Essai publié le

Essai de la Honda VFR800X Crossrunner 2015 - La Crossrunner évolue dans le bon sens [page 2]

Texte de Yann Blondel / Photo(s) de Patrick Schneuwly

Pages

En mode dynamique :

Le moteur qui équipe cette nouvelle VFR800X est strictement identique à celui de sa grande soeur, à savoir le V4 à 90° doté du système VTEC délivrant une puissance maximale de 106cv à 10’250tr/min. La pression sur le bouton de démarrage ne ravira pas les fans de belles vocalises, puisqu’ici vous arrivez dans un monde de "zen attitude", nouvelles normes anti-pollution et anti-bruit obligent avec une valeur record de 89dB à 60% du régime maximal, autant dire qu’un scooter 50cc modifié vous cassera les oreilles en comparaison. Si l’absence de sonorité m’a quelque peu déconcerté au premier contact, je dois bien avouer, qu’avec le temps, ceci est agréable et permet d’adopter une conduite qui n’incite pas à l’arsouille.

Les premiers kilomètres se font en ville et qui dit ville implique : accélération, freinage, bouchon, slalom urbain... de quoi mettre à mal plus d’un motard. Etonnamment et malgré un poids de 242kg tous pleins faits, la Crossrunner fait preuve d’une excellente agilité et maniabilité dans cet exercice, seules les manoeuvres de parking demandent un peu plus de muscle. Haute perchée et disposant d’un rayon de braquage à faire pâlir bien des concurrentes, je me sens immédiatement à l’aise et navigue dans cet univers sans aucune appréhension, mais surtout bien aidé par une position de conduite droite et naturelle. Le moteur se montre très souple, offre de bonne relance et ne provoque aucun à-coup. Une fois extirpé de ce milieu hostile, je me dirige sur une portion d’autoroute avant de rejoindre la campagne.

Les premiers kilomètres mettent en évidence la bonne volonté du bloc-moteur, le système VTEC intervient au-delà des 6’500tr/min et offre un caractère et un son rageur passé ce régime. Vous cruiserez sans souci sur le sixième rapport, mais si vous souhaitez effectuer un dépassement aussi rapide que l'éclair, il faudra tomber un voir deux rapports ; en effet, sur autoroute et sur le dernier rapport, le moteur ne tourne pas dans la plage de régimes du VTEC.

La protection offerte par la bulle s’avère trop juste au-delà 120km/h et me gratifie de turbulences dans le casque. Bon, forcément, du haut de mon mètre quatre-vingt-huit, je suis un peu plus sujet aux turbulences que les autres motards. Enfin, si Honda avait fait le choix d’une bulle haute et réglable en hauteur, ce phénomène n’apparaîtrait pas.

Verte campagne me voilà !

Il faut le reconnaître, la ville et le long ruban ne sont pas ce qu’il y a de plus agréable, bien que ceci permet d’aller plus vite dans certains cas. Mais la vocation première d’une moto étant le plaisir et la campagne est donc bien plus approprié.

Les premières courbes font leur apparition et la moto démontre un excellent confort sur une chaussée bien souvent abîmée, la suspension HMAS de Honda joue parfaitement son rôle, à tel point que les dos d’âne sans réduire l'allure. Si le confort est au rendez-vous en mode balade, cette souplesse devient pénalisante en conduite sportive. La moto se désunit lors des changements d’angle rapide, pompe exagérément et joue au cheval à bascule lors des gros freinages. Je dois obligatoirement passer par la case réglages de la fourche et du mono-amortisseur pour palier à cette sensation.

Quelques tours de vis plus tard, la moto répond plus facilement à mes ordres et permet de tenir un rythme honorable. Le moteur se montre alors très volontaire et sonore lorsque je le sollicite dans les hauts régimes. Les 12’500tr/min du régime maxi sont atteints rapidement et je sors des courbes rapides sans aucune appréhension tant le bloc-moteur est souple. Le contrôle de traction ne se sera enclenché que sur route humide, forcément, avec une plage de régime haut placée. Il serait difficile de le déclencher sur une route sèche. La boîte de vitesses est précise et aucun saut de vitesse n’aura été relevé. Là encore, Honda propose une boîte très aboutie, mais fait l’impasse sur un shifter (seulement disponible en option).

Le système de freinage ABS est correctement réglé et je peux serrer fort le levier avant sans arrière-pensée (disques de 310mm), alors que l’arrière servira de ralentisseur (disque de 256mm). Notons au passage que le freinage avant-arrière est combiné électroniquement. Au fil des kilomètres, le freinage se sera montré rassurant et avenant, ce qui conviendra parfaitement aux jeunes conducteurs, mais il aura montré ses limites en descente (à très bon rythme), la faute au poids élevé de la VFR800X.

Pour les joueurs comme moi, il est impossible de désactiver l’ABS, seul le contrôle de traction est totalement désactivable. Les pneumatiques, des Pirelli Scorpion Trail, conviennent parfaitement au tempérament de la VFR800X et digèrent bien le comportement du moteur, avec notamment le déclenchement du VTEC.

Cette VFR800X dispose de très bonnes aptitudes dans bien des domaines, que ce soit en ville, à la campagne ou sur autoroute, elle devrait donc trouver acquéreur parmi les motards recherchant une moto polyvalente.

