Essai publié le

Essai Victory High-Ball 2015 - Un modèle au look et au charme Old School

Texte de Yann Blondel / Photo(s) de Patrick Schneuwly
Imprimer cet article

Pas facile de débarquer et de se faire une place dans un marché où les machines US sont régulièrement signées d’un grand H suivi d’un grand D. Pourtant, Victory Motocycles commence à y parvenir en proposant des modèles des plus attrayants.

Aujourd’hui, votre serviteur, qui vient de se muer en fan des modèles du genre, vous propose de découvrir un modèle qui mérite le détour : la High-Ball, un modèle qui reprend les codes des motos au style Vintage. Pour ce faire, j'ai pu prendre possession de cette moto auprès du nouveau dealer de la marque, la concession genevoise American Bikes Geneva, qui distribue également les marques Indian Motorcycle et Harley-Davidson.

De prime abord, nous pourrions penser que la High-Ball est une énième moto américaine, avec un cadre en acier, une  fourche king-size, le tout supportant un gros twin poussif et faisant un raffut d’enfer. Que neni les amis, si la High-Ball ne renie pas ses origines, elle a su les mettre en valeur et en tirer profit.

Que tu aimes ou pas le style, il faut reconnaître que le coloris noir mat lui va comme un gant, d’autant plus que les pneus à flanc blanc et les jantes à rayons accentuent ce côté Vintage. Le réservoir en goutte d'eau ou encore le garde-boue arrière enveloppant accentuent encore un peu plus le côté custom.

Le large et haut guidon noir mat de type "Ape Hanger" vous fera lever les bras au ciel, enfin surtout pour les petits gabarits, car comme vous pourrez le constater sur les clichés ci-dessous, mon mètre quatre-vingt-huit m’a permis de ne pas trop forcer sur cette position inhabituelle pour un non-initié. Le séant posé à ras le sol, 635mm pour être précis, et les pieds en avant donnent au final une position plutôt agréable. Une position qui va s’avérer au fil des kilomètres des plus confortables pour autant que l’on ne dépasse pas les 100km/h. Bien oui, après ça tire un peu sur les bras et la nuque.

Côté équipement, ne cherchez pas les dernières technologies à la mode, la High-Ball fait dans le brut de décoffrage avec pour seule assistance, un ABS avant et arrière. Le bloc compteur à rétroéclairage bleu vous donnera les informations de base mais pas une de plus. Vous pourrez passer de l’affichage des kilomètres (trip) à celui du compte-tours digital en pressant sur le commodo de gauche. Pas de jauge à carburant, mais un indicateur de réserve, la simplicité des motos de la bonne vieille époque est respectée.

Les finitions des pièces métalliques ou plastiques sont de bonne facture, seuls les divers câbles et fils apparents auraient mérités un peu plus d'attention, notamment du côté du poste de pilotage. Les fans devront obligatoirement passer par la case customisation afin de masquer ces derniers.

Les leviers de frein/embrayage font dans le style US en adoptant une couche de chrome sur leur largeur conséquente. Les poignées sont de type large et offre un excellent grip, certains n’auront pas l’habitude d'en avoir de si grosse entre les mains (de poignées donc). Les commodos tombent parfaitement sous les doigts. Les rétroviseurs black offrent une excellente vision et occupent un espace minimum. La selle est exempte de défaut, creusée à souhait et offrant un excellent confort, c’est assez rare sur un modèle de série pour que je le souligne. Le tour du propriétaire étant fait, il est temps de faire vrombir ce moulin.

Victory a choisi d’équiper sa High-Ball du bicylindre Freedom en V à 50° de type 106. Un coloris black avec des ailettes de refroidissement polies, le look est garanti. Ce dernier est incrusté dans le châssis tubulaire en acier.

Un moteur de 1’731cc qui offre 139Nm de couple pour une puissance maximale de 88.4cv. Alors certes sur le papier ceci peut paraître peu, mais une fois en selle, le couple associé à la boîte de vitesses à six rapports vous fera oublier le poids conséquent de 313kg de la bête. L’arrivée de l’injection électronique a permis à Victory de lisser la courbe de couple, mais pas le plaisir, ce qui permet d’avoir en tout temps un moteur qui répond présent et ce, avec le moins de vibrations possibles. Une fois la poignée de droite essorée, il ne faudra pas espérer pouvoir tirer la quintessence du moteur dans les hauts régimes. D’ailleurs vous seriez rapidement déçu, puisqu’il vous sera difficile de dépasser les 5’000tr/min.

Oui, la High-Ball se conduit comme un bon gros diesel, sur le couple, ce qui permet d’adopter rapidement une conduite coulée et de ce fait de profiter de nos magnifiques paysages. Après tout, c’est peut-être ça, le Nirvana ?

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Pétition AcidMoto.ch

Au final...

