Essai publié le

Essai Honda CBR1000 RR Fireblade et CBR1000 RR SP1 2017 - Le 2.0 au service de tous [page 2]

Texte de Yann Blondel / Photo(s) de Honda

Pages

Plus légère et plus puissante !

Du côté de la motorisation, Honda a également bien bossé puisque le gain en puissance est somme toute très appréciable. Un véritable tour de force de la part des ingénieurs nippons puisque le bloc de 999,8cm3 à double ACT et 16 soupapes répond à la nouvelle normes Euro4. Honda a réussi à grapiller quelques grammes en allégeant son cache soupapes, ses carters d’embrayage et allumage, mais également son carter d’huile moteur, le tout est en magnésium. Mais ce n’est pas tout, le moteur reçoit de nouveaux pistons, de nouvelles soupapes, de nouveaux corps d’admissions de 48mm ainsi qu’une boite à air revue pour favoriser le flux d’air. Du coup, le moteur gagne une belle poignée de chevaux par rapport à la version précédente (+14cv) et peut annoncer fièrement 192cv à 13’000tr/min et un couple en hausse à 116Nm. Ce qui, couplé à la perte de poids de 15kg, est tout simplement bluffant.

En ce qui concerne le nouveau shifter Up/Down made in Honda, ce dernier sera en option sur la Fireblade… Pourquoi ce choix ? Il est vraiment dommage que Honda ait fait l’impasse sur cet équipement qui se révèle des plus confortables au quotidien sur route comme sur piste, d’autant que ce dernier se veut très réactif. Ce choix doit certainement s’expliquer pour conserver un prix compétitif face aux concurrentes. La technologie 2.0 au service du commun des mortels !

Le bon en avant de Honda et bel et bien réel et confirme son arrivée dans le monde de la nouvelle technologie pour ses nouvelles CBR. Le Total Control prend ici tout son sens et rien n’a été oublié, le tout dans un but ultime, vous donner la banane en toute circonstance.

Comment ça marche, ou plutôt fonctionne ? La firme ailée s’est associée au spécialiste des nouvelles technologies, à savoir Bosch. Les Teutons ont donc fourni aux Nippons, la nouvelle centrale inertielle MM5.10 à 5 axes (IMU) qui permet aux diverses assistances de communiquer entre elles afin de proposer le meilleur de chacune en fonction de votre conduite et de vos réglages. Ce qui vous donne une machine qui vous pardonnera beaucoup pour autant que tout soit bien réglé. Oui c’est compliqué à expliquer et à comprendre sur le papier, je vous l’accorde.

Alors quoi de mieux qu’un petit tableau pour vous aider.

Bon, de toute façon, ce qui vous intéresse le plus, c’est de savoir ce que ces nouvelles motos ont dans le ventre et le châssis, mais surtout de savoir si j’ai eu la banane à la fin de cette journée de roulage. Je me trompe ou pas ? C’est bien ce qu’il me semblait !

Les motos sont alignées telles une rangée de militaires, couvertures chauffantes aux pieds, moteur tournant, elles n’attendent que nous, journalistes et bien souvent pilotes amateurs. A mes côtés, quelques petits pilotes de renom : Dominique Aegerter, Stefan Bradl, Freddie Spencer et j’en passe. Autant vous dire que vous avez la pression lorsque vous les savez derrière vous.

Les deux premières sessions de 20min sur le tracé de 4’600m se feront au guidon de la Fireblade équipée en monte d’origine avec des Bridgestone S21. L’électronique pour la première session est mis d’office par les ingénieurs sur le mode (2) (voir tableau pour comprendre, hein!)…

Ne connaissant pas ce tracé, je me cale derrière Freddie Spencer, un pilote qui a fait quelques courses dans sa petite carrière… Les tours s’enchaînent et plus ça va, plus je me dis que ce circuit est magnifique, mais surtout que cette moto me permet de le découvrir sans avoir besoin de me battre avec elle, tant elle est facile à prendre en main. D’emblée la moto vous met en confiance et vous permet de claquer une pendule sans a priori.

La première chose qui me frappe par rapport à ma moto de piste (CBR version précédente), c'est le gain de poids et la finesse de ce nouveau millésime. C’est simple, j’ai l’impression de me trouver sur un vélo de course tant la moto est bien plus agile et facile à mener.

