Essai publié le

Essai de l'Indian Scout - "Legend is back"

Texte de Gonzo / Photo(s) de Patrick Schneuwly
Imprimer cet article

Arrivée sur le marché en 1920 pour la première fois, l’Indian Scout fait un retour fracassant. Esthétiquement comme au niveau du moteur, c’est une totale réussite.

Comment j’en suis arrivé à rédiger cet article ? Moi qui, en général prône les sportives, les moteurs explosifs ou tout ce qui est un peu "funky" sur la route... Simplement parce que j’ai accepté la proposition de l’essai par notre rédacteur en chef !

Quand j’ai reçu le message : "essai de l'Indian Scout, ça te dit ?" Honnêtement, je ne voyais pas exactement ce que c’était. J’ai pris le temps d’aller voir et j’ai vulgairement pensé "mouais, je vais rouler en Harley quoi...", et j’ai accepté. J’ai surtout accepté parce que je ne connaissais pas plus que ça la marque Indian et que tout ce qui a deux roues m’intéresse. Et c’était aussi l’occasion de casser tous ces préjugés qu’on peut avoir sur les customs.

Donc me voilà chez American Bikes à Genève pour récupérer la Scout après m’être pas mal renseigné sur le modèle. Déjà, quand on arrive dans ce magasin, on sait que l’on n’est pas n’importe où. La déco, les motos, pas de doute, on se trouve aux USA.

Histoire :

Avant tout, un peu d’histoire. Indian n’est pas une marque comme une autre. Déjà, elle existe depuis 1901 ! Ensuite, contrairement à ce que l’on pourrait penser, cette marque américaine à un réel passé sportif, notamment au Tourist Trophy. Et c’est encore Indian qui a fait voir le jour à ce moteur si particulier, le bicylindre en V à quatre soupapes par cylindre. Ca ne suffit pas ? C’est encore eux qui ont inventé le premier démarreur électrique... Oui, ce n’est pas une marque comme les autres. 1955, la marque américaine arrête la production. Elle sera rachetée une première fois en 2004 mais c’est l’acquisition du groupe par le géant Polaris qui fera revenir Indian au premier plan. Notamment avec la Scout. Le nom du modèle reprend le nom de la 600cm3 qui avait vu le jour en 1920 et qui aura servi de base pour la gamme des "Chief".

Retour en 2015 :

On me présente la Scout que je conduirai pour cet essai. Elle est là, elle m’attend. Une robe noire métallisée, un superbe échappement et son bloc-moteur qui me fait de l’oeil. Comme à mon habitude, je commence par détailler la moto, je tourne autour. Elle est relativement petite, par rapport au reste de la gamme bien sûr ! Du reste, le moteur ne cube "que" 1131cm3. Certes, ce n’est pas rien mais pour ce genre de motos, il n’est pas rare d’avoir affaire à des moteurs de 1700cm3.

Pour être plus précis, je dirais qu’elle est parfaitement dimensionnée. Rien ne paraît disproportionné ou au contraire trop petit. Les lignes modernes tranchent avec le cuir à l’aspect usé de la selle et les lignes rétro. Il y a pas mal de chrome, ça brille, mais ce n’est pas pour autant tape-à-l’oeil.

Superbe. Magnifique. Elle est superbement réussie. Les détails fleurent bon la qualité. Tout est signé "Indian", que ce soit le moteur, le feu arrière, les pneus, l’avant et j’en passe. Un souci de finition particulièrement abouti. La selle, au look usé, n’accueillera que le pilote. Si vous voulez une selle pour emporter avec vous votre moitié (ou quelqu’un d’autre), il faudra ouvrir le cahier des options.

De face, la Scout peut paraître simple. Un phare rond, simple qui met en valeur le nom de la marque gravé juste au-dessus. Avec cette couleur noire, cet optique met en valeur autre chose qui n’est pas anodin. Si le freinage est assuré par un simple disque de 298mm à l’avant, c’est avec une durite de type aviation de la poignée de frein est reliée à l’étrier. Sous le phare vient le pare-boue qui enserre un pneu imposant. Sur sa jante de 16 pouces, les dimensions du pneu avant (130/90-16) paraissent énormes.

Derrière le phare, le guidon, simple, qui plonge légèrement sur un réservoir joliment taillé. Il redescend jusqu’à la selle de façon fluide. Sur les côtés, il est inscrit Indian Scout tout de chrome, chrome qui rappelle le magnifique moteur situé juste en-dessous.

