Essai publié le

Essai de l'Aprilia Caponord Rally - Une moto aboutie aux qualités insoupçonnées

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de Céline Donzé
Imprimer cet article

Aprilia a attendu 2015 pour revenir en force avec un update de son maxi-trail Caponord en le déclinant en une version Rally au look franchement baroudeur et bardée d'équipements livrés de série. La Caponord Rally est prête pour les longues virées !

Consultez toutes les photos de notre voyage en Sardaigne dans la galerie Flickr dédiée : Flickr.com.

La Caponord a débarqué sur le marché il y a maintenant deux ans (lire notre essai). Pour faire court, la Caponord est une Dorsoduro 1200 assagie et équipée d'équipements répondants aux exigences du Touring. La Caponord Rally, elle, s'oriente hors des sentiers battus avec des accessoires adaptés tels qu'un pare-brise surdimensionné et réglable, une paire de projecteurs à LED supplémentaires, des volumineuses valises latérales de marque Givi badgé "Aprilia", des crash-bars en acier, un sabot-moteur en aluminium, des roues à rayons chaussées de pneus enduro-routiers Dunlop Tourance Next en dimensions 120/70 R19 à l'avant et 170/60 R17 à l'arrière.

De cet équipement additionnel, il ne faut pas oublier la dotation très riche d'origine de la Caponord. La Caponord Rally suit la tendance à l'électronisation totale des motos à vocation Touring et s'équipe d'une commande de gaz ride-by-wire à trois cartographies (Rain, Touring et Sport), d'un régulateur de vitesse, d'un antipatinage réglable sur trois niveaux (et déconnectable) et... de la suspension semi-active ADD (Aprilia Dynamic Damping), adaptant automatiquement son calibrage en fonction de l’état de la route et du style de conduite. Et c'est tout ? Presque ! Aprilia vient de développer la plateforme PMP multimédia permettant d’équiper et de personnaliser à volonté la Caponord Rally (malheureusement pas encore disponible sur notre modèle d'essai).

Aprilia ne l'a pas communiqué officiellement, mais il semblerait que les paramètres de l'ADD ont été revus pour gagner en fermeté, de même que la gestion moteur pour plus de souplesse à bas régime.

Esthétiquement, la Caponord Rally s'affirme encore avec tous ces attributs inspirant l'aventure. En plus, ce coloris doré lui sied parfaitement, bien qu'il faille l'assumer une fois en selle. Il est vrai qu'une moto de cette couleur, c'est plutôt original.

Cap sur la Sardaigne, pour un voyage de près de 3'000 kilomètres !

Passage à gué, chemin blanc, autoroute et route nationale, la Caponord Rally s'est laissée emmener avec entrain.

Le GPS est installé en une petite heure, le temps d'enlever les nombreux caches se trouvant entre la selle et la batterie et de trouver le chemin idéal qu'empruntera le câble d'alimentation. Les itinéraires sont configurés et sauvegardés dans le GPS. Les bagages sont prêts et les deux valises de 33 litres chacune sont remplies à craquer. Remarquez que les valises latérales sont identiques, grâce à l’échappement en position basse ! Nous sommes parés au départ.

Départ de la Romandie au petit matin, le cap est mis sur Gênes. Ne sachant pas à l'avance quelle sera la météo ce jour-là, nous avons n'avions pas prévu emprunter un itinéraire pittoresque pour nous rendre à Gênes ; ce sera alors l'autoroute sur plus de 400 kilomètres. Rien d'appétissant, certes !

Calé derrière le pare-brise et couché sur le réservoir, ma passagère collée dans mon dos, les kilomètres d'autoroute ont été avalés en peu de temps. Hormis quelques vibrations et turbulences à (très) haute vitesse (oui, l'Italie ne connaît guère Via Sicura et ses mesures répressives!), la Caponord a rempli sa mission de vraie routière. Même les valises au design peu aérodynamique n'ont pas perturbé la stabilité de la moto. Par contre, à rythme soutenu sur autoroute, la jauge d'essence descend à une allure vertigineuse. Il fallait d'ailleurs faire attention à la panne sèche puisque les stations-essence autoroutières ne sont pas signalées à l'avance. Visiblement, seules celles qui ont souscrit à un abonnement publicitaire ont ce privilège. Et de ce fait, souvent, nous remarquions une station-essence au moment où nous passions devant... Sans parler des camions qui se suivent à la queue leu-leu et qui gênent la vue des panneaux en bordure d'autoroute. Enfin, le généreux volume de 24 litres du réservoir d'essence devrait vous emmener loin, avant que le souci de la panne sèche vous rattrape.