Les tours s’enchaînent et le rythme augmente. Je découvre ce moteur revu et corrigé et la différence est bien présente. Le bloc offre plus de couple dès les bas régime et il ne semble jamais s’essouffler, bien aidé par une perte de poids conséquente. Le long droit avant la ligne droite des stands se négocie sur le 3ème rapport, à près de 200km/h, puis vient la longue ligne droite. Ça tire sur les bras, sur la nuque (manque de protection de la bulle) je me cale comme je peux, les rapports montent à la volée avec le shifter, 4, 5, 6, le panneau 250m approche à vitesse grand V, et bing 280km/h avec la Fireblade de base. Puis s’en suit un gros freinage jusqu’en 3, la moto reste hyper stable, et se jette dans une série de 3 virages à droite, bougre, elle bouge pas d’un poil la coquine. Aller, je vais la maltraiter dans la montée histoire de la déstabiliser un peu, en haut de la courbe, elle me gratifie d’un wheeling, malgré l’assistance électronique, puis redescend gentiment (total control on vous as dit), puis le long gauche en montée et en dévers… et là ça glissouille de l’arrière, les Bridgestone S21 commencent à montrer leurs limites, le TC s’excite tant qu’il peut et vous permet de mettre du gaz très tôt et donc de sortir plus fort avec cette légère glisse qui vous fait vous prendre pour un pilote de Moto2 ou de GP.

Les virages suivant s’enchaînent comme il se doit avec un posé de coude droit et gauche comme tout pilote qui veut de belles photos pour ses lecteurs préférés. Oui, on ne lésine pas sur l’usure des sliders chez nous.

De retour aux stands, une horde de techniciens vient vous poser des dizaines de questions afin de connaître notre ressenti.

Puis il est temps de tester le mode (1), soit le mode le plus agressif en mode Automatique, puisque pour rappel, vous pourrez paramétrer la moto comme vous le souhaitez avec les modes (User).

Dans cette configuration la moto se veut encore plus performante et plus permissive, c’est ça qu’c’est bon. La réaction à la poignée est plus vive, l’anti-patinage devient moins intrusif et l’anti weeling devient quasi inexistant, bref un mode pour se faire plaisir. Les courbes ne se passent pas plus vite, mais on arrive plus fort dedant et on ressort également plus vite. En ligne droite, le moteur s’exprime à pleins poumons et il en a des gros. Le bout de la ligne droite se négociera un chouilla plus vite avec un bon 292km/h.

La monte pneumatique S21 montre clairement ses limites au bout de 3-4 tours, la moto glissouille aussi bien à l’accélération qu’au freinage avec quelques travers de porc, même l’électronique montre ses limites. Il est clair qu’avec une monte pneumatique plus performante, des Bridgestone RS10 par exemple, la donne aurait été tout autre. Somme toute, la moto a su rester parfaitement maîtrisable et ne s’est jamais montrée agressive ou indomptable, une véritable moto suisse, totalement neutre.

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Facilité de prise en main
+
N'a plus à rougir face aux concurrentes
+
Performance en nette hausse
On a moins aimé :
-
Shifter en option sur la Fireblade
-
Trop de réglages tuent le réglage sur la version SP

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Honda
Modèle :
CBR1000RR Fireblade
Année :
2017
Catégorie :
Supersport
Moteur
Type :
4 cylindres en ligne, 4 temps, distribution par double arbre à cames en tête, 16 soupapes
Cylindrée :
999,8 cm3
Refroidissement :
Refroidissement liquide,
Alimentation :
Double injection électronique PGM-DSFI
Performances
Puissance max. :
189 ch à 13'000 tr/min
Couple max. :
114 Nm à 11'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne à joints toriques
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisques anti-dribble en bain d’huile à commande mécanique
Partie Cycle
Châssis :
Double poutre en aluminium
Suspension AV :
Fourche inversée BPF ø 43 mm réglable en précharge, compression et détente
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Unit Pro-Link avec monoamortisseur à gaz HMAS réglable en précharge (10 positions), compression et détente
Débattement AR :
130 mm
Pneu AV :
120/70 ZR17 58W
Pneu AR :
190/50 ZR17 73W
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Oui (Dual CBS)
Frein AV :
Double disque de 320mm avec étriers radiaux 4 pistons
Frein AR :
Simple disque avec étrier simple piston
Dimensions
Longueur :
2'065 mm
Empattement :
1'405 mm
Largeur :
720 mm
Hauteur de selle :
832 mm
820mm pour les SP1 et SP2
Poids total :
196 kg
Réservoir :
16 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Noir Mat
 
Rouge
Catalogue
Prix de vente :
CHF 18'540.-
En ligne :