Je suis comme hypnotisé par le bloc-moteur. Le bicylindre en V est sculpté avec attention. Une pièce d’orfèvre. On voit le "I" d’Indian inscrit avec application sur les cylindres, et, entre les deux, l’inscription gravée dans le chrome "est 1901". De la toute belle finition !

La transmission se fait par courroie. Les caches de cette courroie, qui ne nécessite aucun entretien (contrairement à une chaîne), passent sous la selle et mettent en valeur le cadre, le bras oscillant et l’amortisseur gauche. Du côté droit, l’amortisseur est le même. Du beau matériel à nouveau. La roue arrière est tout aussi imposante que l’avant. Pour sa part, ses dimensions sont 150/80-16. Il faut tout de même relever que le souci du détail a été poussé jusqu’au fait d’inscrire "Indian" sur les pneus.

Le vendeur, présent depuis le début, allume le moteur. Ne cherchez pas le contacteur au guidon, il se trouve dans le bloc-moteur, sur votre gauche lorsque vous êtes assis. "bzzzzzzz". Eh oui, c’est l’injection. Cela permettra d’avoir plus de souplesse pour un bicylindre, surtout avec ce moulin.

Courte pression sur le démarreur à impulsion et la machine tout entière s’anime dans un grondement à faire pâlir n’importe quelle Harley Davidson. Il faut dire que le modèle que je vais tester est équipé d’une ligne d’échappement et du stage 1. N’y voyez aucune façon d’attendrir l’essayeur, mais avec la prime à l’Euro, American Bike fournit gratuitement ces deux éléments pour tout achat d’une Indian. C’est pour cette raison que le modèle que j’ai à l’essai est ainsi équipé.

Sur la moto :

Il est donc temps pour moi de découvrir l’Américaine sur la route. Je m’installe sur la selle qui se révèle vraiment confortable. Je vérifie la position qui m’est assez inhabituelle. Les pieds en avant, le dos très légèrement bombé, mes mains tombent très bien sur le guidon. J’ai les bras légèrement tendus mais juste ce qu’il faut. On m’explique que moyennant quelques options, il y a la possibilité de reculer un peu la selle et d’avancer les cale-pieds. Honnêtement, avec ma corpulence, cela donnerait du style mais cela prétériterait le confort en balade.

Le compteur est à l’image de la moto. Un subtil mélange entre oldschool et modernité. Rond, simple, il n’indique, à première vue que la vitesse. Puis sur le bas, il y a un petit écran digital. Ce dernier possède un menu déroulant au moyen d’un bouton situé à l’arrière du commodo de guidon gauche. Il indique, à choix les tours/minutes, l’heure, le kilométrage avec le trip1 ou encore la température moteur.

Je sais que la moto est lourde. On parle là d’une machine qui pèse 248 kg à sec et dix kilos de plus en ordre de marche. Je vais être honnête, les manœuvres m’inquiètent. A tort. Bien sûr, le rayon de braquage est immense, je ne m’attendais pas à mieux, mais les masses sont réparties de la sorte que déplacer votre Scout sera chose aisée. Il faudra tout de même veiller car il n’y a pas de dispositif de sécurité lié à la béquille. On peut donc passer la première et démarrer béquille dépliée...

En revanche, les rétroviseurs en forme d’œuf me montrent mes bras. Il faudra voir en roulant ce que cela donnera avec le réglage adéquat.

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Pétition AcidMoto.ch

Au final...

On a aimé :
+
Look
+
Moteur
+
Train avant qui met en confiance
On a moins aimé :
-
Freinage

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Indian
Modèle :
Scout
Année :
2015
Catégorie :
Cruiser
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Bicylindre en V
Cylindrée :
1131 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection de carburant en boucle fermée/alésage de 60 mm
Performances
Puissance max. :
100 ch
Couple max. :
98 Nm à 5'900 tr/min
Transmission
Finale :
transmission par courroie
Boîte :
6 rapports
Partie Cycle
Suspension AV :
Fourche télescopique
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Double amortisseur
Débattement AR :
76 mm
Pneu AV :
130 / 90 - 16
Pneu AR :
150 / 80 - 16
Freinage
ABS :
Oui (avant seulement)
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Simple disque de 298 mm avec étrier à 2 pistons
Frein AR :
Simple disque de 298 mm avec étrier à 1 piston
Dimensions
Longueur :
2'311 mm
Empattement :
1'562 mm
Largeur :
NC mm
Hauteur de selle :
635 mm
Poids à sec :
244 kg
Poids total :
253 kg
Réservoir :
12,1 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Thuder Black
 