On a aimé :
+
Le look totalement atypique
+
Le moteur des plus expressifs
+
La tenue de route exemplaire pour ce type de moto
+
La sonorité de l'échappement optionnel
On a moins aimé :
-
Les câbles apparents du guidon
-
Le pneumatique arrière trop fin par rapport au gabarit

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Victory
Modèle :
High-Ball
Année :
2015
Catégorie :
Cruiser
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Bicylindre en V, simple arbre à cames en tête avec 4 soupapes par cylindre
Cylindrée :
1'731 cm3
Refroidissement :
Air / huile
Alimentation :
Injection électronique avec corps de papillon double de 45mm
Performances
Puissance max. :
88,4 ch
Couple max. :
139 Nm
Transmission
Finale :
Par courroie armée de fibre de carbone
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisques à bain d'huile
Partie Cycle
Châssis :
Tubulaire en acier
Suspension AV :
Fourche téléscopique de 43mm
Course AV :
130 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur à gaz avec tringlerie à action progressive
Débattement AR :
75 mm
Pneu AV :
130/90R16
Pneu AR :
140/90R16
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Simple disque de 300mm avec étrier à 4 pistons
Frein AR :
Simple disque de 300mm avec étrier à 2 pistons
Dimensions
Longueur :
2'372 mm
Empattement :
1'647 mm
Hauteur de selle :
635 mm
Poids à sec :
296 kg
Réservoir :
17 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Unique
Catalogue
Prix de vente :
CHF 19'500.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Go North Cape [épisode 2] - Les premiers kilomètres en Norvège
Après quatre jours de voyage, nos compères de la côte vaudoise roulent sur l'asphalte de la Norvège.
Chaos à Massy (Essonne) après un accident de quad
Le 5 mai dernier a eu lieu à Antony (Hauts-de-Seine) un jeune originaire de Massy se tuait en quad après une course-poursuite avec les forces de l'ordre. Hier a eu lieu en représailles un véritable rodéo en ville.
A la rencontre des Dandy Riders dans leur "Usine" à Saint-Raphaël (F)
Amateurs de custom culture - pas celle provenant des US, mais celle arrivée du Japon et popularisé par les Wrenchmonkeys, le Brat style - vous êtes au bon endroit ! Les Gentlemen GVA, ces motards chics roulant en ancienne ou en néo-retro ont reçu une invitation, et non des moindres, pour aller découvrir "l’Usine", un concept store dans le sud de la France, entièrement dédiée à cette culture. Il n’en fallait pas plus pour chevaucher nos montures et répondre positivement à cet appel.
Dark Arts – La Triumph Thruxton R revue par Wenley Andrew
Wenley Andrew, préparateur basé en Australie, s'est attaqué avec un certain succès à la Triumph Thruxton R, le but était de garder le meilleur de ce qui a été créé par Triumph et d'améliorer le reste.
Go North Cape [épisode 1] - De la Suisse à Kiel (D)
Hier, Adrien Salgado et Mathieu Voumard ont mis le cap plein nord. Plus de 1'100 kilomètres parcourus sans embûche.
Hayden renversé à vélo : pronostic vital engagé
Le champion du monde de MotoGP en 2006 a été victime d'un accident de la route alors qu'il s'entraînait à vélo avec un groupe d'amis aux alentours de Rimini.

Recherche

Hot news !

Essai BMW R1200 GS Rallye style - Pas besoin d’être parfaite
La GS c’est l’indétrônable, celle qui se vend toujours bien, année après année. Les concurrentes ne manquent pas, mais l’allemande garde ce je ne sais quoi d’avance sur les autres pour rester au sommet. Avec l’édition Rallye style, on touche volontairement à une moto moins parfaite mais à l’utilisation plus ciblée. Récit d’un essai où j’aurai tout vu.
Vidéo - Quand la moto devient un médicament
Pierre-Alain Uldry s'est intéressé au côté guérisseur de nos chères montures. Par le témoignage de deux motards confrontés à des problèmes de santé importants et leurs répercussions, il met en avant les vertus salvatrices de notre passion.
BMW F850GS – Des photos volées en attendant Milan
Le constructeur bavarois va vraisemblablement effectuer une sérieuse mise à jour sur sa F800 afin de proposer une machine plus concurrentielle face aux Africa Twin et autre Multistrada 950.
Essai Harley-Davidson Street Rod - Dynamique et agile, c’est possible
Avec la Street Rod, Harley-Davidson a revu sa copie : le look est soigné, l’équipement est revu et la moto dans son ensemble est bien une Harley-Davidson.
Essai Aprilia Tuono V4 1100 RR et Factory - Roadster superlatif? C'est ce qu’on verra!
Même si on aimerait plus d’audace de leur part d'Aprilia, le gros V4, ils savent faire et ils continuent de mettre à jour leur sportive et leur roadster avec ce que leur enseigne le MotoGP et le Superbike. Avec des options clairement dédiées à la piste, la Tuono pourrait être le roadster le plus fou de la production actuelle.
Essai Yamaha XSR900 Abarth - Piquée par le Scorpion
Née en MotoGP en 2007, la symbiose entre Yamaha et la marque italienne de voitures sportives Abarth donne pour la première fois naissance à une vraie collaboration. Pour l’occasion, le roadster vintage de Yamaha s’offre une peinture exclusive et quelques accessoires pour seulement 695 exemplaires de celle qui s’appelle la XSR900 Abarth.

Liens Partenaires