Essai publié le

Les MV Agusta Brutale 800 RR et Dragster 800 RR font le show en Toscane, le temps d'un essai [page 3]

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de MV Agusta

Pages

En parlant de frein, j’ai aimé sa puissance, mais moins son feeling. Peu de mordant en début de course et peu de progressivité par la suite, la puissance vient d’un coup sans grande possibilité de la doser. Quant au frein arrière, je doute encore de son existence. Soyons franc, il n’est d’aucune utilité, si ce n’est qu’à passer l’homologation de la moto.

En courbe, la Brutale garde son extrême stabilité, peut-être favorisée par l’amortisseur de direction (réglable). Puis, à la remise des gaz, les plus novices peuvent essorer la poignée sans arrière-pensée, le grip du Pirelli Diablo Rosso II étant très bon sur l’angle et l’amortisseur arrière assumant son rôle avec brio. Le cas échéant, le contrôle de traction entrera en action.

A ce sujet, lorsque le pneu arrière ne supporte plus la charge imposée par le trois-cylindres, le contrôle de traction intervient avec une douceur déconcertante. Pas d’à-coup ni de coupure brusque, la motricité revient à la fois progressivement et à la fois très rapidement. Sécurisante et efficace, cette MV ! Par contre, à cet instant, je regrette le flou du ride-by-wire... il n'est plus possible de doser l'accélération durant ce court moment. Sur le coup, la sensation est bizarre et vous dit que vous n'êtes plus maître à bord.

Ce ride-by-wire développé par MV Agusta a souvent été l’objet de critiques. A l’usage, j’ai justement trouvé qu’il apportait beaucoup de douceur à "cette brute" ! Il gomme les à-coups que pourrait gratifier l’injection et se marie avec efficacité au contrôle de traction. Ce n’est que lorsque le moteur est haut dans les tours, au-delà de 8’000tr/min, qu’il y a un temps d’attente (minime) à la remise de gaz... en sortie de virage, par exemple. Les premières fois sont déroutantes, et je finis par m’y habituer.

Le coeur de la machine, un trois-cylindres de 798cc, délivre la bagatelle de 140cv. Il est directement dérivé de celui de la F3 800, à la différence près qu'il affiche 8cv de moins et une louche de couple présente plus tôt dans les tours. Toujours disponible, il tire sans jamais s'essoufler. Il a l'allonge et la puissance d'un quatre-cylindres et le couple d'un bicylindre. L'architecture trois-cylindres est vraiment le mariage idéal entre performances et sensations.
Lorsque je le cravache, j'use du quickshifter pour ne pas perdre une fraction de seconde de l'accélération constante. A l'instar d'un quatre-cylindres traditionnel, il faut attendre d'être dans les tours pour que la cavalerie débarque. Dès 8'000tr/min, c'est là que la mécanique s'exprime pleinement. En-dessous, c'est le couple généreux qui se charge de tracter la machine avec vigueur. Polyvalent, le moteur gratifie de sa douceur bas dans les tours pour la balade, de sa poigne à mi-régime pour les déplacements spontanés et de son ardeur à l'approche du rupteur pour taper les chronos sur circuit. Avec son rapport poids-puissance hyper avantageux, les Brutale et Dragster 800 RR n'ont pas peur d'affronter de plus grosses cylindrées.

Après le repas de midi, on échange les motos. Ceux qui avaient les Brutale s’emparent des Dragster et inversement.

La Dragster 800 RR partage tout de la Brutale RR, sauf les jantes, la boucle arrière (si courte que l’on se demande si la selle est biplace) et le guidon. La position est moins en appui sur les poignets et moins naturelles, je la qualifierais "d’hybride". Et la selle est beaucoup plus dure (mais pas moins confortable) et de profil plus plat que celle de la Brutale.

Dès les premiers virages, ce qui surprend le plus, c’est la contrainte qu’apporte la large gomme arrière de 200mm (contre 180mm pour la Brutale). Il faut plus appuyer sur le guidon pour inscrire la moto. Aussi, la Dragster pousse à décrire de belles trajectoires fluides (on "carve", comme à ski !), là où la Brutale virevoltait de gauche à droite en faisant fi des lois de la physique. La Dragster a un comportement plus noble que la Brutale. La Dragster semble s’inscrire comme un nouveau style de moto ; elle inspire plus à la balade virile avec de grosses accélérations en sortie de courbe (quel grip!) qu’à des parties d’arsouille (même si elle en est très capable !). Mais surtout, la Dragster est une oeuvre d’art à elle-même ! C’est LA moto que tout puriste fan d’Italiennes rêve d’avoir ! MV Agusta a conçu une moto digne d’une création d’un préparateur de renom.

Conclusion :

MV Agusta débarque en force sur le marché des roadsters mid-size. Le trois-cylindres 798cc est un modèle d’allonge (dans sa catégorie) et de puissance. Il délivre des performances et des sensations à faire pâlir les quatre-cylindres de même volume de la concurrence. Accouplé à une partie-cycle digne des meilleures supersportives et à l'électronique embarquée, ces nouvelles RR sont de redoutables machines ! Maniabilité, puissance et précision sont au rendez-vous.

Et, en plus d'être efficaces, elles sont des oeuvres d'art. Le slogan qui accompagne la marque n'est pas usurpé : "Motorcycle Art" !

