Essai publié le

KTM Duke 125 – Ne croquez pas l’Orange sanguine!

Texte de Patrick Schneuwly / Photo(s) de Patrick Schneuwly
Imprimer cet article

Depuis les premiers spyshots de la Duke 125, j’attendais patiemment de pouvoir l’essayer. Après l’avoir vue à Milan ainsi qu’à Zurich, notamment avec une multitude de Powerparts, j’ai pu participer à la présentation suisse du modèle. Après 50 kilomètres de découverte, j’étais sûr : je me dois de faire un essai complet de cette bombinette orange. Sa conception exemplaire et son charme en contenteront plus d’un.

Le concept Duke de KTM n’est pas nouveau : un châssis tubulaire apparent, un gabarit de roadster et un guidon haut. Cependant, l’équipe de conception est parti d’une feuille blanche pour en arriver à la Duke 125. Elle reprend bien les grandes lignes de ses aïeules ; l’heureux propriétaire se sentira vite intégré à l’esprit de la marque autrichienne. Pour que le projet atteigne sa cible, les ingénieurs ont, avant de commencer à dessiner, fait un très grand sondage auprès de jeunes d’environ 15 ans. Alors que veulent-ils ? Un style très proche des gros modèles de la marque, de nombreuses possibilités de personnalisation, un comportement fun et, enfin, de faibles coûts d’achat, d’entretien et d’utilisation. Vous avez bien lu, ce sont bien à des adolescents que s’adresse cette moto. La législation européenne permet à un jeune de 16 ans de conduire une moto jusqu’à 125cm3. En Suisse, il faut attendre 18 ans, même si les motos de 125 cm3 et maximum 15 chevaux sont accessibles avec un permis B et des cours pratiques.

Le nom de Duke 125 n’avait été choisi qu’en fin de projet, mais selon moi, c’était choisi d’avance. Le châssis tubulaire, le guidon haut et le gabarit de petit roadster n’y sont pas étrangers. Ce peut être une qualité comme un défaut, mais une Duke 690 et 125 l’une à côté de l’autre se résume à un jeu des sept erreurs. La petite tête de fourche avec un phare assez grand et deux petits clignotants à LED cache un tableau de bord digne de la Superbike RC8. Sur une moto de petite cylindrée, je n’ai jamais vu cela, tout y est ! Jauge à essence en bas à droite, température à gauche, un afficheur de consommation au centre, tachymètre grand format, mais surtout l’indicateur de rapport engagé et une shiftlight ! Au moins, sur cette moto, on peut s’amuser à l’allumer très souvent sans rouler à des vitesses réprimandées.

Les commandes au guidon sont aussi très complètes ; la seule chose qui pourrait manquer, ce sont les warnings. Ils peuvent être très utiles, mais surtout sur autoroute ; je ne m’y risquerai pas en Duke 125. Le guidon, très belle barre assez droite estampillée KTM en son centre, aussi large qu’il faut (plus aurait posé problème). Sortie d’usine, le guidon de la Duke est assez nu. C’est pour vous plonger dans le catalogue des Powerparts, gros comme le bottin téléphonique du canton d’Unterwald. Très vite, on tombe sur des protège-mains d’enduro, deux barres d’acier décorées d’un plastique qui couvre la main ainsi que de nombreuses de pièce Orange très jolies. Les autres accessoires importants selon moi, les crashpads avant, arrière et pour les cale-pieds.

A l’achat, les couleurs proposées sont noir et orange. Pour d’autres coloris, des kits d’autocollants sont aussi dans le catalogue, on change de style tous les mois si le cœur nous en dit. Au lieu de proposer un tas de couleurs, les autocollants sont une alternative très intéressante… et peu coûteuse. Au top de la personnalisation, on notera les deux bandes de LED qui peuvent être cachées dans des interstices du réservoir – ça ne sert à rien, c’est donc indispensable. KTM a aussi calculé le transport d’un passager. Même si le confort va en prendre un coup à cause de la suspension arrière assez molle, le second de selle pourra se tenir à deux grandes poignées. Un ado voudra forcément déplacer un ami un jour ou l’autre.

