Essai publié le

Comparo: Yamaha XT1200Z Super Ténéré vs Tiger Explorer 1200 - Promenons-nous dans les bois...

Texte de Yann Blondel / Photo(s) de Patrick Schneuwly
Imprimer cet article

Comparer l'ex-reine du désert (XT1200Z) en version Swiss Pack au Tigre de Sa Majesté (Explorer 1200) était une évidence. D'une part, par le nombre de mails de lecteurs reçus concernant ce type de comparo, mais également parce que la "petite" nouvelle Anglaise vient bouleverser les habitudes des ancêtres en la matière.

A proprement parler, le terme trail est quelque peu usurpé. Eh oui, les trails, les vrais, ne dépassaient pas les 200kg, alors que là, que ce soit pour le Tigre ou la Super T, nous sommes à des années-lumière de ce qui se fait en terme de légèreté! Avec respectivement 250kg et 263kg sur la balance, ça calme! Les constructeurs surfent sur la vague de l'envie d'escapade, mais le terme "trail" est-il réellement galvaudé? Pouvons-nous nous lancer à l'aventure avec nos deux montures? Permettent-elles la même utilisation? Et pis d'abord, c'est laquelle la mieux?

Alors le nom "trail", galvaudé ou non ?

Je ne vais pas vous refaire l'article complet de nos deux montures, car vous trouverez l'entier des essais de chacune d'elles en suivant les liens de ces articles: Yamaha XT1200Z Super Ténéré et Triumph Tiger Explorer 1200. Le but de ce comparo est de simplement définir ce que peut faire ou ne pas faire chaque moto, laquelle peut vous emmener sur un sentier cassé, ou être la reine de la route.

Il faut le reconnaître, le terme trail est mis à toutes les sauces par tous les fabricants. Malheureusement, certains ont quelque peu oublié l'objectif premier du trail! Pouvoir se déplacer aussi bien sur route que sur terre, à l'autre bout du monde ou en bas de chez soi. Mais pour cela, il faut avoir les bons ingrédients dans sa besace et ça Yamaha sait le faire (passé sportif oblige) avec une paire de jantes à rayons et un sabot moteur en alu qui respire la robustesse. La Tiger se contente de jantes en alu et d'un petit sabot moteur qui n'offre pas la protection de sa concurrente du jour. Ceci dit, Triumph risque bien nous faire le coup d'une version X, équipée en mode baroudeuse.

Du côté de l'ergonomie, les deux motos en offrent autant l'une que l'autre, avec une selle ajustable en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire et des bulles réglables sans outil. Ah non, la Super T a besoin d'une clé BTR (située sous la selle) alors que la Triumph offre deux molettes très pratiques. Le réglage des suspensions est aisément accessible sur les deux modèles et les ordinateurs de bord sont des plus complets (manque toujours un témoin de rapport engagé sur la Yamaha). On trouve des réservoirs suffisamment grands pour ne pas s'arrêter tous les 200km, un cardan qui vous évitera un graissage régulier, des roues de 19 pouces à l'avant, des débattements de suspensions de 190mm... Bref, deux montures de bonne facture pour voyager sans arrière-pensée.

Une fois enfourchée, la position semble similaire, mais l'on est plus penché en avant sur la Triumph. Du côté des jambes, la Super Ténéré offre une position moins fléchie que la Tiger dont le réservoir est plus étroit. Vous l'aurez compris, la Tiger offre une postion plus typée roadster, prête à manger du bitume, alors que la Yamaha propose une position plus relax qui donne envie d'aller se faire secouer les vertèbres dans les chemins. Mais avant cela, il faut passer par la route. Alors allons-y!

Pouvons-nous nous lancer à l'aventure avec nos deux montures ?

Avant de passer dans des chemins escarpés, le trajet se fera sur une portion d'autoroute, puis une nationale, une départementale et enfin une route de montagne. 

La protection offerte par les deux motos sur le trajet autoroutier est tout simplement excellente pour la catégorie. Cruiser à 130km/h est une formalité, il faudra attendre les 160km/h (sur autoroute allemande hein, ndr) pour commencer à ressentir les effets de la vitesse. La large face avant de nos deux modèles propose une protection idéale des jambes et du torse. Du côté de l'agrément moteur, le bloc de la Triumph propose quelques 137cv contre 110cv à la Super T et, sur autoroute, la différence se fait sentir immédiatement sur le jeu des relances. Allonge, sonorité d'avion au décollage, le Tigre prend le pas sur l'ex-reine du désert. Mais au final, l'autoroute, on s'en moque, le but d'un trail est de partir à l'assaut des cols et des chemins.