Indian Motorcycle Red
 
Silver Smoke
 
Thunder Black Smoke
Catalogue
Prix de vente :
CHF 15'990.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

La Husqvarna 701 Svartpilen en approche
On se souvient que lors de l’EICMA 2015 Husqvarna avait dévoilé deux concepts, les Vitpilen et Svartpilen. Ces deux concepts devraient arriver sous peu.
Go North Cape [épisode 2] - Les premiers kilomètres en Norvège
Après quatre jours de voyage, nos compères de la côte vaudoise roulent sur l'asphalte de la Norvège.
Chaos à Massy (Essonne) après un accident de quad
Le 5 mai dernier a eu lieu à Antony (Hauts-de-Seine) un jeune originaire de Massy se tuait en quad après une course-poursuite avec les forces de l'ordre. Hier a eu lieu en représailles un véritable rodéo en ville.
A la rencontre des Dandy Riders dans leur "Usine" à Saint-Raphaël (F)
Amateurs de custom culture - pas celle provenant des US, mais celle arrivée du Japon et popularisé par les Wrenchmonkeys, le Brat style - vous êtes au bon endroit ! Les Gentlemen GVA, ces motards chics roulant en ancienne ou en néo-retro ont reçu une invitation, et non des moindres, pour aller découvrir "l’Usine", un concept store dans le sud de la France, entièrement dédiée à cette culture. Il n’en fallait pas plus pour chevaucher nos montures et répondre positivement à cet appel.
Dark Arts – La Triumph Thruxton R revue par Wenley Andrew
Wenley Andrew, préparateur basé en Australie, s'est attaqué avec un certain succès à la Triumph Thruxton R, le but était de garder le meilleur de ce qui a été créé par Triumph et d'améliorer le reste.
Go North Cape [épisode 1] - De la Suisse à Kiel (D)
Hier, Adrien Salgado et Mathieu Voumard ont mis le cap plein nord. Plus de 1'100 kilomètres parcourus sans embûche.

Recherche

Hot news !

Essai BMW R1200 GS Rallye style - Pas besoin d’être parfaite
La GS c’est l’indétrônable, celle qui se vend toujours bien, année après année. Les concurrentes ne manquent pas, mais l’allemande garde ce je ne sais quoi d’avance sur les autres pour rester au sommet. Avec l’édition Rallye style, on touche volontairement à une moto moins parfaite mais à l’utilisation plus ciblée. Récit d’un essai où j’aurai tout vu.
Vidéo - Quand la moto devient un médicament
Pierre-Alain Uldry s'est intéressé au côté guérisseur de nos chères montures. Par le témoignage de deux motards confrontés à des problèmes de santé importants et leurs répercussions, il met en avant les vertus salvatrices de notre passion.
BMW F850GS – Des photos volées en attendant Milan
Le constructeur bavarois va vraisemblablement effectuer une sérieuse mise à jour sur sa F800 afin de proposer une machine plus concurrentielle face aux Africa Twin et autre Multistrada 950.
Essai Harley-Davidson Street Rod - Dynamique et agile, c’est possible
Avec la Street Rod, Harley-Davidson a revu sa copie : le look est soigné, l’équipement est revu et la moto dans son ensemble est bien une Harley-Davidson.
Essai Aprilia Tuono V4 1100 RR et Factory - Roadster superlatif? C'est ce qu’on verra!
Même si on aimerait plus d’audace de leur part d'Aprilia, le gros V4, ils savent faire et ils continuent de mettre à jour leur sportive et leur roadster avec ce que leur enseigne le MotoGP et le Superbike. Avec des options clairement dédiées à la piste, la Tuono pourrait être le roadster le plus fou de la production actuelle.
Essai Yamaha XSR900 Abarth - Piquée par le Scorpion
Née en MotoGP en 2007, la symbiose entre Yamaha et la marque italienne de voitures sportives Abarth donne pour la première fois naissance à une vraie collaboration. Pour l’occasion, le roadster vintage de Yamaha s’offre une peinture exclusive et quelques accessoires pour seulement 695 exemplaires de celle qui s’appelle la XSR900 Abarth.

Liens Partenaires