Premier tour de roue sur une moto, on apprend à doser l’embrayage sur un parking désert. Sur la KTM ou une autre, ce sera sensiblement la même chose. L’avantage de celle-ci, la position bien droite, où les plus petits auront quand même les pieds bien à terre. L’embrayage n’est pas réglable mais offre la bonne mesure entre souplesse et dureté, même remarque pour la fourche : même si elle est un peu avare en informations, une fois en courbe, elle allie très bien confort et sportivité (si vous me passez le terme). La suspension arrière aurait gagnée à être plus rigide, même si mon gabarit doit être au-dessus de ce qui était prévu ; sur les chaussées en mauvais état, je tapais la butée.

A l’accélération, le petit mono-cylindre ne part pas gagnant si je suis le conducteur, avec un pilote plus léger, il s’en sortira dignement. Accolé à ce moteur moderne, notamment doté de double arbre à came et un échappement très compact, la boîte est étagée comme suit : en première vitesse, on arrive à 15km/h, puis 35 avec la seconde, 60 avec la troisième, 80 en quatrième, 95 en cinquième et enfin 110 en fond de sixième. Trop juste pour l’autoroute, mais tout à fait adapté pour une voie rapide. Le constructeur autrichien a d’ailleurs déclaré dès le début qu’il n’y aura aucune Powerpart pour augmenter la puissance du moteur. Mais alors, pourriez-vous nous sortir la même moto avec un moteur plus gros ? Pouvoir monter un col et rouler sans peine à 120 serait idéal.

Sur les verts plateaux de Suisse, n’importe qui aimera la Duke 125. Attention les jeunes, votre grand-frère pourrait se l’approprier bien vite ! Il n’y a qu’à voir mon collègue Jimmy qui était impatient de me la prendre pour s’amuser à son guidon pendant la séance photo. Il ne lui en a pas fallu beaucoup plus pour faire des stoppies avec. Preuve de l’efficacité et de la qualité des freins ByBre (licence Brembo en Inde) qui permet une bonne sensation du freinage. J’ai d’ailleurs été surpris de voir des durites aviations alors que sur des motos biens plus sportives et surtout plus chères, ce sont des durites en caoutchouc. Cette petite bête n’appelle qu’à une chose, rouler ! Si vous ne prenez pas un virage par kilomètre, elle boudera. Même si elle demande de la pratique pour bien sentir l’angle qu’on peut mettre. Pas que la monte pneumatique indienne soit mauvaise, c’est même le contraire; mais une fois dans la courbe, le retour d’informations n’est pas optimal. Qu’importe, ce n’est pas ça qui changera la taille de votre sourire dans le casque intégral.

Conclusion

CHF 4’980.00, c’est le prix de cette Duke 125. J’ai suivi de près la sortie de cette moto et je me suis toujours dis de ne pas me réjouir trop vite, l’addition pourrait-être salée. Le prix a été une des dernières informations à avoir été publiée, une excellente surprise ! Ces aptitudes dynamiques, aussi, m’ont surpris. A ce prix, on roule une moto attachante, pleine de caractère mais surtout parfaitement adaptée à un jeune conducteur !


Sincères remerciements à KTM Suisse pour le prêt de la KTM Duke 125.

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Le style qui n’envie rien à une grande
+
Les sensations à haut régime
+
Toute la technologie déployée sur cette moto
On a moins aimé :
-
La donner à Jimmy pour les photos (égoïste, moi ?)
-
La sonorité loin d’une KTM et surtout pas d’Akrapovic en Powerparts
-
La suspension arrière un peu faible