Nous sommes arrivés à Gênes en début d'après-midi, ce qui nous laissa pas mal de temps jusqu'à l'heure du check-in du ferry fixé à 17h45. Nous en avons profité pour nous restaurer sur la terrasse de l'hôtel NH Collection Genova Marina situé dans le vieux port de Gênes.

Gênes est une ville côtière impressionnante. On se croirait déjà dans le Sud de l'Italie, avec des voitures partout qui roulent et qui sont parquées n'importe comment, des scooters qui se faufilent dangereusement, des carrefours à l'italienne, … Bien que la Caponord n’ait aucune peine à se déplacer dans ce gymkhana urbain, nous redoublons de vigilance car le danger vient de partout. Et lorsque nous sommes dans la zone portuaire, sans être "parano", toutes ces façades et fenêtres orientées vers la mer, et donc vers le port, l'impression d'être observés est immense... Nous passons le point de contrôle à l'entrée des quais. Seuls les billets sont visés et on nous laisse passer sans même vérifier la correspondance de nos billets avec les cartes d'identité. Olé olé ! Puis arrivés sur le quai d'embarquement, au pied de l'imposant ferry qui nous mènera jusqu'à Olbia, nous avons la chance de passer devant toutes les voitures et autres mobilhomes. Attendre l'embarquement semble interminable, bien que nous nous occupons à regarder le chargement des camions transportant des denrées alimentaires à destination de la Sardaigne.

Deux heures plus tard, on nous fait signe d’embarquer. Le temps d’arrimer la moto au coeur du ferry, sur l’un de ses flancs, et nous rejoignons notre cabine, avec hublot s’il-vous-plaît ! On se débarbouille dans la salle de bain pour le moins spartiate de la chambre puis on passe la soirée dans le restaurant du ferry. Bonne bouffe au programme.

Le lendemain matin, nous accostons à Olbia, chef-lieu de la province d’Olbia-Tempio, historiquement de la Gallura, au Nord-Est de la Sardaigne. C’est l’une des plus belles provinces sardes, mais surtout la plus touristique avec sa fameuse Costa Smeralda (Côte d’Emeraude) et ses îles de la Maddalena. Nous ne nous éternisons pas dans la région et filons vers Castelsardo, sur la côte nord-ouest, sans oublier de traverser la Valle della Luna. A cette période de l’année, bien que nous sommes à Pâques, les routes sont désertes de touristes et de mobilhomes ; quel bonheur ! Les virolets sardes s’offrent à la Caponord Rally. Et la semaine entière passée en Sardaigne ne sera faite que de virages. Que du bonheur, dites-vous ?

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Pétition AcidMoto.ch

Au final...

On a aimé :
+
Caractère moteur
+
Ambiance sonore
+
Partie-cycle
+
Confort
On a moins aimé :
-
Pas de transmission par cardan
-
Consommation plus élevée que la moyenne

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Aprilia
Modèle :
Caponord Rally
Année :
2015
Catégorie :
Routière
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Bicylindre en V à 90° longitudinal
Cylindrée :
1197 cm3
Refroidissement :
Refroidissement liquide
Alimentation :
Gestion moteur intégrée. Injection à 2 injecteurs par cylindre et gestion Ride-by-wire à 3 cartographies: Sport (S), Touring (T), Rain (R)
Performances
Puissance max. :
125 ch à 8'000 tr/min
Couple max. :
107 Nm à 6'800 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque à bain d’huile, commande hydraulique
Partie Cycle
Châssis :
Cadre modulaire en tubes d’acier, renforcé par des plaques latérales en aluminium fixées au moyen de boulons à haute résistance. Cadre auxiliaire arrière en acier, démontable
Suspension AV :
Fourche inversée Sachs de 43 mm ø entièrement réglable. Amortissement hydraulique géré électroniquement en détente et en compression, avec aDD
Suspension AR :
Bras oscillant en alliage d’aluminium Mono-amortisseur Sachs dynamique. Précontrainte du ressort et amortissement hydraulique gérés électroniquement en détente et compression avec aDD
Pneu AV :
120/70 R19
Pneu AR :
170/60 R17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque inox flottant, ø 320 mm, étriers Brembo quatre pistons à fixation radiale, conduits métalliques
Frein AR :
Disque inox ø 240 mm, étrier Brembo à simple piston, conduits en tresse métallique
Dimensions
Longueur :
2'280 mm
Empattement :
1'575 mm
Largeur :
920 mm
Hauteur de selle :
840 mm
Poids total :
251 kg
Réservoir :
24 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Dune Yellow (modèle d'essai)
 