Si la différence en reprise sur autobeurk était flagrante, elle se fait nettement plus nuancée sur la route, car le bouilleur de la Yamaha reprend plus tôt dans les tours et permet de coller aux basques de la Tiger avec aisance. Si la différence en nombre de bourrins est flagrante, en terme de couple, c'est nettement moins évident. 114Nm pour le bicylindre de la Super T contre 121Nm pour le trois-cylindres Triumph... pas de quoi fouetter un Tigre, un chat pardon!

Du côté partie-cycle, les deux motos offrent un comportement et une tenue de route de bon niveau pour la catégorie. La Tiger prend l'ascendant dans les longues courbes rapides avec notamment une suspension plus ferme, qui permet de passer plus fort avec moins de mouvements du châssis. La Yam' ne démérite pas et fera la différence lorsque la route se dégradera, les nids de poule et autres raccords à deux sous dont seuls les techniciens des routes ont le secret se passeront en douceur.

Nous voici sur le sinueux, un terrain que j'affectionne tout particulièrement, surtout avec des motos hautes sur pattes qui permettent de tout faire frotter! Nos deux motos font match égal avec une garde au sol qui ne permettra pas de prendre de l'angle de goret. Repose-pieds, béquille... tout y passe et est limé dans les règles de l'art.

La Super T me met plus en confiance dans les épingles, la position droite me rappelant celle des supermotard. Le Tigre se refera au moindre bout droit grâce à son allonge supérieure. Pfou! Elle va être chaude cette montée de col! Attention, avec femme et bagages, il ne faudra pas oublier de durcir votre amortisseur.

Et dans le terrain, elles font quoi ces motos ?

Forcément, si les constructeurs donnent le nom de trail à leur machines, il faut bien s'attendre à ce que des journalistes aillent vérifier leurs dires sur des voies plus ou moins aménagées...

Conscients que nous n'avons pas entre les mains et les jambes des motos d'enduro, nous passerons simplement dans les bois des alentours afin de voir si des escapades chez les bouseux (rhooo...) sont possibles. Je commence donc avec la Super T qui, de par son nom et ses équipements, en promet plus que l'Anglaise.

La Super T se montre très à l'aise dans l'exercice des sous-bois, avec une absorption parfaite du tracé, mélangeant cailloux, terre et sable. Les suspensions en donnent suffisamment pour pouvoir s'amuser. La Yam' se laisse emmener à bon rythme, que ce soit en mode debout, une position idéale pour ce genre d'exercice, ou assis pour gagner un peu de motricité dans les montées. D'ailleurs, le niveau 1 du TCS sera préféré, le supprimer avec des pneus mixtes n'étant pas la bonne solution sauf si vous souhaitez faire du sur place.

Le poids se fait rapidement oublier pour laisser place au couple du bicylindre qui met du coeur à l'ouvrage et ne rechigne pas lors des passages à basse vitesse. La commande des gaz par câble est un véritable plus sur les terrains cabossés par rapport à un Ride by Wire plus difficile à gérer dans ces conditions. Je regrette que la version Worldcrosser ne soit pas encore disponible en essai...

Le Tigre va avoir fort à faire pour pouvoir surpasser la Super T sur ce terrain. Je me lance sur le même chemin, équité oblige, mais dès la première descente, le premier constat se fait sentir. Je me fais secouer dans tous les sens, la moto est floue et m'oblige à conserver pieds et mains à proximité des freins et de l'embrayage. La position debout et assis se font en alternance afin de descendre sans se gauffrer.

Je l'avais souligné lors de mon essai du Tigre, la position debout n'est pas naturelle. Trop penché sur le guidon, on ne ressent pas le terrain comme il se doit. Un demi-tour plus tard, il est temps de remonter sur la route. Tout comme pour la Super T, le TCS est conservé afin d'éviter les dérobades. Je tente une montée à bon rythme, ce sera un échec cuisant. La moto me commande, alors que ce devrait être l'inverse...

La commande des gaz Ride By Wire est trop sensible pour ce genre de terrain. Les suspensions et les jantes à bâtons participent également à cette déconvenue dans de telles conditions, une trop grande rigidité ne permettant pas d'évoluer comme il se doit. Cela confirme bien que le Tigre n'est pas dans son milieu.

Sont-elles vouées à la même utilisation ?

Oui et non! Pour une utilisation routière, les deux machines s'en sortent avec les honneurs et invitent clairement aux longs voyages, que ce soit en solo ou en duo. Les deux motos peuvent adopter un très bon rythme de roulage à condition de tout faire à la "cool". Ces motos se conduisent en prenant soin de bien enrouler les virages, vous pourrez alors sortir des courbes gaz en grand grâce au TCS qui veillera à votre sécurité.