Fiche technique

Véhicule
Marque :
KTM
Modèle :
125 Duke
Année :
2011
Catégorie :
Roadster
Moteur
Type :
monocylindre 4 temps
Cylindrée :
125 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
11kW ch à 9'500 tr/min
Couple max. :
12Nm Nm à 8'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multi-disques humide à commande mécanique
Partie Cycle
Châssis :
Tubulaire en acier
Suspension AV :
Fourche ø43mm, débattement 150mm
Course AV :
150 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur, débattement 150mm
Débattement AR :
150 mm
Pneu AV :
110/70 R 17
Pneu AR :
150/60 R 17
Freinage
Frein AV :
Simple disque Ø 280mm, étrier 4 pistons
Frein AR :
Simple disque Ø 230mm, étrier 1 piston
Dimensions
Longueur :
2'100 mm
Empattement :
1'350 mm
Hauteur de selle :
810 mm
Poids à sec :
124 kg
Réservoir :
10.5 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Noir
 
Orange
 
Blanc
Catalogue
Prix de vente :
CHF 4'980.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Essai Benelli TRK 502 - Tribulations d'une Italienne de Chine
Mine de rien, la production chinoise de développe sur nos routes. La preuve avec Benelli, ressuscitée grâce à l'investissement asiatique, qui nous a mis dans les pattes le petit trail TRK 502. Une machine simple et robuste, pas parfaite mais plus que capable.
Kawasaki Open House 2018 - Découvrez les nouveautés Kawasaki les 24 et 25 novembre !
Le traditionnel Kawasaki Open House se déroulera le week-end du 24 et 25 novembre à Härkingen (SO).
MRS Oficina Kawasaki Z900RS - Le coup de maître !
Vous trouviez la néo-rétro Kawasaki Z900 RS un peu fade ? Le préparateur MRS Oficina dévoile une mouture à faire tourner les têtes !
Paton S1R – L'artisan italien fête ses soixante ans
L'artisan italien Paton fête ses soixante ans en lançant la S1R qui est également un hommage à la victoire de Michael Dunlop à son guidon au TT.
Bennetts vous invite à faire le tour de la Norton V4 RR
Le spécialiste de l'assurance anglais de l'assurance Bennetts vient de publier sur son FB une vidéo mettant en scène une véritable pièce d'orfèvrerie : la Norton V4 RR.
Essai Ducati Scrambler 1100 sport - La vintage tout terrain à l’italienne
Ducati soigne les détails et la finition de ses motos n’est plus à discuter. Se trouver au guidon de la Ducati Scrambler 1100 Sport n’était pas forcément mon premier choix pour un essai mais... qu’en est-il après deux semaines à son guidon ?

Recherche

Hot news !

Yamaha R3 bLU cRU Cup / Switzerland - Découvrir la course en "all inclusive"
Amener de jeunes pilotes dans le championnat suisse, grâce à une formule "tout compris" accessible. C'est le pari du groupe Hostettler / Yamaha Suisse avec la R3 bLU cRU Cup / Switzerland. Une formule d'accès à la compétition qui donne faim!
La BMW S1000RR 2019 surprise lors d’un roulage en Espagne
On y est, la saison des photos volées est ouvertes !! Cette fois c’est la BMW S1000RR 2019 dont nous vous parlions pas plus tard qu’hier qui a été surprise lors de tests de roulage en Espagne.
Intermot 2018 - Triumph Street Scrambler 2019 - En route pour l’Aventure
Aujourd’hui, pour la plupart ce n’est plus le cheval ultime ni la dernière technologie embarquée qui excite notre cervelet de motard, mais bien l’Aventure avec un grand A. Triumph l’a très bien compris avec ce modèle Street Scrambler 900 2019 prêt à vous emmener au bout du monde.
Ténéré 700 – Le teasing continue en Argentine avec cette fois Adrien Van Beveren
Après Rodney Faggotter et Stéphane Peterhansel, c'est cette fois au pilote français Adrien Van Beveren, pilote du Yamaha Official Rally Team de prendre le guidon de la future Ténéré 700.
Essai Dunlop Sportsmart TT - Compromis radical
Pour combler son offre su rue créneau des pneus sportif, Dunlop a pris tout le meilleur de son D213 GP Pro pour le placer dans un pneu vraiment polyvalent.
Des nouvelles sportives chez BMW en 2019 - S1000RR, S675RR et G310RR ?
Il semblerait que pas moins de 9 nouveaux modèles soient au programme chez BMW pour 2019.

Liens Partenaires