Army Green
Catalogue
Prix de vente :
CHF 17'990.-.-
En ligne :
Garage :

Plus d'articles Moto

Portes ouvertes chez MMRide – Ta brêle t’attend !
Comme l’an passé, notre partenaire MMRide sera ouvert tout au long du week-end du 29 et 30 avril pour vous permettre de tester celle qui sera peut être l’élue de votre cœur, pardon, de votre garage. A vos agendas !
Offre d'emploi - Le Yamaha Center Fribourg recrute un mécanicien
Le Yamaha Center Fribourg situé à Marly recrute un mécanicien moto.
Essai Harley-Davidson Street Rod - Dynamique et agile, c’est possible
En cherchant à toucher une nouvelle clientèle, Harley-Davidson s’est attaqué à la 750 cm3. La première tentative a donné naissance à la Street 750 dont la finition était malheureusement un cran en-dessous des autres motos de la marque. Avec la Street Rod ils ont bien revu leur copie : le look est soigné, l’équipement est revu et la moto dans son ensemble est bien une Harley-Davidson.
BMW HP 4 Race – Quand les Bavarois se mettent à la haute couture
Elle fait couler de l'encre, ou tout du moins cliqueter les claviers, depuis qu'elle a été révélée et tant que concept lors du salon EICMA de Milan. Maintenant que nous avons toutes les informations officielles sur cette pièce d'orfèvrerie, ce sont les langues qu'elle fait pendre.
Suzuki dépose un brevet pour un Burgman hybride 2WD
Le constructeur d'Hamamatsu sera-t-il le premier à commercialiser un scooter hybride à deux roues motrices ? Cela en prend le chemin si l'on en croit les brevets qui viennent d'être déposés.
France - Un motard de la Police Municipale se tue en intervention
Tours. Hier soir vers 19 h, un motard de la police municipale a trouvé la mort sur l’autoroute A 10, entre Loire et Cher. Une perte de contrôle inexpliquée.

Recherche

Hot news !

Essai Aprilia Tuono V4 1100 RR et Factory - Roadster superlatif? C'est ce qu’on verra!
Même si on aimerait plus d’audace de leur part d'Aprilia, le gros V4, ils savent faire et ils continuent de mettre à jour leur sportive et leur roadster avec ce que leur enseigne le MotoGP et le Superbike. Avec des options clairement dédiées à la piste, la Tuono pourrait être le roadster le plus fou de la production actuelle.
Essai Yamaha XSR900 Abarth - Piquée par le Scorpion
Née en MotoGP en 2007, la symbiose entre Yamaha et la marque italienne de voitures sportives Abarth donne pour la première fois naissance à une vraie collaboration. Pour l’occasion, le roadster vintage de Yamaha s’offre une peinture exclusive et quelques accessoires pour seulement 695 exemplaires de celle qui s’appelle la XSR900 Abarth.
Essai Yamaha SCR 950 - La Bolt se mue en Scrambler
La Yamaha XV950R s’est faitw très discrète sur le marché depuis sa sortie, nous l’avions essayée et dans la foulée Badan Moto s’en servait comme base pour un custom très séduisant. Reste que le moteur V2 à refroidissement à air a une montagne de couple à offrir, alors autant en profiter pour créer un autre modèle avec ! Surfant sur la vague Vintage, c’est ainsi qu’est née le scrambler SCR950 avec son grand guidon et ses pneus mixtes, elle en a déjà l’allure, mais en a-t-elle le comportement ?
Essai PdB 500 - Une marque genevoise revient dans la course
C’est à quelques encablures de feu la société Motosacoche SA, qui aura été une marque mondialement réputée et très bien racontée par notre ami Eric Bezon, qu’une figure emblématique du canton, Nanard Meili a décidé de lancer sa propre entreprise : PdB.
Essai Ducati Monster 797 – Le refroidissement à air existe encore
La gamme Ducati s’est encore agrandie cette saison, mais mis à part les Scrambler, les modèles recommandables à un débutant ne sont pas légion. Que faire si on aime pas la vague néo-rétro ? Pour éviter la fuite des clients, une petite Monster bien fun sera assemblée à Bologne, avec un moteur déjà connu et mis à jour.
Essai Yamaha MT-10 Tourer Edition et SP - Pack grand tourisme et roadster high-tech
Pour un fana de technologie, la R1M est le saint Graal. Pratiquement tout est réglable du contrôle de traction au rebond de l’amortisseur. Pour la route, c’est difficilement exploitable, mais maintenant avec la MT-10 SP vous aurez une arme sur route et sur piste. Plus envie de voyage? Le pack Tourer vous attend !

Liens Partenaires