Essai publié le

BMW G650GS, le trail bavarois low-cost

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de Gregory Chopard et Charles Donzé
Imprimer cet article

La firme bavaroise a mis sur le marché un trail à moins de CHF 10’000.-. La crise dont tout le monde parle aurait-elle eu des effets bénéfiques sur le porte-monnaie du consommateur ? Y a-t-il vraiment un lien avec cette BMW low-cost ? Peu importe, on se réjouit de la mise sur le marché de cette moto à la polyvalence quasi extrême !

J’entends déjà certains d’entre vous dire que cette G650GS n’a rien d’une nouveauté… Certes, la recette est connue ! Et, finalement, on ne change pas une équipe qui gagne, n’est-ce pas ? Il est temps de vérifier si ce nouveau trail est à la hauteur des prétentions que veulent bien lui attribuer les chargés de marketing du constructeur à l’hélice.
Nous avons profité de la timidité de l’hiver pour emprunter la BMW G650GS. En effet, ce trail figure au tableau des nouveautés, nous ne voulions pas passer à côté.

Approche :

Une robe d’un blanc immaculé, un bloc moteur noir brillant, un regard bigleux, une belle paire de jantes anthracites, une selle noire soulignée d’une bande rouge, la G650GS se présente dans une livrée agréable à l’oeil. Sa double sortie d’échappement et son gabarit ne nous laisse pas soupçonner la présence d’un simple mono-cylindre. Et pourtant, il s’agit bien d’un mono-cylindre 650cm3 et délivrant 48cv.

Les finitions de l’ensemble sont dignes de la réputation de BMW. Les plastiques sont parfaitement assemblés. La moto respire la qualité. De nombreux rappels de la marque sont présents sur les cales-pieds, le porte-bagages, le saute-vent (GS sous forme de gravure), les flancs du carénage, le cache de l’embrayage. La trappe à essence type aviation est du plus bel effet. La moto en jette ! Le néophyte vous dira : Belle BM’, je n’ose imaginer le prix !. Détrompez-vous, cette BMW affiche un prix défiant toute concurrence : CHF 9’900.-. On notera toutefois la présence, sur le guidon, de serre-clips servant au maintien des câbles gainés du frein, de l’embrayage, de l’accélérateur et des divers câbles électriques… ce qui n’est pas des plus raffinés. Ceci dit, est-ce vraiment au cahier des charges de cette moto ?

Le bloc compteur est bien lisible. En roulant un monocylindre, on se moque du compte-tours et BMW l’a bien compris ; un grand tachymètre et sur la gauche, une colonne affiche digitalement la vitesse de rotation du moteur. L’ordinateur de bord est, quant à lui, très rudimentaire. Il faudra se contenter de l’horloge, de deux trips journaliers et d’un totaliseur. Un thermomètre ainsi qu’un indicateur de rapport engagé n’auraient pas été de refus !

Au niveau des rangements, il semblerait que la tendance se généralise. Les constructeurs auraient tendance à oublier de prévoir un minimum de volume de rangement. Sous le porte-bagages se trouve un petit logement dans lequel vous caserez un porte-monnaie, un trousseau de clés, … c’est petit et pratique, mais le volume n’est pas des plus luxueux ! Par contre, de part et d’autre du porte-bagages, il y a la possibilité de fixer des tendeurs. Un petit sac à dos pourra y être arrimé en toute sécurité. Bien sûr, BMW offre top case et valises dans sa liste d’accessoires.

Assez décrite, la BMW G650GS ne demande qu’à être chevauchée !

Prise en main :

Montons en selle ! Les petits gabarits s’étonneront de la hauteur de selle. En effet, cette dernière est basse et même très basse pour un trail. La position de conduite est évidemment très droite, les bras sont bien écartés et les jambes naturellement pliées à l’équerre. La selle se montre agréable et son confort se confirmera au fil des kilomètres.

Je ne tarde pas à lancer le mono ! Un coup de démarreur et le 650 s’ébroue. On reconnait clairement la sonorité si typique des monocylindres… j’aime bien ! Elle me rappelle les instants de folie passés sur le quad Yamaha 700 Raptor.
Tous les commodos tombent idéalement sous les doigts. Précisons que BMW a abandonné le système (scabreux, lorsque nous n’y sommes pas habitués) des deux clignotants, un à gauche et un à droite. Par le froid de cette période, j’apprécie la présence des poignées chauffantes (accessoire monté d’origine) ; deux positions sont possibles (tiède et chaud).

Je passe le premier rapport et m’élance. La moto se montre très véloce et agréable a emmener sur les premiers rapports. Le monocylindre est relativement souple et doux par rapport à ses homologues d’autres marques. A basse vitesse, en ville par exemple, il accepte volontiers les bas régimes sur un filet de gaz… Cependant, il rechignera face à de franches réouvertures de gaz. N’exagérons pas face à sa douceur, il reste bel et bien un monocylindre. Au-delà des 4’000tr/min, c’est avec plaisir qu’on le maltraitera… c’est d’ailleurs la seule solution pour s’extraire du trafic. Avec ses 48cv, n’espérez pas vous allonger les bras ! Pour une conduite un tant soit peu nerveuse, il faudra ouvrir en grand pour se procurer un minimum de sensations. Le monocylindre déplace la petite GS… c’est tout ! Et, finalement, c’est peut-être bien sa mission : déplacer son/ses passagers d’un point A à un point B en toute fiabilité et en affichant une consommation très raisonnable (< 5 litres pour 100 km).

