Essai publié le

La veste Bering Akkor

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de Gregory Chopard et Charles Donzé
Imprimer cet article

Nous nous préoccupons plus de la sécurité routière. Lors d’accidents confrontant moto et véhicule à quatre roues, les motards sont trop souvent les victimes de l’inattention, de l’angle mort et d’un manque cruel de visibilité. L’heure est ainsi à la sécurité chez de nombreux fabricants d’équipements moto. Outre les inserts réfléchissants des vestes et pantalons, les casques aux matériaux phosphorescents, nous voyons de plus en plus de motards porter des gilets de couleur fluorescente. Cette mode ou plutôt cette prise de conscience provient principalement d’Allemagne, là où le port d’un gilet de couleur fluorescente est obligatoire. D’ailleurs, la veste que l’on m’a confiée à l’essai est d’une marque française bien connue : BERING. Le modèle s’appelle AKKOR.

Présentation :

Le modèle AKKOR est nouveau au catalogue 2011 de l’équipementier Bering. La veste existe en deux coloris : l’habituel noir et le fameux jaune fluorescent. Lorsque l’on m’a dit que j’aurais à l’essai une veste jaune fluorescent, j’avoue avoir eu un moment d’inquiétude par rapport à mon look. En effet, comme beaucoup d’autres motards, je suis attentif à mon apparence sur la moto. La moto est avant tout un objet de plaisir intense… les ventes révèlent que le look est un point très important dans le choix de la moto et de l’équipement.
Finalement, la veste AKKOR ne me donne pas des allures d’employés des travaux publics ou de chemineaux. Le jaune fluorescent est flash, sans aucun doute, et, son but est d’être vu ! Ce qui n’est pas pour me déplaire…
La coupe de la veste est typée Touring. Elle est longue et s’arrête au-dessous des hanches. Une ceinture d’ajustement est présente et contribue ainsi à l’étanchéité thermique de la veste.

Une fois sur le dos, elle est très agréable ; sa légèreté est surprenante et les tissus sont d’une extrême souplesse ! Le confort y est franchement douillet ! J’aime beaucoup ! Je peux bouger dans tous les sens, lever les bras, me baisser, me tordre… je jouis d’une parfaite liberté. Nous sommes loin du blouson cuir typé Sport très cintré dans lequel il n’y a plus la place pour un bourrelet supplémentaire…
Une chose intéressante au tableau des caractéristiques de la veste, il est possible d’y insérer des sachets-chaleurs. Pour préciser, il s’agit de sachets que l’on loge de part et d’autre de la poitrine et dans le bas du dos. Il suffit de les ouvrir et ces derniers, au contact de l’air, dégageront une douce chaleur durant les vingt heures à venir. Trouvez-moi donc un superlatif à douillet ! Qui dit lutte contre le froid implique automatiquement une doublure thermique amovible (dont l’efficacité est renforcée par une feuille d’aluminium) et un tissu extérieur respirant et imperméable aux intempéries.

Parlons des protections ! Outre les protections homologuées CE aux endroits habituels (dos, coudes et épaules), les différents empiècements de l’AKKOR sont en Fibre Tech BWTech 500, tissu hautement résistant à l’abrasion. Nous trouvons également de nombreuses bandes en 3M ScotchLite, matière réfléchissant la lumière (des phares, notamment).

L’AKKOR présente plusieurs possibilités de rangement : deux poches ventrales, deux pectorales, une le long de la crémaillère, deux intérieures dont une petite poche pour le téléphone portable dans laquelle mon iPhone ne rentre évidemment pas.

Bering aurait donc proposé le luxe avec sa nouvelle veste AKKOR ? Vérifions-le en selle !

L’essai du produit :

L’hiver fait encore rage dans nos contrées. La nature et les routes ne se sont heureusement pas recouvertes d’un beau manteau blanc. Je peux ainsi m’en aller chevaucher la BMW G650GS actuellement en prêt. Les bordures de routes sont, par endroit, glacées, il faudra rouler prudemment dans les coins ombragés. La BMW G650GS étant la moto idéale pour le quotidien et les déplacements urbains, la veste Bering AKKOR conviendra parfaitement à cette utilisation. En effet, c’est justement lors des déplacements du domicile au lieu de travail, dans les milieux urbains, aux heures de pointe et aux moments où le jour se lève et la nuit tombe que le besoin d’être vu sur un deux-roues est incontournable.

