Essai publié le

Essai Moto Guzzi California 1400 Custom - Le custom sauce bolognaise

Texte de Marcouille / Photo(s) de Patrick Schneuwly
Imprimer cet article

Bien que plus habitué au limage de slide qu’à la balade bucolique au son d’un ploum-ploum, j’ai absolument tenu à réaliser l’essai de cette California 1400 Custom car s’il y a bien une marque historique en Italie, qui se donne de la peine pour revenir doucement sur le devant de la scène tout en conservant sa longue histoire traditionnelle, c’est Moto Guzzi.

L’histoire de Moto Guzzi remonte très loin, la firme située dans la région du lac de Côme ayant été créée en 1921 et il faut savoir que le nom de Guzzi provient de l’un des trois larrons à l’origine de la marque qui fût malheureusement abattu avec son avion lors de la première guerre mondiale. C’est en son honneur que les deux autres fondateurs Giorgio Parodi et Giovanni Ravelli adoptèrent le nom de moto Guzzi et reprirent l’aigle qui était le symbole de leur escadrille pour leur marque de moto.

Le côté historique étant fait, je dois avouer que j’aime bien "ceux qui ne font pas comme les autres" et s’il est bien un monde où c’est rare, c’est celui du custom. Il faut dire que Harley-Davidson a largement posé des jalons de standard que la concurrence copie à outrance pour essayer de s’approprier des parts de marché. La California Custom fait différemment, tout d’abord et surtout avec son V2 1400 face à la route et également avec l’électronique.

En allant prendre possession de "ma" Calif' au garage Virages Motos à Vésenaz, les impressions que j’avais eues en contemplant les photos sur le Net ont immédiatement été confirmées. Il se dégage du Custom italien un sentiment de puissance brute, et là pour une fois je ne parle pas de chevaux, les courbes sont généreuses et fluides et malgré le fait que l’on sente que le bestiau pèse ses quintaux de bon acier, la ligne générale est légère.

Personnellement, j’adore ce que dégagent les deux cylindres débordants de part et d’autre du généreux bloc-moteur. Quand je parle de puissance ici, j’y vois un symbole de virilité presque phallique et me dit que d’exposer ce massif V2 à la vue de tous est une excellente idée, pourquoi le cacher dans le châssis ? D’autant plus qu’avec le refroidissement mixte air-huile, les cylindres ont une taille respectable. Le long échappement chromé qui se termine après la roue arrière donne du cachet à la Guzz’ et allonge la ligne. Il est juste dommage que les normes d’homologation draconiennes le castre autant, j’aurais aimé une sortie plus imposante que le petit tube de fuite qui le termine.

En détaillant le reste de la Calif', je me dis que c’est un sacré vaisseau tant elle est longue et basse, ça sent le raclage de marchepieds dans les giratoires. De nombreuses pièces chromées viennent rehausser le gris de ma Guzzi d’essai, et surtout, c’est à souligner, ses pièces chromées sont en métal et non pas en plastique... Il n’y a pas de fautes de goût, sont apparents seuls les câbles qui doivent être visibles, les autres sont bien dissimulés. Le phare avant est immédiatement identifiable avec sa forme de crâne, surtout qu’il est possible d’allumer seulement les LED qui l’entourent, donnant encore plus de style à la Guzzi.

La selle, pardon le fauteuil, a l’air des plus confortables tant il est large et paraît bien rembourré. Il est suivi par la place réservée à votre sac de sable préféré qui devrait apprécier le confort offert par le pouf qui lui est réservé ainsi que par les larges repose-pieds. S’ensuit un pare-boue arrière fluide qui se termine par deux feux à LED de part et d’autre, qui souligne avec finesse la ligne arrondie de l’arrière. Il n’y a rien à redire, quand les Italiens se lâchent au niveau design, les autres nations peuvent retourner à leurs crayons ! Même avec des customs...

Le bloc-compteur mêle traditionalisme et modernisme avec un large écran LCD au milieu qui permet d’afficher tous les trips possibles ainsi que la consommation, la température, le mode moteur et encore une foultitude d’informations.

Hé oui, la California 1400 Custom est moderne, elle est munie d’un antipatinage à trois niveaux, de trois modes moteur (Rain, Touring et Veloce). Le premier limitant le couple et la puissance, le second privilégiant la douceur de fonctionnement mais avec toute la puissance et le dernier étant le plus sauvage. Il est également à noter que l’on trouve également un cruise-control.

Viens maintenant le temps d’appuyer sur le bouton du démarreur et là... on n’est pas déçu ! Le bloc bouge dans le châssis, le moteur craque immédiatement et la Calif' bouge sur sa béquille sous les assauts des gros pistons. Chose bizarre pour moi, je descends sur la selle en levant haut la patte, habitué par de nombreuses années à rouler sur des sportives... ce geste m’accompagnera longtemps, les habitudes ont la vie dure.

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Pétition AcidMoto.ch

Au final...

