Essai publié le

Essai Kawasaki Versys 1000 en Sicile - Le tourisme sportif selon Kawasaki

Texte de Marc
Imprimer cet article

Après la présentation de la petite Versys 650, Kawasaki nous fait découvrir sa grande sœur, la Versys 1000. Elle aussi a le droit à une sacrée cure de jouvence et est clairement orientée vers plus de performances, que ce soit au niveau du sport ou de ses capacités à rouler longtemps.

Lire l'essai de la précédente Versys 1000 : Kawasaki Versys 1000, l'ode à la polyvalence !

La grande Versys équipée du quatre-cylindres en ligne qui propulsait à l’époque la première Z1000 aura été entièrement revue par les ingénieurs de Kawasaki de la proue à la poupe. Tout d’abord, elle arbore le même design que la 650, ou vice-versa, afin d’accentuer l’image familiale des routières du constructeur. On retrouve donc le double optique, les lignes acérées qui font de la Versys une moto moderne et agressive. Finies les formes tout en rondeur !

Là également, l’intégration des valises, dont le volume est de 28 litres chacune, a été pensée dès le départ. Le saute-vent, dont la hauteur est réglable sans outils mais pas en roulant, est complètement repensé tout comme l’écoulement de l’air sur la face avant et les écopes qui l’équipent permettant ainsi de réduire la pression de l’air sur le pilote et limiter les turbulences derrière la bulle.

Le moteur est complètement revu et voit sa puissance passer le 118 à 120cv tout en étant prêt à affronter les draconiennes normes antipollution Euro IV. Sa consommation baisse d’ailleurs de 5%. Le montage se fait à l’instar de la petite Versys, partiellement sur silentblocs pour atténuer les vibrations ressenties lors de la conduite.

Afin de réduite les à-coups au rétrogradage, l’embrayage se voit doté d’un système antidribble à glissement limité. Cela réduit les contraintes sur la roue arrière en faisant glisser l’embrayage lorsque celui-ci est soumis à de trop fortes pressions au rétrogradage ou lors des freinages appuyés lorsque la roue arrière est fortement soulagée de la charge qui pèse sur elle. De plus, ce système est sensé amener une grande douceur à l’utilisation du levier gauche. Afin d’éviter tout excès d’optimisme du pilote, le système antiglisse KTRC (Kawasaki TRaction Control) est paramétrable sur trois positions.

Les suspensions sont complétement revues, la fourche passe à 43mm et propose des réglages de précharge sur le tube gauche et de détente et compression sur le tube droit. L’amortisseur n’est pas en reste, la résistance de son ressort passe de 106 à 109Nm et il est également complètement réglable. Une molette facilement accessible permettra d’ajuster sa précharge en fonction de la présence ou non d’un passager ou de bagages.

Au niveau du freinage, les disques avant passent de 300mm à 310mm et le freinage comme sur la 650, sous la surveillance de la dernière version de la centrale Bosch, à savoir la 9.1MB.

Afin de satisfaire les besoins en électricité de l’électronique présente et de tous les accessoires qui peuvent être ajoutés à la Versys, le générateur passe d’une puissance de 12.3A à 15.3A, et ce dès le régime de 1’100tr/mn.

On notera également la présence très pratique d’une béquille centrale permettant par exemple de graisser la chaîne avant de partir pour une longue virée, la Versys n’étant pas équipée d’un cardan.

Vient maintenant le temps de découvrir la Versys en action. A l’instar de la 650, la selle est moelleuse comme la farce d’un cannoli sicilien et les commandes tombent naturellement sous les mains. Dès la prise du levier d’embrayage, on salue l’idée de doter l’embrayage d’un système antidribble tant le levier gauche est facile à actionner.

La bulle ne gêne pas la vision, je la laisserai également en position basse, celle-ci protégeant efficacement et permettant à mon regard de passer par-dessus. Toutes les infos utiles sont disponibles au tableau de bord et le KTRC comme le mode moteur peuvent être réglés depuis une commande se trouvant sur le commodo gauche. Il est également possible de faire défiler les infos sur les trips et la consommation avec cette commande, ce contrairement à la Versys 650.

Nous voici donc à nouveau partis sur les routes défoncées de Sicile à l’assaut de l’Etna. Je suis tout de suite, comme pour la petite Versys, impressionné par la qualité des suspensions made by Kawasaki. Les ingénieurs ont très bien travaillé et le confort offert est royal, ce sans sacrifier ni la motricité ni le retour d’informations. En regardant la machine qui me précède surfer sur les pavés, je vois très bien l’amortisseur absorber les différences de niveau et garder la selle à la même hauteur.

En sortant de la ville, les routes deviennent tournicotantes et plus étroites laissant la place à l’improvisation. Malgré son quatre-cylindres en ligne, la 1000 reste agile et permet de changer de cap sans effort. De plus, même dans les courbes prises à allure soutenue la suspension n’est pas dépassée malgré l’angle et la moto absorbe les bosses ou les trous c’est selon, sans que cela influence sur son cap. Autant dire que sur les routes lisses et propres de notre beau pays, la Versys 1000 devrait être à l’aise.

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Pétition AcidMoto.ch

Au final...