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Honda
Modèle :
CBR1000RR SP1
Année :
2017
Catégorie :
Supersport
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
 4 cylindres en ligne, 4 temps, double ACT et 16 soupapes
Cylindrée :
999,8 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Double injection électronique PGM-DSFI
Performances
Puissance max. :
189 ch à 13'000 tr/min
Couple max. :
116 Nm à 11'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne à joints toriques
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisques anti-dribble en bain d’huile à commande mécanique
Partie Cycle
Châssis :
Double poutre en aluminium
Suspension AV :
Fourche inversée Öhlins NIX30 ø 43 mm réglable en précharge, compression et détente
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur Öhlins TTX36 réglable en précharge, compression et détente
Débattement AR :
60 mm
Pneu AV :
120/70 ZR17 58W
Pneu AR :
190/50 ZR17 73W
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Oui (Dual CBS)
Frein AV :
Double disque de 320mm avec étriers radiaux Brembo à 4 pistons
Frein AR :
Simple disque avec étrier simple piston
Dimensions
Longueur :
2'065 mm
Empattement :
1'404 mm
Largeur :
715 mm
Hauteur de selle :
820 mm
832mm pour la Fireblade et 820mm pour la SP2
Poids total :
195 kg
Réservoir :
16 litres
Catalogue
Prix de vente :
CHF 23'450.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Essai Benelli TRK 502 - Tribulations d'une Italienne de Chine
Mine de rien, la production chinoise de développe sur nos routes. La preuve avec Benelli, ressuscitée grâce à l'investissement asiatique, qui nous a mis dans les pattes le petit trail TRK 502. Une machine simple et robuste, pas parfaite mais plus que capable.
Kawasaki Open House 2018 - Découvrez les nouveautés Kawasaki les 24 et 25 novembre !
Le traditionnel Kawasaki Open House se déroulera le week-end du 24 et 25 novembre à Härkingen (SO).
MRS Oficina Kawasaki Z900RS - Le coup de maître !
Vous trouviez la néo-rétro Kawasaki Z900 RS un peu fade ? Le préparateur MRS Oficina dévoile une mouture à faire tourner les têtes !
Paton S1R – L'artisan italien fête ses soixante ans
L'artisan italien Paton fête ses soixante ans en lançant la S1R qui est également un hommage à la victoire de Michael Dunlop à son guidon au TT.
Bennetts vous invite à faire le tour de la Norton V4 RR
Le spécialiste de l'assurance anglais de l'assurance Bennetts vient de publier sur son FB une vidéo mettant en scène une véritable pièce d'orfèvrerie : la Norton V4 RR.
Essai Ducati Scrambler 1100 sport - La vintage tout terrain à l’italienne
Ducati soigne les détails et la finition de ses motos n’est plus à discuter. Se trouver au guidon de la Ducati Scrambler 1100 Sport n’était pas forcément mon premier choix pour un essai mais... qu’en est-il après deux semaines à son guidon ?

Recherche

Hot news !

Yamaha R3 bLU cRU Cup / Switzerland - Découvrir la course en "all inclusive"
Amener de jeunes pilotes dans le championnat suisse, grâce à une formule "tout compris" accessible. C'est le pari du groupe Hostettler / Yamaha Suisse avec la R3 bLU cRU Cup / Switzerland. Une formule d'accès à la compétition qui donne faim!
La BMW S1000RR 2019 surprise lors d’un roulage en Espagne
On y est, la saison des photos volées est ouvertes !! Cette fois c’est la BMW S1000RR 2019 dont nous vous parlions pas plus tard qu’hier qui a été surprise lors de tests de roulage en Espagne.
Intermot 2018 - Triumph Street Scrambler 2019 - En route pour l’Aventure
Aujourd’hui, pour la plupart ce n’est plus le cheval ultime ni la dernière technologie embarquée qui excite notre cervelet de motard, mais bien l’Aventure avec un grand A. Triumph l’a très bien compris avec ce modèle Street Scrambler 900 2019 prêt à vous emmener au bout du monde.
Ténéré 700 – Le teasing continue en Argentine avec cette fois Adrien Van Beveren
Après Rodney Faggotter et Stéphane Peterhansel, c'est cette fois au pilote français Adrien Van Beveren, pilote du Yamaha Official Rally Team de prendre le guidon de la future Ténéré 700.
Essai Dunlop Sportsmart TT - Compromis radical
Pour combler son offre su rue créneau des pneus sportif, Dunlop a pris tout le meilleur de son D213 GP Pro pour le placer dans un pneu vraiment polyvalent.
Des nouvelles sportives chez BMW en 2019 - S1000RR, S675RR et G310RR ?
Il semblerait que pas moins de 9 nouveaux modèles soient au programme chez BMW pour 2019.

Liens Partenaires