Essai publié le

Kawasaki Ninja ZX-6R - Draisienne sauce Wasabi

Texte de Patrick Schneuwly / Photo(s) de Patrick Schneuwly & Denis Guyot
Imprimer cet article

Certains vont me jeter des pierres en écrivant ceci, mais je ne veux pas de sportive. Comprenez, je ne veux pas en posséder une. Aucun confort, maniabilité nulle, pousse-au-crime et mal vue ne sont pas les points que je recherche pour ma moto. Par contre, j'ai la chance d'en avoir une pour de courtes périodes dans l'année et c'est le pied à chaque fois !

Je m'attendais à une moto du vert le plus typique et extravagant, mais finalement le modèle d'essai est noir. Mais quand je parle de noir, c'est de l'avant à l'arrière et de haut en bas. Même les cale-pieds passagers et le bocal d'expansion du frein arrière sont passés au traitement furtif.

Evolution sans révolution, pour le style

En 2005, les lignes étaient plutôt rondes et bouffies. Sur ce modèle, les traits sont plus directs, plus anguleux. Tortueux sans en faire trop, le dessin est plus fin que celui d'une R6, tout droit sortie d'un manga.

La bulle qui semble se détacher de la moto souligne bien l'agressivité apportée par la gueule béante encore plus ouverte qu'avant. Il faut bien ça pour gaver d'air le moteur. Deux discrètes écopes latérales ont aussi fait leur apparition mais cassent la ligne des carénages latéraux sans pour autant en dégrader la beauté.

Mon sentiment est plus mitigé pour les phares avant. Ils ont bien un style sportif, mais la courbure du verre les fait ressembler à des yeux d'extra-terrestre. Enfin le support de plaque et l'échappement, je n'ai pas besoin de vous en parler, ils vous ont sauté aux yeux au premier coup d'oeil.

Technique sans parasite

La fourche Showa de 37mm de diamètre est une grande évolution pour la ZX-6R. Auparavant, la surface d'action de l'huile était presque quatre fois plus petite. La nouvelle fourche offre un ressenti de stabilité très clair en plus des possibilités de réglages complètes qui plairont aux motards les plus fins ainsi qu'aux pistards.

La Ninja d'essai revenait d'un petit tour sur piste et la suspension avant avait gardé son réglage très dur. Très limite pour le confort mais très efficace pour la précision du train avant, ça n'a pas rendu la moto incontrôlable même sur un revêtement irrégulier.

Autre changement, un anti-dribble empêche de bloquer la roue arrière lors d'un rétrogradage précipité. Vous seul pourrez bloquer la roue avec le frein. Kawasaki a aussi greffé à la sortie d'usine un amortisseur de direction Öhlins réglable ainsi qu'un nouveau tableau de bord complet avec indicateur de rapport engagé, shift light mais pas de jauge d'essence !

Une place au soleil trois coups de gaz plus tard

En prenant un essai à cette période de l'année, je m'exposais forcément à un climat plus froid et humide. Alors que la grisaille compromettait les séances photos, heureusement, il n'a pas fallu rouler bien longtemps pour trouver le soleil. Vous pouvez me croire que j'ai bien profité de mes quelques jours en sportive !

Partir du garage était déjà plaisant. Surpris par la légèreté et la maniabilité, je me suis immédiatement réconcillié avec la sportive en usage quotidien. J'ai aussi été surpris par les rétroviseurs qui en méritent vraiment le nom ! Reste l'abysse sans fond dans la courbe de couple à bas régime qui me rappelle que la ZX-6R n'est pas faite pour un usage urbain.

Une sportive, c'est fait pour envoyer du gaz et celle-là le fait à merveille. Lorsqu'on essore la poignée de gaz, le compte-tours commence par grimper tranquillement jusqu'à 6'000 tours. Alors que vous approchez de la limite de vitesse, l'aiguille entre dans une zone verte et le moteur change de comportement pour atteindre rapidement les 11'000 tr/min.

Si vous n'avez pas encore lâché la poignée de gaz et que l'allongement de vos bras n'est pas trop handicapant, le quatre-cylindres s'énerve et vous catapulte alors jusqu'à 16'000tr/min. Arrivé là, une petite LED vient vous suggérer de passer le rapport pour agraver votre cas de délincant routier, si le coeur vous en dit (et qu'il bat encore).