Satanées Italiennes, vous êtes sacrément attachantes !

Prix et informations :

  • Brutale 800 RR : CHF 15'790.- (Rosso shock metallizzato - Bianco ghiaccio perlato et Grigio metalizzato - Nero carbonio)
  • Dragster 800 RR : CHF 18'390.- (Rosso shock metallizzato / Bianco ghiaccio perlato et Grigio metalizzato - Nero carbonio)
  • Plus d'infos : MVAgusta.it.

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Design
+
Noblesse
+
Performances
+
Moteur
+
Electronique embarquée
On a moins aimé :
-
Freinage
-
Surcoût pour la version Dragster RR (+ CHF 3'400.-)

Fiche technique

Véhicule
Marque :
MV Agusta
Modèle :
Brutale & Dragster RR
Année :
2015
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Trois-cylindres, 4 temps, 12 valves, D.O.H.C.
Cylindrée :
798 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection MVICS (Motor & Vehicle Integrated Control System)
Performances
Puissance max. :
140 ch à 13'100 tr/min
Couple max. :
86 Nm à 10'100 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque à bain d'huile
Partie Cycle
Châssis :
ALS Steel tubular treillis
Suspension AV :
Fourche Marzocchi “Upside Down” entièrement réglable
Course AV :
125 mm
Suspension AR :
Progressive avec mono amortisseur Sachs entièrement réglable. Monobras oscillant en aluminium
Débattement AR :
125 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
180-200/55-50 ZR17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque flotant ø320mm et étriers Brembo monobloc 4 pistons
Frein AR :
Simple disque ø220mm avec étrier Brembo 2 pistons
Dimensions
Longueur :
2'060 mm
Empattement :
1380 mm
Largeur :
825 mm
Hauteur de selle :
811 mm
Poids à sec :
168 kg
Réservoir :
16.6 litres
Catalogue
En ligne :

Plus d'articles Moto

Teaser Triumph - Une nouvelle icône en vue - Le retour de la Speed Triple ?
Triumph s’est lancé dans une campagne de teasing. Parle-t-on vraiment d’un nouvel ambassadeur de la marque ou d’un nouveau modèle au sein de la gamme roadster ? La réponse tombera le 5 février prochain.
BMW R1200R « Eddie21 » by VTR Customs - L’excellence helvétique
L’équipe de VTR Customs, qui se trouve entre Zürich et Saint-Gall nous a livré une préparation vraiment aboutie et à couper le souffle sur base de BMW R1200R ABS. Cette dernière rend hommage à la légende du Superbike US des années 80 : Eddie Lawson.
Essai Triumph Speedmaster - La Bobber façon grand tourisme
Se présentant comme un cruiser sans prétentions, la charmante anglaise cache bien son jeu. Un style ultra-classique, un moteur viril, un châssis à la hauteur, des attributs technologiques dans l’air du temps, elle a tout pour elle.
Hard Alpi Tour 2018 - Les inscriptions à la 10ème édition sont ouvertes
Pour sa 10ème édition, le HAT partira à nouveau de Sanremo et se terminera à Sestrières.
Keanu Reeves se fait plaisir à Valence
Les articles "people" ne sont pas trop notre tasse de thé mais pour Keanu Reeves on peut largement faire exception vu que l'acteur est également le propriétaire d'une marque de moto : Arch Motorcycles.
KTM 690 Enduro et SMC R – Elles reviennent !
On les aimait mais la norme Euro4 les a bannies. Rassurez-vous, les Katoches 690 Enduro et SMC R reviennent ! Merci à MCN pour ces clichés.

Recherche

Hot news !

Honda RVF 1000 V4 – Young Machine est certain qu'une sportive V4 arrivera
Nos confrères japonais de Young Machine sont certains qu'elle finira par arriver, mais de qui parle-t-on ? De la Honda sportive dotée d'un V4 qui doit prendre la suite des mythiques RC30 et RC45.
Yamaha YZF-R1M 2018 – Les réservations sont ouvertes
Le site dédié aux réservations de la R1M 2018 sont ouvertes. Si vous voulez la vôtre, faites vite, il n'y en aura pas pour tout le monde.
EICMA 2017 - KTM 790 DUKE - Le chaînon manquant dans la gamme des jouets autrichiens
Cette toute nouvelle KTM 790 DUKE arrive avec du lourd, dont une esthétique qui n'est pas sans rappeler la tonitruante 1290 SuperDuke.
EICMA 2017 – Kawasaki H2 SX – Superchargez votre journée
Kawasaki vient de lever le voile sur la nouvelle routière compressée qui portera très logiquement le nom de H2 SX. Avec elle vous pourrez voyager loin et vite !
EICMA 2017 - Ducati Scrambler 1100 - Il y aura 3 versions.
En marge de la très médiatique Panigale V4 Stradale, Ducati a présenté un autre modèle qui devrait rencontrer un fort succès vu celui de sa petite soeur, la Ducati Scrambler 1100 était des plus attendus et nous aurons 3 versions : standard, spécial et sport.
EICMA 2017 - Ducati Panigale V4 - Les photos et les infos
Ducati vient de lever le voile sur sa toute nouvelle Supersport, la Desmosedici Stradale V4.

Liens Partenaires