Essai publié le

Suzuki GSX-R 750 – Toujours au top!

Texte de Jimmy Gurtner / Photo(s) de Patrick Schneuwly
Imprimer cet article

Depuis 1985, la GSX-R 750 a séduit nombre de motards. Au fil du temps, elle s’est affirmée comme la reine du compromis sportif, entre les 600 et les 1000cm3. Le succès est toujours là et Suzuki fait durer son mythe. Pour 2011, la sept et demi rajeunit encore et est plus efficace que jamais!

On pourrait presque l’appeler « mamie », cette 750! Presque, car en posant les yeux sur cette dernière version de la légendaire sportive, le coup de vieux est plutôt pour le pilote! Le Gex’ se radicalise, se fait plus compact. Le look, similaire à celui de la 600 du même nom, flirte néanmoins avec les rondeurs des millésimes précédents. Il faut un léger temps d’adaptation pour apprécier ce design alors qu’une R6, par exemple, fait immédiatement son effet.

Pourtant, en la regardant de plus près, la GSX-R 750 dispose de solides arguments. Le cadre et le bras oscillant bleutés sont du plus bel effet et la finition a encore progressé. L’équipement aussi: la fourche Showa Big Piston Fork et les étriers de freins Brembo en attestent. La présence des pinces italiennes est appréciable, le freinage ayant été souvent pointé du doigt par le passé. Sûr que plantée sur sa béquille, elle a l’air de très bien freiner… Il est temps de voir si le ramage vaut le plumage!

En enfourchant l’engin, on se sent « comme à la maison ». La position typique GSX-R se retrouve sur ce millésime 2011 et c’est tant mieux! Si l’appui sur les poignets est un peu plus prononcé et que la selle a perdu de son confort, la vie à bord reste agréable pour une sportive. Derrière la (petite…) bulle, pas de surprise: un bloc compteur toujours aussi complet, avec un compte-tours bien mis en valeur mais toujours sans jauge d’essence. On retrouve l’affichage des trois cartographies d’injection disponibles, l’indicateur de rapport engagé et le shiftlight, présents sur la 600.

Singing in the rain

Moteur et départ, dans un ronronnement mesuré. Au milieu du trafic de Zürich, où j’en ai pris le guidon, la sept et demi se sera contentée de me chauffer le séant et de me casser les poignets. Sa légèreté fait par contre merveille et son moteur se montre suffisamment volontaire à bas-régimes. La ville n’est bien sûr pas sa tasse de thé et c’est avec soulagement que je m’en éloigne. Un soulagement de courte durée, car en arrivant sur l’autoroute, la pluie s’invite. Bon… on une combinaison « sac poubelle replica » et on y va…

Une centaine de kilomètres plus tard, la GSX-R retrouve avec plaisir les routes cantonales. La pluie a cessé, on tombe la combine et on part se dégourdir les jambes dans les courbes! Si le bruit de la boîte à air vrille les tympans à régime constant, il pousse délicieusement au crime lorsqu’on tourne la poignée. Dès les mi-régimes, la Suzuki donne de la voix et pousse agréablement, sans temps-mort. On enroule rapidement les courbes, sans même y penser, en profitant d’un train avant rivé au sol et d’une mise sur l’angle très progressive. Merci aux Bridgestone BT-016, qu’on avait déjà beaucoup apprécié sur la 600.

Si le quatre-cylindres pousse fort dans les tours, il offre une progressivité rassurante. La pluie est une bonne école pour apprendre à piloter de manière douce et fluide. La GSX-R 750 aussi! On accélère de plus en plus fort, on freine de plus en plus tard, mais tout en douceur. Avec l’assurance de ne jamais être dépassé par les évènements. Tout est progressif sur la Suz’, qui semble calquer ses réactions sur celles du pilote.

Toujours plus loin

Les kilomètres défilent agréablement sur la GSX-R. Malgré quelques vibrations à hauts-régimes, le confort est réel et, pour peu que l’itinéraire ne se résume pas à 400 bornes d’autoroute, on peut rouler longtemps! Bien sûr, elle reste une sportive et ne supportera que très peu de bagages. On ne peut pas tout avoir…

Si la GSX-R va toujours plus loin, c’est surtout dans son niveau de performances! Toujours plus légère, plus vive, elle offre pourtant presque la même puissance depuis bientôt 7 ans: 150 chevaux. C’est le châssis qui fait toute la différence: plutôt que de rompre l’équilibre en gavant sa sept et demi de chevaux, Suzuki n’a de cesse de le bonifier en affûtant son châssis. Résultat: on tire toujours plus avantage du moteur, quelles que soient les conditions.

Plus on la roule et plus la 750 se fait oublier. Si le frisson mécanique en souffre un peu (une 1000 ou un bicylindre offrent plus de sensations), celui du pilotage est bien présent. Sur le sec, les prises d’angles sont impressionnantes et la tenue de route exemplaire. La GSX-R tient son cap, mais reste très réactive au besoin. Un véritable outil! Et le freinage, dans tout ça? Si les étriers Brembo apportent un mordant bienvenu, ce n’est pas la révolution non plus. Il manque encore une paire de durits aviation pour parfaire tout cela. Néanmoins, sur route, vos limites (et celles fixées par la loi…) seront atteintes largement avant d’avoir approché celles de la Suz’.