Quand le régime moteur se situe dans la zone verte, la Ninja permettra des temps de reprise extrêment courts, en un coup d'oeil le pilote sait que la réaccélération sera violente et directe. Tout comme au départ arrêté, il suffit de lâcher l'embrayage avec l'aiguille du compte-tours à l'horizontale et la moto s'envole.

Bien installé comme pilote ou passager, on est bercé par la sonorité régulière et aseptisée d'un quatre-cylindres en ligne. Le silencieux d'échappement, en plus de ne pas être esthétique, étouffe totalement les vocalises du moteur. Pourtant, ce moulin ne demande qu'à chanter, pourquoi pas avec un cornet slovène entièrement couvert de carbone ou un tube d'inox italien.

Une sportive dévouée à son pilote

Bien protégé du vent, j'ai évité les premiers assauts du froid dans la région. Je me suis aussi permis une conduite sportive avec un sol relativement froid, connaissant déjà le temps de chauffe des BT016R monté sur la ZX-6R. Sans surprise, elle se balade d'un angle à l'autre avec une certaine facilité.

Au freinage, avec les réglage de fourche cités précédemment, la moto ne plongeait pas d'un centimètre et reste parfaitement droite en attendant le commandement de tourner. Les deux étriers Nissin sur les disques de 300mm offrent un excellent mordant et rendent un très bon feeling au levier. Leur endurance sur route ne fait aucun doute. Cependant ,sur piste, les durites aviations me semblent obligatoires pour ceux qui tournent à un rythme intensif.

L'indicateur de rapport aidera aussi les étourdis comme moi pour entrer dans un virage avec la meilleure vitesse pour s'en extraire à nouveau. Restera à se trouver un poisson-pilote pour suivre sa trajectoire à la trace et ainsi élever progressivement son rythme.

Vider un réservoir en une matinée (soit 200km environ) est un exercice étonnament agréable. La position de conduite déleste suffisamment les poignets pour améliorer l'endurance du pilote. Par contre, j'ai moins aimé serrer le réservoir entre mes genoux, la faute à l'espace mi-châssis, mi-plastique, mi-réservoir où l'on vient les appuyer.

Sur le nouveau tableau de bord, il y a encore un bonus : le chronomètre intégré ! C'est ainsi qu'à la place d'un banal bouton pour les warning, un bouton Lap est apparu à gauche et un Start/stop à droite. Comme cela, vous pouvez sans aucun accessoire mesurer votre progression au tour sur vos quelques sorties circuit annuelles.

Zut, il faut que je la rende !

Toujours cette même phrase lorsque je rends une sportive avec laquelle je me suis bien amusé alors qu'une fois de plus j'ai totalement révisé mon jugement sur la question.

Cette ZX-6R est une option sérieuse pour qui recherche une machine avec une grande liberté de pilotage, que ce soit au niveau du freinage ou de la maniabilité. Tout la suspension entièrement réglable, sans oublier l'anti-dribble, le chronomètre facile d'emploi et l'amortisseur de direction sont autant d'arguments qui peuvent vous convaincre. Après l'avoir essayée, je peux dire que je suis convaincu.

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Très belle, en noir (mais le vert lui va mieux)
+
Les reprises vers 8'000tr/min
+
L'indicateur de rapport et le chornomètre
On a moins aimé :
-
Sonorité trop étouffée
-
Pas de jauge de niveau d'essence