Si vous cherchez l'aventure à proprement parler et rêvez d'escapade vers de nouveaux horizons, le tout avec des pistes dignes des rallyes du désert, la Super Ténéré est clairement faite pour vous. La Tiger n'ayant pas pour l'instant la capacité d'évoluer dans ces conditions. Si vous préférez vous contenter de rouler sur nos belles routes et en avoir sous la poignée de droite, la Tiger vous comblera et vous en donnera pour votre argent.

Et pis d'abord, c'est laquelle la mieux ?

Eh bien tu prends tes petites jambes et tu vas voir chez le concessionnaire du coin et tu te feras ta propre idée! Ah la réponse facile...

C'est une réponse qui est difficile à donner tant les deux motos offrent un haut niveau de performances. Après tout dépendra de ce que tu recherches, ami lecteur. Si tu as l'âme de l'aventurier et que tu souhaites emprunter des chemins de campagne, la Super Ténéré te le rendra aisément, sans pour autant démériter sur route, où elle s'en sort extrêmement bien grâce à une partie-cycle facile et confortable, associée à un moteur des plus volontaires.

Si tu penses que tu ne mettras jamais le pied dans un chemin et que tu veux encore t'amuser sur route, le Tigre te fera oublier les préjugés que tu as sur ce genre de motos. Facile à prendre en main et disposant d'un moteur qui est en passe de devenir une référence dans la catégorie, la Triumph fera vibrer ton côté pilote, d'autant plus que la partie-cycle te mettra rapidement dans l'ambiance.

Au final, deux motos qui t'en donneront pour ton argent et qui te permettront d'enquiller les kilomètres sans la moindre crainte, à des rythmes variés. A toi de choisir entre plus de confort ou plus de sport...

Commentaires

Suivez AcidMoto.ch !

Pétition AcidMoto.ch

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Yamaha
Modèle :
XT1200Z Super Ténéré
Année :
2010
Catégorie :
Enduro
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Moteur bicylindre en ligne, vilebrequin à 270°, 2 ACT, 8 valves, système à double allumage, catalysator EU3
Cylindrée :
1'199 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
110 ch à 7'250 tr/min
Couple max. :
114 Nm à 6'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par cardan
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multi-disques à bain d'huile
Partie Cycle
Châssis :
Tubes en acier type Diamant
Suspension AV :
Fourche Upside-down, ø 43 mm
Course AV :
190 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur réglable en précharge et en détente
Débattement AR :
190 mm
Pneu AV :
110/80 19M/C 59V
Pneu AR :
150/70 17M/C 69V
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Oui (UBS)
Frein AV :
Double disque ø 310 mm avec étriers 4 pistons
Frein AR :
Simple disque ø 282 mm avec étrier 2 pistons
Dimensions
Longueur :
2'250 mm
Empattement :
1'540 mm
Hauteur de selle :
845–870 mm
Poids total :
263 kg
Réservoir :
23 litres
Catalogue
Prix de vente :
CHF 17'990.-
Version Swiss Pack Adventure : 18'790.-
En ligne :
Garage :

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Tiger Explorer 1200
Année :
2011
Catégorie :
Routière
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
3 Cylindres en ligne, 12 soupapes, double arbre à cames en tête
Cylindrée :
1215 cm3
Refroidissement :
Refroidissement liquide
Alimentation :
Ride by wire, injection éléctronique
Performances
Puissance max. :
137 ch à 9'000 tr/min
Couple max. :
121 Nm à 6'400 tr/min
Transmission
Finale :
Par cardan
Boîte :
6 rapport
Embrayage :
Multi-disques à bain d'huile
Partie Cycle
Châssis :
Treillis en acier tubulaire
Suspension AV :
Fourche inversée Kayaba de 46mm
Course AV :
190 mm
Suspension AR :
Amortisseur AR Kayaba à réservoir séparé, Réglage de la précharge hydraulique et réglage de la détente,
Débattement AR :
194 mm
Pneu AV :
110/80 R 19
Pneu AR :
150/70 R 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Deux disques flottants de 305mm, avec étriers Nissin 4 pistons, ABS débrayable
Frein AR :
Simple disque de 282mm, étrier flottant Nissin 2 pistons, ABS débrayable
Dimensions
Longueur :
2'248 mm
Empattement :
1'530 mm
Largeur :
962 mm
Hauteur de selle :
837-857 mm
Poids total :
259 kg
Réservoir :
20 litres
Coloris disponibles
Coloris :
SAPPHIRE BLUE
 