Conclusion

On roule en confiance et sans surprise avec cette GSX-R 750. Son équilibre parfait entre facilité et performances en font un engin diablement plaisant à rouler et redoutable à l’attaque. Entre une 600 jouissive mais très pousse-au-crime et une 1000 exigeant un certain niveau, la 750 accompagne son pilote. Un compromis idéal, dont les autres marques japonaises pourraient s’inspirer. Mais il est dur de lutter contre cette « mamie » de 26 ans, qui règne sur sa catégorie.

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
L’équilibre génial, typique de la sept et demi
+
La légèreté de l’ensemble: un vélo!
+
Le freinage enfin plus mordant
On a moins aimé :
-
Le bruit de la boîte à air, désagréable à régime constant
-
Le côté un peu « lisse » du moteur
-
Qu’on nous demande « c’est la 600? » à chaque feu…

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Suzuki
Modèle :
GSX-R 750
Année :
2011
Catégorie :
Supersport
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
4 cylindres en ligne SCEM, 4 temps, double arbre à cames en tête et soupapes en titane
Cylindrée :
750 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
150 ch à 13'200 tr/min
Couple max. :
86.3 Nm à 11'200 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
En bain d’huile, anti-dribble
Partie Cycle
Châssis :
Double poutre en aluminium
Suspension AV :
Fourche inversée Showa BPF Ø 41mm, réglable en précharge, détente et compression
Course AV :
125 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur Showa à bielettes de démultiplication, réglable en précharge, détente et compression
Débattement AR :
130 mm
Pneu AV :
120/70 - 17
Pneu AR :
180/50 - 17
Freinage
Frein AV :
Double disque Ø 310mm, étriers Brembo monobloc à 4 pistons et fixation radiale
Frein AR :
Simple disque Ø 220mm, étrier à 1 piston
Dimensions
Longueur :
2'030 mm
Empattement :
1'390 mm
Largeur :
710 mm
Hauteur de selle :
810 mm
Poids total :
190 kg
Réservoir :
17 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Noir
 
Bleu / Blanc
Catalogue
Prix de vente :
CHF 18'085.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Ducati Multistrada 1260 Enduro 2019 - Au-delà des frontières
Après le teasing lâché hier par la firme de Bologne, voici celle qui est concernée : la Multistrada 1260 Enduro qui selon le constructeur est la routère la plus aboutie jamais commercialisée par Ducati.
Sortie AcidTracks 2018 à Vaison Piste - Les photos sont là !!
La dernière sortie de la saison 2018 des Acidtracks s'est déroulée sur le tracé tortueux et physique de Vaison Piste les 6 et 7 octobre dernier.
Kawasaki Ninja ZX-6R 2019 - Ne soyez pas déçus !
La Kawasaki Ninja ZX-6R revient en 2019, avec quelques nouveautés pour augmenter ses facultés à affronter la route.
Une nouvelle Ducati arrive demain !
On sait la marque italienne douée en matière de teasing. Cette fois-ci, peu d’infos, si ce n’est une photo…
Triumph Daytona 765 par Kardesign - Et pourquoi pas ?
A ce jour, Triumph dément encore l'arrivée prochaine ou le soupçon d'une idée de pouvoir concevoir une Daytona sur la base du châssis de l'excellente Street Triple 765. 
La BMW S1000RR 2019 surprise lors d’un roulage en Espagne
On y est, la saison des photos volées est ouvertes !! Cette fois c’est la BMW S1000RR 2019 dont nous vous parlions pas plus tard qu’hier qui a été surprise lors de tests de roulage en Espagne.

Recherche

Hot news !

Intermot 2018 - Triumph Street Scrambler 2019 - En route pour l’Aventure
Aujourd’hui, pour la plupart ce n’est plus le cheval ultime ni la dernière technologie embarquée qui excite notre cervelet de motard, mais bien l’Aventure avec un grand A. Triumph l’a très bien compris avec ce modèle Street Scrambler 900 2019 prêt à vous emmener au bout du monde.
Ténéré 700 – Le teasing continue en Argentine avec cette fois Adrien Van Beveren
Après Rodney Faggotter et Stéphane Peterhansel, c'est cette fois au pilote français Adrien Van Beveren, pilote du Yamaha Official Rally Team de prendre le guidon de la future Ténéré 700.
Essai Dunlop Sportsmart TT - Compromis radical
Pour combler son offre su rue créneau des pneus sportif, Dunlop a pris tout le meilleur de son D213 GP Pro pour le placer dans un pneu vraiment polyvalent.
Des nouvelles sportives chez BMW en 2019 - S1000RR, S675RR et G310RR ?
Il semblerait que pas moins de 9 nouveaux modèles soient au programme chez BMW pour 2019.
Essai Husqvarna Svartpilen 401 - Petite machine, grandes aventures
Surprenante et attachante, la Svartpilen propose la vision d'une moto de route selon Husqvarna dans une version accessible à tous. Récit d'aventures pas communes sur une machine à fort potentiel.
Yamaha Ténéré 700 World Raid épisode II - Stéphane Peterhansel à l'assaut des dunes du Maroc
L'épisode I du Yamaha Ténéré 700 World Raid nous avait laissé sur les pistes australiennes. L'épisode II met lui en scène une figure emblématique du Dakar pour Yamaha : Stéphane Peterhansel.

Liens Partenaires