Dès que la route offre aux pilotes une série de virages, la petite GS saura donner tout le potentiel de son châssis. La BMW se laisse projeter d’un virage à l’autre avec facilité et précision pour un trail équipé de suspensions à grand débattement. Seul ou en duo, elle a montré des capacités dynamiques agréables. Ma passagère et moi nous sommes plus à se balader sur sa selle. Légère, facile à emmener, confortable et bien équipée, elle a convaincu !
Pour l’arsouille, bien que le châssis ait été revu par rapport à la précédente version, le moteur, lui, n’a pas évolué. Je regrette l’absence de quelques chevaux supplémentaires qui pourrait rendre la balade nettement plus amusante.

Pour l’arsouille, bien que le châssis ait été revu par rapport à la précédente version, le moteur, lui, n’a pas évolué. Je regrette l’absence de quelques chevaux supplémentaires qui pourrait rendre la balade nettement plus amusante. Durant les quelques centaines parcourus sur sa selle, la G650GS s’est montrée docile et facile. A froid comme à chaud, le mono démarre et prend les tours sans à-coups et vibrations désagréables. Sa selle a été parfaitement étudiée tant pour la partie pilote que passager. Je n’y reprocherais que sa hauteur particulière ; en effet, elle n’est pas en relation avec le style de moto de la G650GS. Elle devrait être plus haute par rapport aux repose-pieds. Il n’est pas possible de se mettre debout sur la moto et bien la tenir entre ses jambes. Ainsi, même avec des pneus à tétines, je n’envisagerais que sous la contrainte le passage de chemin à la surface glissante ou accidentée.

Son agilité est digne de ses grandes soeurs GS. La petite se faufile entre les voitures et les obstacles et virevolte d’un virage à l’autre sans broncher. C’est un vélo ! Elle est légère, prend volontiers de l’angle, bénéficie d’un rayon de braquage excellent. De plus, ses suspensions bénéficie d’un tarage plus ferme que le précédent modèle et plus typé route que tout-terrain. BMW se serait donc rendu compte que sa petite G650GS n’est résolument pas faite pour le terrain ?! Peu importe, j’ai beaucoup apprécié l’amortissement Sachs qui équipe la BMW. La précontrainte arrière est réglable pour un meilleur confort et précision de conduite lors des trajets en duo ou très chargé.

Au sujet du freinage, l’accessoiriste italien Brembo se charge de la mission périlleuse. On s’en réjouit… trop vite ! Un freinage correct est au rendez-vous… soyons honnête et osons avouer qu’il se montre en corrélation des performances du moteur. Le frein avant répond aux sollicitations de mes index et majeur droits sans broncher. Par contre, le frein arrière, lui, pêche ; une pression à peine exagérée sur la pédale de frein suffit à déclencher l’ABS. Le frein arrière n’est finalement utile que lorsque la moto est chargée de bagages ou d’un passager.

Après avoir parcourus quelques dizaines de kilomètres de nuit, le phare m’a convaincu de sa puissance et de son champ d’éclairage. Bien que l’oeil bigleux ne soit pas des plus attirants, il est efficace ; il éclaire large, loin et intensément.

Les petits éléments de confort comme les poignées chauffantes (réglables sur deux niveaux de température) et le petit déflecteur de vent ont été d’une grande utilité par les temps qui courent ! Les poignées chauffantes apportent un plus non-négligeable à l’équipement de base de la G650GS. Le petit déflecteur, lui, remplit sa mission protectrice, mais aussi, il flatte la rétine des fans des trails BMW… en effet, il présente un gravure GS que l’on voit de jour comme de nuit.

L’équipement en option de la nouvelle enduro BMW englobe des protège-mains confortables, une protection anti-encastrement en aluminium, un étrier de protection du moteur en acier et des valises Vario pratiques. Comme dit plus haut, d’origine, nous trouvons les poignées chauffantes, l’ABS, un porte-bagages, un déflecteur de vent gravé GS, …

Conclusion :

La G650GS n’a pas été conçue dans le but de faire chavirer les coeurs et satisfaire les pulsions de ses pilotes… Osons le dire, cette BMW est destinée à une clientèle recherchant l’aspect utilitaire de la moto. C’est l’arme du quotidien ! Elle est d’un design acceptable, consomme tel un chameau et ne vous ruinera pas à l’achat. Légère et maniable, c’est la moto idéale pour les trajets maison-boulot !

Un grand merci à BMW Motorrad Suisse pour le prêt de cette G650GS ainsi qu’à l’équipe de Manu Motos à Courchavon pour sa disponibilité.

