Essai publié le

Essai Harley-Davidson Low Rider S 2016 – Le Dark Custom de Milwaukee [page 2]

Texte de Marc / Photo(s) de Malo Liechti

Pages

Et hop c’est parti ! Les poignées et les leviers sont faits pour les mains « d’homme », l’embrayage est facile à manipuler en regard du couple « camionesque » à gérer et permet de démarrer quasiment sur le ralenti. La position des pieds est appelée médiane par Harley-Davidson, soit ni trop en avant, ce qui péjorerait les plus petits, et ni trop en arrière ce qui ferait que les grands auraient le genou droit qui viendrait buter dans le cornet d’admission.

J’ai trouvé le guidon très bien placé, pas trop haut et juste assez large pour me permettre de le braquer à fond sans avoir à me contorsionner.

Malgré sa longueur, la Low Rider est facile à emmener et permet de tourner dans les petits coins, voire de faire un demi-tour sur route, sans que celle-ci ne bascule vers l’intérieur de la courbe, le poids placé très bas doit certainement aider à cela.

D’ailleurs la maniabilité en générale est assez bluffante vu la taille, la Low Rider S fait 2m39 de long et également en regard du poids ! Le constructeur a bien fait de ne pas céder à la tentation de doter sa moto d’un pneu arrière trop large, ce qui aurait grévé l’agilité. Là, la HD s’emmène sans problème sur les routes de campagne sinueuses en se balançant d’une courbe à l’autre sans effort.

Ma moto ne comptait que quelques centaines de kilomètres, et bien que la boîte de vitesse ne soit pas complètement rodée, elle fonctionnait sans peine, le passage des rapports s’accompagnant seulement d’un bon « clonck » signifiant que le rapport était bien engagé.

Ma plus grande surprise viendra du freinage, bien que le responsable de la concession Harley de Plan-les-Ouates, où chaque fan de la marque trouvera son bonheur, m’ait dit de faire attention car c’est le point sur lequel je devrais faire le plus attention étant habitué aux sportives ou aux roadsters et bien c’est par sa qualité que j’ai été surpris.

Nul besoin de tirer comme un sourd sur le frein avant pour arrêter les 305kg tous pleins faits de la bête. L’attaque au levier est assez franche et lorsqu’on la conjugue avec une pression sur le frein arrière, vu le peu de transfert des masses, on obtient un freinage franc et des plus efficaces ! On comprend le choix d’un disque de 300mm à l’arrière, cela permettra une sacrée endurance avant de le faire surchauffer.

Classe « S » oblige, les suspensions sont du haut de gamme sur la Low Rider et elles gomment efficacement les défauts de la route tout en préservant vos vertèbres. Après une balade de plusieurs heures nul mal de dos et mon fessier aura été choyé par la selle confortable.

Mais en balade le must reste le moteur ! Le Twin Cam 110 délivrant son lot de sensations. Nul besoin de tirer les rapports, il n’est pas conçu pour cela. Il suffit de cruiser entre 1’500 et 4’000tr/mn pour en tirer la quintessence et avoir des frissons qui remontent le long de la colonne vertébrale tant en raison de la bande son que de l’accélération ressentie.

D’ailleurs pour peu que la chaussée soit un peu humide, avec une accélération franche sur les 3 premiers rapports, vous partirez dans un drift qui restera facilement gérable tant que les 2 roues resteront bien alignées. Et même sur le sec, en étant un peu généreux sur le gaz, il est courant d’entendre le pneu arrière couiner et laisser une trace de gomme sur le bitume. Généreux le 1’801cc on vous dit !

Par contre, une fois de retour en ville, on se rend compte des calories développées par le big twin… on se trouve avec un véritable four entre les jambes. Je me serai d’ailleurs brulé quelques fois le mollet droit sur les tubulures d’échappement à peine protégées.

Pour ce qui est des détails, j'ai apprécié la clé codée qui permet de s'assoir sur la moto et d'appuyer sur le contacteur pour entendre un blip qui signale que les deux grosses gamelles sont prêtes à être lancées. Par contre, le verrouillage sur la colonne de direction par une classique clé est moins pratique car du coup il faut quand même la sortir de la poche...

Conclusion :

Alors que vaut la Harley-Davidson Low Rider S ? Pour vous donner une indication, pour moi dont c’était une première sur ce type de moto, ça a été une magnifique expérience et je dois dire que je craquerais volontiers pour ce type d’engin.
Son moteur extraordinaire, ses freins plus que corrects et son confort permettent de rouler encore et encore en prenant un panard monstrueux au rythme des pistons et de la bande son, homologuée, des échappements, ce sans avoir (trop…) peur pour son bleu.

En plus, la Low Rider S est une vraie moto valorisante, les gens vous regardent passer, viennent vous parler pour vous demander le modèle, la cylindrée.

Dans les moins, je mettrais la selle monoplace, la HD est une moto d’égoïste et vous en profiterez en solo. La béquille fait également partie des choses dont je ne me serais pas tout à fait habitué.

Quant à son prix, il est à la hauteur de la qualité et de la rareté de l’objet, la Low Rider S n’a pas la vocation à être une moto de grande production et c’est presque tant mieux, les beaux objets doivent être rares.

