce qui vous intéresse, c’est pas tant de savoir si la Speed est capable de faire les freins aux grenouilles… Alors oui, je l’ai aussi testée dans de (très) bonnes conditions. Vous voulez savoir ce que ca donne ? Alors on continue.

Un beau soleil, des routes sinueuses de montagne, je sélectionne le mode sport dans un premier temps, avant de passer sur Track.

Là on change la donne. Les accélérations sont aussi belles que veloutées. Aucune violence lorsqu’on tourne la poignée, mais au contraire une linéarité qui donne un sentiment agréable de tout contrôler, même quand ça va vite. Couplé à cette partie cycle démente la balade est un pur bonheur. 140 chevaux domptés pour apporter un maximum de plaisir vous extraient des virages dans lesquels on rentre en toute confiance. Merci Ohlins ! On sort donc du virage et on n’a qu’une envie, tordre la poignée pour entendre le son du trois pattes sortir des échappements Arrow… quelle musique ! C’est autre chose que ce qu’on entend à la radio aujourd’hui. A haut régime, la Speed Triple R hurle sa joie de vivre et transmet une irrésistible envie d’en remettre toujours plus.

Si en mode sport on sent un peu trop le traction control et l’ABS, ça s’améliore grandement en mode Track. Là, on a le roadster qu’on attend. Facile à emmener, coupleux à souhait, la Speed reprend même à bas régime avec du couple tout le temps, et des accélérations à rallonge. Sur ce mode, les aides électroniques sont transparentes, sauf quand on veut jouer avec la machine. Difficile pour ne pas dire impossible de mettre la moto de travers avant un virage et s’il est possible de délester gaiement la roue avant sur les franches accélérations, il n’y a pas encore de quoi appeler ça un wheeling.

La garde au sol est quand à elle parfaite on se surprends à ne pas trop déhancher dans les virages même quand on veut attaquer. Est-ce que le tout est efficace ? Demandez donc à ce sympathique motard en Yamaha R6 avec qui j’ai échangé lors de mon essai. Il se tuait à essayer de suivre le rythme que j’imposais avec la Speed dans les lacets de montagne alors que je ne cherchais pas le « chrono »…

A mes yeux, un roadster se doit d’être fun avant tout. Pas forcément ultra sportif sans quoi on se dirigera vers un missile sol-sol prévu pour la piste, ni à l’opposé, pas trop « confort ». Pour ça, Triumph a la très excellente Bonneville sous toutes ses formes.

Alors comment faire pour rendre la Speed Triple R encore plus joueuse ? He bien c’est simple, on paramètre le mode Rider qui permet de virer tout ce qui gêne et on fait comme avant. Sauf que là, une pichenette sur l’embrayage et on décolle. Idem sur les freinages de cochon ; l’absence d’électronique permet de mettre l’arrière de la moto en glisse et c’est bon ! D'autant plus que le freinage est tout simplement impérial ! C’est en fin de compte surtout pour ça qu’on enlèvera les assistances parce que mis à part sur certaines surfaces piégeuses, on pourrait se passer de l’électronique tant la Speed Triple R est saine.

C’est aussi ce qui nous amène à un raisonnement qui peut porter préjudice à la belle Triumph. Car cubant 1050 cm3 pour 140 chevaux, la Speed peut aujourd’hui paraître un peu en retrait face à la concurrence qui sort des roadsters avoisinant les 180 chevaux. Alors bien sûr, il y en a largement assez pour rouler tous les jours sur route et pour faire de son permis de conduire un trophée supplémentaire de Via Sicura. Mais d’un autre côté moins c’est raisonnable, et plus c’est bon. Avec son trois cylindres plein partout, il faudrait à la Speed 30 canassons de plus et elle rivaliserait méchamment avec la concurrence.

Quoi qu’il en soit, la Speed Triple R joue dans une autre cour que les hyper naked. C’est un peu la belle dame de la partie qui séduit par d’autres atouts dont sa finition irréprochable et qui, une fois dessus, nous montre tout son potentiel, certainement plus à la portée de la majorité d’entre nous.

Alors oui, avec plus de chevaux, elle se mêlerait à la lutte avec les MT-10 et autre SuperDuke R, mais elle perdrait peut être de sa facilité qui en fera toujours un best seller.