On a aimé :
+
Suspensions
+
Confort
+
Maniabilité
On a moins aimé :
-
Freinage manquant de mordant
-
Louvoiement à haute vitesse
-
Rétroviseurs design mais peu efficaces

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Kawasaki
Modèle :
Versys 1000
Année :
2015
Catégorie :
Routière
Moteur
Type :
4 cylindres en ligne, 4 temps, double ACT et 16 soupapes
Cylindrée :
1'043 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection 38mm à papillons ovales
Performances
Puissance max. :
120 ch à 9'000 tr/min
Couple max. :
102 Nm à 7'500 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne à joints toriques
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque en bain d'huile
Partie Cycle
Châssis :
Double poutres en aluminium
Suspension AV :
Fourche inversée 43mm réglable en précontrainte, compression et détente
Course AV :
150 mm
Suspension AR :
Mono-amortisseur à gaz type Back-Link réglable en précontrainte, compression et détente
Débattement AR :
150 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
180/55 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Frein AV :
Double disques en pétales semi-flottants de 310mm, étriers 4 pistons
Frein AR :
Simple disque pétale de 250mm, étrier simple piston
Dimensions
Longueur :
2'240 mm
Empattement :
1'520 mm
Largeur :
895 mm
Hauteur de selle :
840 mm
Poids total :
250 kg
Réservoir :
21 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Orange Candy Burnt / Black Metallic Spark
 
Noir Flat Ebony / Noir Metallic Spark
 
Blanc Pearl Stardust / Noir Metallic Spark
Catalogue
En ligne :

Plus d'articles Moto

Moto Fuller transforme la Motus MSTR en Streetfighter
Bien que ce ne soit pas la marque ni le modèle le plus connu, la Motus MSTR gagne à être connue déjà de par sa motorisation en V longitudinale de 1'650cc, et Moto Fuller a décidé d'en faire une Streetfighter.
Portes ouvertes chez MMRide – Ta brêle t’attend !
Comme l’an passé, notre partenaire MMRide sera ouvert tout au long du week-end du 29 et 30 avril pour vous permettre de tester celle qui sera peut être l’élue de votre cœur, pardon, de votre garage. A vos agendas !
Offre d'emploi - Le Yamaha Center Fribourg recrute un mécanicien
Le Yamaha Center Fribourg situé à Marly recrute un mécanicien moto.
Essai Harley-Davidson Street Rod - Dynamique et agile, c’est possible
En cherchant à toucher une nouvelle clientèle, Harley-Davidson s’est attaqué à la 750 cm3. La première tentative a donné naissance à la Street 750 dont la finition était malheureusement un cran en-dessous des autres motos de la marque. Avec la Street Rod ils ont bien revu leur copie : le look est soigné, l’équipement est revu et la moto dans son ensemble est bien une Harley-Davidson.
BMW HP 4 Race – Quand les Bavarois se mettent à la haute couture
Elle fait couler de l'encre, ou tout du moins cliqueter les claviers, depuis qu'elle a été révélée et tant que concept lors du salon EICMA de Milan. Maintenant que nous avons toutes les informations officielles sur cette pièce d'orfèvrerie, ce sont les langues qu'elle fait pendre.
Suzuki dépose un brevet pour un Burgman hybride 2WD
Le constructeur d'Hamamatsu sera-t-il le premier à commercialiser un scooter hybride à deux roues motrices ? Cela en prend le chemin si l'on en croit les brevets qui viennent d'être déposés.

Recherche

Hot news !

Essai Aprilia Tuono V4 1100 RR et Factory - Roadster superlatif? C'est ce qu’on verra!
Même si on aimerait plus d’audace de leur part d'Aprilia, le gros V4, ils savent faire et ils continuent de mettre à jour leur sportive et leur roadster avec ce que leur enseigne le MotoGP et le Superbike. Avec des options clairement dédiées à la piste, la Tuono pourrait être le roadster le plus fou de la production actuelle.
Essai Yamaha XSR900 Abarth - Piquée par le Scorpion
Née en MotoGP en 2007, la symbiose entre Yamaha et la marque italienne de voitures sportives Abarth donne pour la première fois naissance à une vraie collaboration. Pour l’occasion, le roadster vintage de Yamaha s’offre une peinture exclusive et quelques accessoires pour seulement 695 exemplaires de celle qui s’appelle la XSR900 Abarth.
Essai Yamaha SCR 950 - La Bolt se mue en Scrambler
La Yamaha XV950R s’est faitw très discrète sur le marché depuis sa sortie, nous l’avions essayée et dans la foulée Badan Moto s’en servait comme base pour un custom très séduisant. Reste que le moteur V2 à refroidissement à air a une montagne de couple à offrir, alors autant en profiter pour créer un autre modèle avec ! Surfant sur la vague Vintage, c’est ainsi qu’est née le scrambler SCR950 avec son grand guidon et ses pneus mixtes, elle en a déjà l’allure, mais en a-t-elle le comportement ?
Essai PdB 500 - Une marque genevoise revient dans la course
C’est à quelques encablures de feu la société Motosacoche SA, qui aura été une marque mondialement réputée et très bien racontée par notre ami Eric Bezon, qu’une figure emblématique du canton, Nanard Meili a décidé de lancer sa propre entreprise : PdB.
Essai Ducati Monster 797 – Le refroidissement à air existe encore
La gamme Ducati s’est encore agrandie cette saison, mais mis à part les Scrambler, les modèles recommandables à un débutant ne sont pas légion. Que faire si on aime pas la vague néo-rétro ? Pour éviter la fuite des clients, une petite Monster bien fun sera assemblée à Bologne, avec un moteur déjà connu et mis à jour.
Essai Yamaha MT-10 Tourer Edition et SP - Pack grand tourisme et roadster high-tech
Pour un fana de technologie, la R1M est le saint Graal. Pratiquement tout est réglable du contrôle de traction au rebond de l’amortisseur. Pour la route, c’est difficilement exploitable, mais maintenant avec la MT-10 SP vous aurez une arme sur route et sur piste. Plus envie de voyage? Le pack Tourer vous attend !

Liens Partenaires