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Sa facilité, son agilité, sa légèreté
+
Son confort (même pour le passager)
+
Sa consommation
+
La moto du quotidien par excellence !
On a moins aimé :
-
Ses performances trop modestes (surtout en duo)
-
Son manque d’innovation
-
Peu de charisme

Fiche technique

Véhicule
Marque :
BMW
Modèle :
G650 GS
Année :
2011
Catégorie :
Enduro
Kit 25 kW :
Disponible
Moteur
Type :
Monocylindre à quatre temps et 4 soupapes
Cylindrée :
652 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique BMS-C II
Performances
Puissance max. :
48 ch à 6'500 tr/min
Couple max. :
60 Nm à 5'000 tr/min
Transmission
Finale :
chaîne à joints toriques avec amortisseur de couple dans le moye
Boîte :
5 rapports
Embrayage :
Multidisque en bain d’huile, à commande mécanique
Partie Cycle
Châssis :
Périmétrique en acier, cadre arrière boulonne
Suspension AV :
Fourche télescopique avec pontet stabilisateur
Course AV :
170 mm
Suspension AR :
Fouble bras oscillant caissonné en profilés acier, combiné ressort/amortisseur, commande centrale par système de biellettes
Débattement AR :
165 mm
Pneu AV :
110/80 R19
Pneu AR :
140/80 R17
Freinage
ABS :
Oui
Frein AV :
Simple disque, étrier flottant à deux pistons 300mm
Frein AR :
Simple disque, étrier flottant à piston unique 240mm
Dimensions
Longueur :
2'165 mm
Empattement :
1'477 mm
Largeur :
920 mm
Poids à sec :
178 kg
Réservoir :
14 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Blanc/gris
 
Blanc/rouge
 
Rouge
Catalogue
Prix de vente :
CHF 9'900.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Norton 650 – La première à arriver sur le marché sera un Scrambler
La prochaine Norton à arriver sur le marché devrait être une 650cc bicylindre avec un look roadster vintage dans la tendance du dessin fourni par MotoFire.
Yamaha XJR 1300 VR 46 Flat Track &quot;Mya&quot; by Rodolfo Frascoli
Le designer italien Rodolfo Frascoli, qui est établi à Milan, nous livre ici une réalisation sur base de Yamaha XJR 1300 et qui a comme thème Valentino Rossi ainsi que le Flat Track.
EICMA 2017 - MV Agusta présente une Dragster 800 RR entièrement revue
Après le modèle RC, pour Reparto Corse, c'est le modèle RR de la MV Agusta Dragster, qui est souvent qualifiée de plus beau roadster de production, d'être revue.
Livre - Magadan &quot;Seul à moto jusqu&#039;au bout de la Sibérie&quot; par Kim Hoang
Les Editions de l'Aire, viennent de publier un ouvrage qui force le respect. Celui d'un homme, Kim Hoang, qui part à l'aventure, et non des moindres, puisqu'il s'en va au bout de la Sibérie.
Kawasaki - Première exclusive de la Z900RS et Z900RS Café
Les Kawasaki Z900RS et Z900RS Café ont fait battre votre cœur ? Assurez-vous une place à la "Z Night" !
Tissot dévoile sa collection T-Race MotoGP 2018
Le fabricant de montres suisses Tissot a choisi le dernier week-end du championnat 2017 pour lever le voile sur sa nouvelle collection T-Race MotoGP 2018.

Recherche

Hot news !

EICMA 2017 - KTM 790 DUKE - Le chaînon manquant dans la gamme des jouets autrichiens
Cette toute nouvelle KTM 790 DUKE arrive avec du lourd, dont une esthétique qui n'est pas sans rappeler la tonitruante 1290 SuperDuke.
EICMA 2017 – Kawasaki H2 SX – Superchargez votre journée
Kawasaki vient de lever le voile sur la nouvelle routière compressée qui portera très logiquement le nom de H2 SX. Avec elle vous pourrez voyager loin et vite !
EICMA 2017 - Ducati Scrambler 1100 - Il y aura 3 versions.
En marge de la très médiatique Panigale V4 Stradale, Ducati a présenté un autre modèle qui devrait rencontrer un fort succès vu celui de sa petite soeur, la Ducati Scrambler 1100 était des plus attendus et nous aurons 3 versions : standard, spécial et sport.
EICMA 2017 - Ducati Panigale V4 - Les photos et les infos
Ducati vient de lever le voile sur sa toute nouvelle Supersport, la Desmosedici Stradale V4.
Ducati Scrambler 1100 - Les premières photos dévoilées
L’événement médiatique pour Ducati au salon EICMA de Milan sera la présentation de la Panigale V4 mais il ne faudra pas oublier l’arrivée de la grande soeur de la famille Scrambler : la 1100.
Essai KTM 790 Duke Prototype - Combler la brèche
Premier essai d’un modèle de pré-production de de la nouvelle KTM 790 Duke attendue le 7 novembre au salon de EICMA de Milan.

Liens Partenaires