Je m’assure que la veste est fermée hermétiquement grâce au zip, Velcro et autres tendeurs. Je monte en selle !

La sensation de ce moelleux douillet me poursuit, j’adore ! Au cou comme aux poignets, les tissus utilisés sont doux et ne blessent pas. Le col remonte à la bonne hauteur : assez haut pour éviter que de l’air frais ne s’infiltre et assez bas pour qu’il ne gêne pas aux mouvements du casque. La coupe de la veste est parfaite et épouse sans tension les formes de mon corps. C’est surtout aux niveaux des bras, des dessous-de-bras et du dos que l’on remarque clairement que l’AKKOR a été bien étudiée… on reconnaît la rigueur de Bering ! Je ne m’en plains pas !

Après avoir roulé deux heures dans le brouillard et les averses éparses, je peux témoigner de l’étanchéité de la veste. Le tissu et la membrane utilisés sont à la hauteur de ce qu’on peut exiger d’une veste Touring. Ils protègent efficacement des infiltrations d’eau ; l’humidité ne m’a pas atteint. Seulement, je préciserai que les poches ventrales auraient pu bénéficier de fermeture étanche (elles ne présentent qu’un simple rabat de tissu en Velcro) ; il en va de même pour la crémaillère de fermeture de la veste. La mode (eh oui !) et l’efficacité sont en faveur des fermetures à crémaillère étanches.

Au sujet de la température interne, je ne prononcerai pas sur des chiffres exactes de températures au corps par rapport à la durée d’exposition à la température extérieure et de la vitesse de déplacement ; je n’ai effectivement pas d’outils de mesure à disposition. Par contre, je peux parler de mon ressenti durant les balades de ces dernières semaines.
Le thermomètre de l’air n’a guère dépassé les 5°C lors de mes précédentes sorties. Vêtu d’un vêtement respirant sans capacité thermique et d’un pull léger en Polartec, je n’ai pas senti le froid. Aucune infiltration d’air sur les reins, le torse ou sous les bras n’est à signaler !

Le jaune fluorescent, objet de polémiques ! Oui, le jaune fluorescent n’est pas très excitant, avouons-le ! Mais quand il s’agit de sécurité et précautions à prendre, je suis un fervent militant. La moto n’étant pas un moyen de locomotion des plus sécurisants, j’estime que la sécurité doit primer dans la pratique du deux-roues et dans le choix de l’équipement du motard. Osez une fois seulement porter un gilet de couleur fluorescente et observez le comportement des automobilistes et autres usagers de la route ! Vous serez sans aucun doute étonné de constater que l’on vous considère. Paraissons-nous ainsi comme des leurres de la police ? Peut-être, peut-être pas ! Une chose est certaine, porter une couleur fluorescente attire inéluctablement le regard et l’attention.
Pour ce qui est du look de la veste AKKOR dans ce coloris, sincèrement, je ne la trouve pas si honteuse. Au contraire, je me sens dans la peau du motard exemplaire qui ne lésine pas sur sa sécurité. Sur un porte-habit, elle n’est pas forcément attirante… mais une fois portée, c’est tout autre chose ! Croyez-moi !

Conclusion :

La recette simple de l’AKKOR, composée d’un tissu d’excellente qualité, de quelques morceaux de Velcro et d’une solide crémaillère, reflète tout le savoir-faire de la société française Bering. Amplement satisfait et convaincu par le produit, je ne vous cache pas que j’userai cette veste jusqu’à son dernier souffle lors de mes déplacements urbains, autoroutiers ou par faible luminosité. Les coloris fluorescents, il faut oser… certes ! Mais à voir le comportement des caisseux, nous nous en réjouissons et nous sentons plus en sécurité (et nous le sommes vraiment!).
Notre vie est tout de même plus importante que notre paraître, non ?