On a aimé :
+
Le look qui conserve l'identité Guzzi
+
Le moteur V2 1400
+
La finition
On a moins aimé :
-
La jauge à essence
-
Les amortisseurs en usage intense

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Moto Guzzi
Modèle :
California 1400 Custom
Année :
2014
Catégorie :
Cruiser
Moteur
Type :
Bicylindre en V à 90°, 4 temps, 8 soupapes, double allumage
Cylindrée :
1380 cm3
Refroidissement :
Air-huile
Alimentation :
Injection électronique multipoints Magneti Marelli IAW7SM
Performances
Puissance max. :
96 ch à 6'500 tr/min
Couple max. :
120 Nm à 2'750 tr/min
Transmission
Finale :
Par cardan
Boîte :
6 rapports (overdrive sur la 6ème)
Embrayage :
Simple disque
Partie Cycle
Châssis :
Double berceau en tubes d'acier
Suspension AV :
Fourche téléscopique Ø 46 mm
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Bras oscillant avec deux amortisseurs réglable en précontrainte
Pneu AV :
130/70-R18
Pneu AR :
200/60-R16
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Deux disques flottants en acier inox, Ø 320 mm, deux étriers de frein radiaux Brembo à 4 pistons opposés
Frein AR :
Disque en acier inox, Ø 282 mm, étrier flottant Brembo à 2 pistons parallèles
Dimensions
Longueur :
2445 mm
Empattement :
1685 mm
Largeur :
1030 mm
Hauteur de selle :
740 mm
Poids total :
318 kg
Réservoir :
20.5 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Grigio Mercuro (gris mercure)
 
Nero Basalto (noir basalte)
Catalogue
Prix de vente :
CHF 21'700.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

La Husqvarna 701 Svartpilen en approche
On se souvient que lors de l’EICMA 2015 Husqvarna avait dévoilé deux concepts, les Vitpilen et Svartpilen. Ces deux concepts devraient arriver sous peu.
Go North Cape [épisode 2] - Les premiers kilomètres en Norvège
Après quatre jours de voyage, nos compères de la côte vaudoise roulent sur l'asphalte de la Norvège.
Chaos à Massy (Essonne) après un accident de quad
Le 5 mai dernier a eu lieu à Antony (Hauts-de-Seine) un jeune originaire de Massy se tuait en quad après une course-poursuite avec les forces de l'ordre. Hier a eu lieu en représailles un véritable rodéo en ville.
A la rencontre des Dandy Riders dans leur "Usine" à Saint-Raphaël (F)
Amateurs de custom culture - pas celle provenant des US, mais celle arrivée du Japon et popularisé par les Wrenchmonkeys, le Brat style - vous êtes au bon endroit ! Les Gentlemen GVA, ces motards chics roulant en ancienne ou en néo-retro ont reçu une invitation, et non des moindres, pour aller découvrir "l’Usine", un concept store dans le sud de la France, entièrement dédiée à cette culture. Il n’en fallait pas plus pour chevaucher nos montures et répondre positivement à cet appel.
Dark Arts – La Triumph Thruxton R revue par Wenley Andrew
Wenley Andrew, préparateur basé en Australie, s'est attaqué avec un certain succès à la Triumph Thruxton R, le but était de garder le meilleur de ce qui a été créé par Triumph et d'améliorer le reste.
Go North Cape [épisode 1] - De la Suisse à Kiel (D)
Hier, Adrien Salgado et Mathieu Voumard ont mis le cap plein nord. Plus de 1'100 kilomètres parcourus sans embûche.

Recherche

Hot news !

Essai BMW R1200 GS Rallye style - Pas besoin d’être parfaite
La GS c’est l’indétrônable, celle qui se vend toujours bien, année après année. Les concurrentes ne manquent pas, mais l’allemande garde ce je ne sais quoi d’avance sur les autres pour rester au sommet. Avec l’édition Rallye style, on touche volontairement à une moto moins parfaite mais à l’utilisation plus ciblée. Récit d’un essai où j’aurai tout vu.
Vidéo - Quand la moto devient un médicament
Pierre-Alain Uldry s'est intéressé au côté guérisseur de nos chères montures. Par le témoignage de deux motards confrontés à des problèmes de santé importants et leurs répercussions, il met en avant les vertus salvatrices de notre passion.
BMW F850GS – Des photos volées en attendant Milan
Le constructeur bavarois va vraisemblablement effectuer une sérieuse mise à jour sur sa F800 afin de proposer une machine plus concurrentielle face aux Africa Twin et autre Multistrada 950.
Essai Harley-Davidson Street Rod - Dynamique et agile, c’est possible
Avec la Street Rod, Harley-Davidson a revu sa copie : le look est soigné, l’équipement est revu et la moto dans son ensemble est bien une Harley-Davidson.
Essai Aprilia Tuono V4 1100 RR et Factory - Roadster superlatif? C'est ce qu’on verra!
Même si on aimerait plus d’audace de leur part d'Aprilia, le gros V4, ils savent faire et ils continuent de mettre à jour leur sportive et leur roadster avec ce que leur enseigne le MotoGP et le Superbike. Avec des options clairement dédiées à la piste, la Tuono pourrait être le roadster le plus fou de la production actuelle.
Essai Yamaha XSR900 Abarth - Piquée par le Scorpion
Née en MotoGP en 2007, la symbiose entre Yamaha et la marque italienne de voitures sportives Abarth donne pour la première fois naissance à une vraie collaboration. Pour l’occasion, le roadster vintage de Yamaha s’offre une peinture exclusive et quelques accessoires pour seulement 695 exemplaires de celle qui s’appelle la XSR900 Abarth.

Liens Partenaires