PHANTOM BLACK
 
GRAPHITE
Catalogue
Prix de vente :
CHF 17'990.-..-
Chf + 160.- de frais de transport
En ligne :
Garage :

Plus d'articles Moto

Portes ouvertes chez MMRide – Ta brêle t’attend !
Comme l’an passé, notre partenaire MMRide sera ouvert tout au long du week-end du 29 et 30 avril pour vous permettre de tester celle qui sera peut être l’élue de votre cœur, pardon, de votre garage. A vos agendas !
Offre d'emploi - Le Yamaha Center Fribourg recrute un mécanicien
Le Yamaha Center Fribourg situé à Marly recrute un mécanicien moto.
Essai Harley-Davidson Street Rod - Dynamique et agile, c’est possible
En cherchant à toucher une nouvelle clientèle, Harley-Davidson s’est attaqué à la 750 cm3. La première tentative a donné naissance à la Street 750 dont la finition était malheureusement un cran en-dessous des autres motos de la marque. Avec la Street Rod ils ont bien revu leur copie : le look est soigné, l’équipement est revu et la moto dans son ensemble est bien une Harley-Davidson.
BMW HP 4 Race – Quand les Bavarois se mettent à la haute couture
Elle fait couler de l'encre, ou tout du moins cliqueter les claviers, depuis qu'elle a été révélée et tant que concept lors du salon EICMA de Milan. Maintenant que nous avons toutes les informations officielles sur cette pièce d'orfèvrerie, ce sont les langues qu'elle fait pendre.
Suzuki dépose un brevet pour un Burgman hybride 2WD
Le constructeur d'Hamamatsu sera-t-il le premier à commercialiser un scooter hybride à deux roues motrices ? Cela en prend le chemin si l'on en croit les brevets qui viennent d'être déposés.
France - Un motard de la Police Municipale se tue en intervention
Tours. Hier soir vers 19 h, un motard de la police municipale a trouvé la mort sur l’autoroute A 10, entre Loire et Cher. Une perte de contrôle inexpliquée.

Recherche

Hot news !

Essai Aprilia Tuono V4 1100 RR et Factory - Roadster superlatif? C'est ce qu’on verra!
Même si on aimerait plus d’audace de leur part d'Aprilia, le gros V4, ils savent faire et ils continuent de mettre à jour leur sportive et leur roadster avec ce que leur enseigne le MotoGP et le Superbike. Avec des options clairement dédiées à la piste, la Tuono pourrait être le roadster le plus fou de la production actuelle.
Essai Yamaha XSR900 Abarth - Piquée par le Scorpion
Née en MotoGP en 2007, la symbiose entre Yamaha et la marque italienne de voitures sportives Abarth donne pour la première fois naissance à une vraie collaboration. Pour l’occasion, le roadster vintage de Yamaha s’offre une peinture exclusive et quelques accessoires pour seulement 695 exemplaires de celle qui s’appelle la XSR900 Abarth.
Essai Yamaha SCR 950 - La Bolt se mue en Scrambler
La Yamaha XV950R s’est faitw très discrète sur le marché depuis sa sortie, nous l’avions essayée et dans la foulée Badan Moto s’en servait comme base pour un custom très séduisant. Reste que le moteur V2 à refroidissement à air a une montagne de couple à offrir, alors autant en profiter pour créer un autre modèle avec ! Surfant sur la vague Vintage, c’est ainsi qu’est née le scrambler SCR950 avec son grand guidon et ses pneus mixtes, elle en a déjà l’allure, mais en a-t-elle le comportement ?
Essai PdB 500 - Une marque genevoise revient dans la course
C’est à quelques encablures de feu la société Motosacoche SA, qui aura été une marque mondialement réputée et très bien racontée par notre ami Eric Bezon, qu’une figure emblématique du canton, Nanard Meili a décidé de lancer sa propre entreprise : PdB.
Essai Ducati Monster 797 – Le refroidissement à air existe encore
La gamme Ducati s’est encore agrandie cette saison, mais mis à part les Scrambler, les modèles recommandables à un débutant ne sont pas légion. Que faire si on aime pas la vague néo-rétro ? Pour éviter la fuite des clients, une petite Monster bien fun sera assemblée à Bologne, avec un moteur déjà connu et mis à jour.
Essai Yamaha MT-10 Tourer Edition et SP - Pack grand tourisme et roadster high-tech
Pour un fana de technologie, la R1M est le saint Graal. Pratiquement tout est réglable du contrôle de traction au rebond de l’amortisseur. Pour la route, c’est difficilement exploitable, mais maintenant avec la MT-10 SP vous aurez une arme sur route et sur piste. Plus envie de voyage? Le pack Tourer vous attend !

Liens Partenaires