Remerciements à Coulon Distribution SA, importateur Bering pour la Suisse, pour la mise à disposition de cette veste AKKOR.

 

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Son confort d'utilisation (liberté de mouvement et confort thermique)
+
Sa polyvalence
+
Toute l'attention qu'on lui porte!
On a moins aimé :
-
Vetusté des technologies (velcro, crémaillères)
-
A quand des protections souples en D3O?

Fiche technique

Modèle
Marque :
Bering
Modèle :
Akkor
Tailles :
S - 4XL
Coloris disponibles
Coloris :
Noir
 
Jaune fluorescent
Catalogue
Prix de vente :
CHF 329.- (noir) et CHF 349.- (jaune)
En ligne :

Plus d'articles Equipement

Essai gants Five HG1 WP - Paré pour l'hiver
Avec le retour du froid il est temps de mettre nos mimines au chaud pour l’hiver afin de garder du plaisir à rouler. Pour ce faire, la marque Five propose ses gants chauffant sur batterie HG1 WP que nous avons pu tester durant toute une saison.
AGV SportModular - Le premier casque modulable entièrement en carbone
La célèbre marque de casque italienne AGV présente son nouveau casque modulable Sport/GT entièrement en carbone.
Bering C-Protect Air - Le gilet Airbag filaire à prix light arrive en Suisse
L'équipementier français de vêtements pour motard arrive sur le marché avec un tout nouveau Airbag filaire proposé à un tarif des plus agressif.
La nouvelle veste iXS Montevideo III décroche le "Red Dot Award" dans la catégorie Travel
Le concept novateur de veste de moto iXS Montevideo III a obtenu le Red Dot Award «Winter» dans la catégorie «Travel».
Dainese Settantadue - Une nouvelle marque contemporaine au sein du groupe italien
Au terme de 24 mois d’intenses recherches et d’études, Dainese dévoile une toute nouvelle marque qui fait son entrée au sein de la famille des marques du Groupe.
Essai casque HJC R-Pha11 – Un casque haut de gamme à prix doux
Le fabricant de casques coréen HJC a lancé cette année le successeur de son casque sportif R-Pha10+ qui prend logiquement le nom de R-Pha 11

Recherche

Hot news !

Essai Scott Summer VTD DP - Sauve ta peau quand il fait chaud
Chacun est libre de rouler habillé comme il veut, mais ça me fait toujours bizarre de voir des bras et des jambes nues sur la route. Scott a poussé l'aération de sa Summer VTD DP tellement loin que vous pourriez l'adopter et ne plus rouler sans.
Airbag moto - Le combat d'Alpinestars pour la place de leader
Le marché de l'airbag est hétéroclite. Des géants du secteur des équipements y côtoient des petit fabricants qui ne font que ça. Le nom est peut-être identique, mais les produits sont loin d'être comparables !
Essai gants Five RFX1 - Laissez faire un spécialiste
Trouver les bons gants c'est important, c'est ce qui nous relie aux commandes de la moto. La marque Five s'y consacre exclusivement, à la recherche du meilleur gant possible. Avec le RFX-1 je suis comblé, il faudra trouver encore plus convaincant pour m'en faire changer.
Essai casque Bell Bullitt - De 1971, il ne garde que le look
Avec la mode des Café Racer et autres Scrambler qui reviennent en force, les équipements ont pris le même virage vers le vintage. Les intégraux étaient rares à l'époque, le Bell Star de 1971 en était un et il est de retour sous le nom de Bullitt.
Essai du casque Arai RX-7V - Nouveau jalon des casques intégraux haut de gamme
Après sept ans de service, Arai remplace son RX-7GP. La marque misant tout sur la sécurité plutôt que sur le look s'est imposée de nouveaux standards, atteints avec le nouveau RX-7V.
Voici pourquoi il faut changer un casque après une chute !
On se demande parfois après une chute s’il est vraiment nécessaire de changer son heaume. On a beau nous expliquer que l’intérieur du casque se déforme et qu’il n’absorbe plus les chocs... tout ça reste relativement abstrait.

Liens Partenaires