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Kawasaki
Modèle :
Ninja ZX-6R
Année :
2012
Catégorie :
Supersport
Kit 25 kW :
Disponible
Moteur
Type :
4 cylindres en ligne, 4-temps
Cylindrée :
599 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection : 4 x Ø 38 mm (Keihin) à double papillon secondaire ovale
Performances
Puissance max. :
134 ch à 14'000 tr/min
Couple max. :
66.7 Nm à 11'800 tr/min
Transmission
Finale :
Chaîne à joints en X
Boîte :
6 rapports, extractible
Embrayage :
Multidisque en bain d’huile, à commande manuelle
Partie Cycle
Châssis :
Périmétrique en aluminium embouti
Suspension AV :
Fourche inversée de 41 mm avec ressorts additionnels Réglage en compression: Progressif Réglage en détente: Progressif Précharge du ressort: Entièrement réglable (0-15 mm)
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Système Uni-Trak à tirant avec monoamortisseur à gaz, ressort additionnel et ancrage supérieur sur roulement à billes Réglage en compression: Progressif, deux gammes de réglages (vitesse rapide et lente) Réglage en détente: 25 positions Précharge du resso
Débattement AR :
134 mm
Pneu AV :
120/70ZR17M/C (58W)
Pneu AR :
180/55ZR17M/C (73W)
Freinage
ABS :
Non
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque en pétales semi-flottant de 300 mm (x 6 mm épaisseur) Deux étriers Nissin à 4 pistons opposés (aluminium), montage radial, 4 plaquettes
Frein AR :
Simple disque en pétales de 220 mm (x 5 mm épaisseur) Simple piston Tokico en aluminium
Dimensions
Longueur :
2'090 mm
Empattement :
1'400 mm
Largeur :
705 mm
Hauteur de selle :
815 mm
Poids total :
191 kg
Réservoir :
17 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Lime Green (vert)
 
Noir
Catalogue
Prix de vente :
CHF 14'990.-
En ligne :
Garages :
 

Equipement de l'article

Plus d'articles Moto

Indian FTR 1200 – Les premières photos du modèle de série fuitent
Nos collègues de Motorbike Writer viennent de dévoiler les premiers clichés du modèle qui entend lancer Indian sur le marché des roadsters
Le Hard Alpi Tour fête ses 10 ans!
La 10ème édition du Hard Alpi tour qui s’est déroulée les 7-8-9 septembre derniers s’est terminée à Sestriere (Piémont Italien) avec un nouveau record de participation (480 motards de 16 nations) et une météo estivale pour le plus grand bonheur des participants et de l’organisation après l’édition pluvieuse de 2017.
Ténéré 700 – Le teasing continue en Argentine avec cette fois Adrien Van Beveren
Après Rodney Faggotter et Stéphane Peterhansel, c'est cette fois au pilote français Adrien Van Beveren, pilote du Yamaha Official Rally Team de prendre le guidon de la future Ténéré 700.
BMW dévoile officiellement ses R1250GS et R1250RT 2019
Le constructeur bavarois a décidé d'avancer la date pour dévoiler officiellement son nouveau bloc moteur qui propulsera les R1200GS et R1200RT 2019.
Motus et bouche cousue - La firme US Motus Motorcycles met fin à ses activités
Motus Motorcycles, fabricant Américain de motos et du fameux moteur V4 de 1'650cc, vient d'annoncer la fermeture immédiate de son usine de production en Alabama.
Essai Harley-Davidson Road King Special – Le tourisme à l’américaine
« Mais pourquoi tu as pris ça ? »… « Ça roule tout seul ou il te faut un transpalette ? »… « Ah c’est à toi l’enclume parquée en bas ? »…

Recherche

Hot news !

Essai Dunlop Sportsmart TT - Compromis radical
Pour combler son offre su rue créneau des pneus sportif, Dunlop a pris tout le meilleur de son D213 GP Pro pour le placer dans un pneu vraiment polyvalent.
Des nouvelles sportives chez BMW en 2019 - S1000RR, S675RR et G310RR ?
Il semblerait que pas moins de 9 nouveaux modèles soient au programme chez BMW pour 2019.
Essai Husqvarna Svartpilen 401 - Petite machine, grandes aventures
Surprenante et attachante, la Svartpilen propose la vision d'une moto de route selon Husqvarna dans une version accessible à tous. Récit d'aventures pas communes sur une machine à fort potentiel.
Yamaha Ténéré 700 World Raid épisode II - Stéphane Peterhansel à l'assaut des dunes du Maroc
L'épisode I du Yamaha Ténéré 700 World Raid nous avait laissé sur les pistes australiennes. L'épisode II met lui en scène une figure emblématique du Dakar pour Yamaha : Stéphane Peterhansel.
La KTM 390 Adventure surprise lors d'un roulage
L'arrivée du petit trail routier 390 Adventure avait déjà été annoncée par KTM, la voici maintenant en pleine phase de test.
La Yamaha T7 surprise lors d'un roulage à Milan
La très attendue Yamaha T7 vient d'être surprise lors d'un roulage dans les rues de Milan dans ce qui devrait être sa robe définitive preuve que sa présentation officielle devrait se faire à la fin de l'année.

Liens Partenaires