Conclusion :

Si la première génération était un flop commercial, la seconde ne devrait pas connaître le même sort. Honda a fait du bon boulot et cela se ressent une fois en selle, la nouvelle ergonomie et le confort participant grandement à ce succès. L’agrément proposé par le bloc V4 de 800cc est tout simplement optimal sur ce type de machine. La VFR800X conviendra parfaitement tant aux jeunes permis qu'aux anciens en se montrant volontaire en toute circonstance. Le confort général et le grand réservoir vous garantiront des étapes de près 400 kilomètres sans escale. L’homogénéité est donc la qualification que je prendrais pour définir cette mouture 2015.

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Facilité de prise en main
+
Confort et homogénéité
+
Lifting réussi
On a moins aimé :
-
Poids
-
Nombreuses pièces en option
-
Tarif élevé face à la concurrence

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Honda
Modèle :
Crossrunner VFR800X
Année :
2015
Catégorie :
Routière
Moteur
Type :
4 cylindres en V à 90°, 4 temps, double ACT et 16 soupapes
Cylindrée :
782 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique PGM-FI
Performances
Puissance max. :
106 ch à 10'250 tr/min
Couple max. :
75 Nm à 8'500 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaine à joints toriques
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque en bain d’huile
Partie Cycle
Châssis :
Double poutre en aluminium
Suspension AV :
Fourche télescopique HMAS ø 43 mm réglable en précharge et détente
Course AV :
145 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur à gaz, réglable en précharge (35 crans) et détente
Débattement AR :
148 mm
Pneu AV :
120/70 ZR17
Pneu AR :
180/55- R17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque hydraulique flottants ø 310 x 4,5 mm avec étriers 4 pistons à montage radial, ABS et plaquettes frittées
Frein AR :
Simple disque hydraulique 256 x 6 mm avec étrier 2 pistons, ABS et plaquettes frittées
Dimensions
Longueur :
2'190 mm
Empattement :
1'475 mm
Largeur :
870 mm
Hauteur de selle :
815/835 mm
Poids total :
242 kg
Réservoir :
20.8 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Black Matt
 
White
Catalogue
Prix de vente :
CHF 12'630.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

La Yamaha R1 fête ses 20 ans - Un concessionnaire anglais lui rend hommage
20 ans, c'est l'âge de la Yamaha R1. 20 années où cette moto aura pu progresser tant du côté de son esthétique que de sa puissance.
GP de Macao – Le pilote britannique Daniel Hegarty décède suite à une chute
Le pilote anglais, Daniel Hegarty, qui courrait pour le team Topgun Racing Honda, est décédé ce jour suite à une chute survenue lors du GP de Macao.
France - Le radar de poche arrive et il va faire mal
Nos confrères du magazine français d'Auto Plus, viennent de l'annoncer, les forces de l'ordre vont bientôt être équipées d'un nouveau radar au format de poche.
Norton 650 – La première à arriver sur le marché sera un Scrambler
La prochaine Norton à arriver sur le marché devrait être une 650cc bicylindre avec un look roadster vintage dans la tendance du dessin fourni par MotoFire.
Yamaha XJR 1300 VR 46 Flat Track "Mya" by Rodolfo Frascoli
Le designer italien Rodolfo Frascoli, qui est établi à Milan, nous livre ici une réalisation sur base de Yamaha XJR 1300 et qui a comme thème Valentino Rossi ainsi que le Flat Track.
EICMA 2017 - MV Agusta présente une Dragster 800 RR entièrement revue
Après le modèle RC, pour Reparto Corse, c'est le modèle RR de la MV Agusta Dragster, qui est souvent qualifiée de plus beau roadster de production, d'être revue.

Recherche

Hot news !

EICMA 2017 - KTM 790 DUKE - Le chaînon manquant dans la gamme des jouets autrichiens
Cette toute nouvelle KTM 790 DUKE arrive avec du lourd, dont une esthétique qui n'est pas sans rappeler la tonitruante 1290 SuperDuke.
EICMA 2017 – Kawasaki H2 SX – Superchargez votre journée
Kawasaki vient de lever le voile sur la nouvelle routière compressée qui portera très logiquement le nom de H2 SX. Avec elle vous pourrez voyager loin et vite !
EICMA 2017 - Ducati Scrambler 1100 - Il y aura 3 versions.
En marge de la très médiatique Panigale V4 Stradale, Ducati a présenté un autre modèle qui devrait rencontrer un fort succès vu celui de sa petite soeur, la Ducati Scrambler 1100 était des plus attendus et nous aurons 3 versions : standard, spécial et sport.
EICMA 2017 - Ducati Panigale V4 - Les photos et les infos
Ducati vient de lever le voile sur sa toute nouvelle Supersport, la Desmosedici Stradale V4.
Ducati Scrambler 1100 - Les premières photos dévoilées
L’événement médiatique pour Ducati au salon EICMA de Milan sera la présentation de la Panigale V4 mais il ne faudra pas oublier l’arrivée de la grande soeur de la famille Scrambler : la 1100.
Essai KTM 790 Duke Prototype - Combler la brèche
Premier essai d’un modèle de pré-production de de la nouvelle KTM 790 Duke attendue le 7 novembre au salon de EICMA de Milan.

Liens Partenaires