Je retiendrais également de cette Harley l'attraction qu'elle déclenche. J'en veux pour preuve le nombre de personne qui m'ont demandé à pouvoir poser leur fessier dessus pour ressentir le couple énooooooorme du moteur, mais chuuuuuuut j'ai promis de taire les noms...

PS : les photos de cet essai auront été réalisées dans une tenue "légère" afin de coller au maximum avec l'esprit de la machine et également car elle appelle à cruiser tranquillement.

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Le twin qui respire
+
La classe et la prestance HD
+
Les freins
+
Le bonheur d'enrouler
On a moins aimé :
-
La chaleur du moteur (aïe mon mollet droit)
-
Pas de duo
-
Le verrouillage sur la colonne de direction

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Harley-Davidson
Modèle :
Low Rider S
Année :
2016
Catégorie :
Cruiser
Moteur
Type :
Bicylindre en V Screamin' Eagle 110
Cylindrée :
1'801 cm3
Refroidissement :
Par air
Alimentation :
Injection électronique à port séquentiel (ESPFI)
Performances
Couple max. :
156 Nm à 3'500 tr/min
Transmission
Finale :
Par courroie crantée
Boîte :
6 rapports
Partie Cycle
Châssis :
Cadre tubulaire double berceau en acier
Suspension AV :
Fourche téléscopique 43mm
Suspension AR :
Double amortisseur réglables
Pneu AV :
100/90 x 19
Pneu AR :
160/70 x 17
Freinage
ABS :
Oui
Frein AV :
Double disque hydraulique 300mm, étriers 4 pistons
Frein AR :
Simple disque 300mm, étrier 2 pistons
Dimensions
Longueur :
2'390 mm
Empattement :
1'630 mm
Hauteur de selle :
685 mm
Poids à sec :
293 kg
Poids total :
305 kg
Réservoir :
17,8 litres
Catalogue
Prix de vente :
CHF 21'300.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Essai Benelli TRK 502 - Tribulations d'une Italienne de Chine
Mine de rien, la production chinoise de développe sur nos routes. La preuve avec Benelli, ressuscitée grâce à l'investissement asiatique, qui nous a mis dans les pattes le petit trail TRK 502. Une machine simple et robuste, pas parfaite mais plus que capable.
Kawasaki Open House 2018 - Découvrez les nouveautés Kawasaki les 24 et 25 novembre !
Le traditionnel Kawasaki Open House se déroulera le week-end du 24 et 25 novembre à Härkingen (SO).
MRS Oficina Kawasaki Z900RS - Le coup de maître !
Vous trouviez la néo-rétro Kawasaki Z900 RS un peu fade ? Le préparateur MRS Oficina dévoile une mouture à faire tourner les têtes !
Paton S1R – L'artisan italien fête ses soixante ans
L'artisan italien Paton fête ses soixante ans en lançant la S1R qui est également un hommage à la victoire de Michael Dunlop à son guidon au TT.
Bennetts vous invite à faire le tour de la Norton V4 RR
Le spécialiste de l'assurance anglais de l'assurance Bennetts vient de publier sur son FB une vidéo mettant en scène une véritable pièce d'orfèvrerie : la Norton V4 RR.
Essai Ducati Scrambler 1100 sport - La vintage tout terrain à l’italienne
Ducati soigne les détails et la finition de ses motos n’est plus à discuter. Se trouver au guidon de la Ducati Scrambler 1100 Sport n’était pas forcément mon premier choix pour un essai mais... qu’en est-il après deux semaines à son guidon ?

Recherche

Hot news !

Yamaha R3 bLU cRU Cup / Switzerland - Découvrir la course en "all inclusive"
Amener de jeunes pilotes dans le championnat suisse, grâce à une formule "tout compris" accessible. C'est le pari du groupe Hostettler / Yamaha Suisse avec la R3 bLU cRU Cup / Switzerland. Une formule d'accès à la compétition qui donne faim!
La BMW S1000RR 2019 surprise lors d’un roulage en Espagne
On y est, la saison des photos volées est ouvertes !! Cette fois c’est la BMW S1000RR 2019 dont nous vous parlions pas plus tard qu’hier qui a été surprise lors de tests de roulage en Espagne.
Intermot 2018 - Triumph Street Scrambler 2019 - En route pour l’Aventure
Aujourd’hui, pour la plupart ce n’est plus le cheval ultime ni la dernière technologie embarquée qui excite notre cervelet de motard, mais bien l’Aventure avec un grand A. Triumph l’a très bien compris avec ce modèle Street Scrambler 900 2019 prêt à vous emmener au bout du monde.
Ténéré 700 – Le teasing continue en Argentine avec cette fois Adrien Van Beveren
Après Rodney Faggotter et Stéphane Peterhansel, c'est cette fois au pilote français Adrien Van Beveren, pilote du Yamaha Official Rally Team de prendre le guidon de la future Ténéré 700.
Essai Dunlop Sportsmart TT - Compromis radical
Pour combler son offre su rue créneau des pneus sportif, Dunlop a pris tout le meilleur de son D213 GP Pro pour le placer dans un pneu vraiment polyvalent.
Des nouvelles sportives chez BMW en 2019 - S1000RR, S675RR et G310RR ?
Il semblerait que pas moins de 9 nouveaux modèles soient au programme chez BMW pour 2019.

Liens Partenaires