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Son look
+
Sa partie cycle
+
Rhâââ ce bruit
On a moins aimé :
-
Son rayon de braquage
-
Pas de shifter

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Speed Triple R
Année :
2016
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Trois-cylindres, 4 temps, 12 valves, D.O.H.C.
Cylindrée :
1050 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique séquentielle multipoint avec injection d’air forcé
Performances
Puissance max. :
140 ch à 9'500 tr/min
Couple max. :
112 Nm à 7'850 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque à bain d'huile anti-dribble
Partie Cycle
Châssis :
Double tube en aluminium
Suspension AV :
Fourche inversée de 43 mm Öhlins NIX30, réglages en compression, en détente et précharge
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Mono-amortisseur Öhlins TTX36 double tube, réglages en compression, en détente et précharge
Débattement AR :
130 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
190/55 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque flotant Ø 320mm et étriers Brembo monobloc 4 pistons (ABS déconnectable)
Frein AR :
Simple disque Ø 255 mm, étrier flottant Brembo à deux pistons (ABS déconnectable)
Dimensions
Longueur :
2'075 mm
Empattement :
1'435 mm
Largeur :
780 mm
Hauteur de selle :
825 mm
Selle basse en option
Poids à sec :
192 kg
Réservoir :
15.5 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Matt Graphite
 
Crystal White
Catalogue
Prix de vente :
CHF 15'200.-
+ CHF 160.- de frais de transport
En ligne :

Plus d'articles Moto

MV Agusta Brutale 800 RR LH44 en hommage à Lewis Hamilton
La manufacture de Varese ne cesse de développer des éditions spéciales, aussi exclusives les unes que les autres. LH44, c'est ainsi que se nomme la nouvelle édition spéciale de la MV Agusta Brutale 800 RR en hommage à Lewis Hamilton.
Dix cols alpins réservés exclusivement aux cyclistes ponctuellement durant ces prochains mois
Dix cols alpins dans toute la Suisse seront successivement fermés à la circulation ces prochains mois et exclusivement réservés aux cyclistes. L'événement est ouvert aux amateurs de vélo de tout niveau. Le col du Susten inaugure la série le week-end prochain.
Sculpteur sur bois - Découvrez la passion de Jean-Pierre Savary
Il y a quelques jours, j’ai été invité par un excellent artiste à Semsales, Jean-Pierre Savary. Un sculpteur sur bois qui a connu sa passion très tôt.
Les Balkans en 2RM le cœur sur la main - Plus de 8000 km en soutien aux malades de Crohn
Aventuriers avides de voyages et de découvertes, Chloé Bergeron et Jeremy Blanchard, tous les deux motards, partiront dans quelques jours vivre une belle aventure à motos.
MotoGP au Mans – Retour sur la chute de Cal Crutchlow
Après avoir subi un terrible highside lors des essais, et passé la nuit à l'hôpital, le pilote britannique Cal Crutchlow a pris le départ du Grand-Prix de France et terminé au huitième rang !
Honda 600 Hornet "Cafe Racer" by XTR Pepo
Les préparations, en hommage aux anciennes, ont toujours une ampleur émotionnelle difficilement mesurable. On se plaît à les contempler, de même qu'elles nous rappellent le "bon vieux temps".

Recherche

Hot news !

La Yamaha T7 surprise lors d'un roulage à Milan
La très attendue Yamaha T7 vient d'être surprise lors d'un roulage dans les rues de Milan dans ce qui devrait être sa robe définitive preuve que sa présentation officielle devrait se faire à la fin de l'année.
Un châssis de S1000RR en impression 3D
Après la HP 4 Race et son châssis entièrement réalisé en carbone, le constructeur à l'hélice démontre encore aujourd'hui son savoir-faire et sa technologie avec ce châssis de S1000RR réalisé en impression 3D.
Essai Husqvarna Vitpilen 701 – Une vraie surprise
De retour sur les routes, Husqvarna explore de nouveaux horizons et propose, avec sa Vitpilen 701, un modèle ébouriffant, abouti et vraiment très très fun à rouler. On a testé la bête à Barcelone et on a aimé.
Essai Ducati Panigale V4 S - Nouvelle ère, nouvelle reine
Après 30 ans de bons et loyaux services, le bicylindre à 90° des Superbike Ducati est remplacé par un V4 ultra-technologique et sensationnel. La marque italienne prend un virage à... 90° dans son histoire avec sa Panigale V4.
KTM 690 Enduro et SMC R – Elles reviennent !
On les aimait mais la norme Euro4 les a bannies. Rassurez-vous, les Katoches 690 Enduro et SMC R reviennent ! Merci à MCN pour ces clichés.
Honda RVF 1000 V4 – Young Machine est certain qu'une sportive V4 arrivera
Nos confrères japonais de Young Machine sont certains qu'elle finira par arriver, mais de qui parle-t-on ? De la Honda sportive dotée d'un V4 qui doit prendre la suite des mythiques RC30 et RC45.

Liens Partenaires