Essai publié le

Kawasaki ZX-10R 2010 – Sportive accomplie

Texte de Jimmy Gurtner / Photo(s) de Patrick Schneuwly et Josh Fassbind
Imprimer cet article

Elle paraît déjà oubliée, la ZX-10R 2010, depuis l’arrivée de sa tonitruante remplaçante pour 2011 (notre essai). Bousculée cette année par les sportives européennes, BMW S1000RR en tête, la Kawa s’avérait pourtant la plus aboutie des hypersports japonaises. Sur route, elle s’est montrée aussi enivrante qu’efficace!

En découvrant le modèle d’essai, fraîchement sorti du camion de l’importateur, devant la concession 100% 2 Roues, je contiens difficilement mon enthousiasme. Dans ce très réussi coloris noir à jantes or, la ZX-10R a la classe! Doté d’un gabarit valorisant, sans faire « grosse sportive », le missile de chez Kawa en impose rien qu’à l’arrêt. Les yeux sont accaparés par de jolis détails, tels les disques de frein « pétales », l’échappement Akrapovic (en option) ou l’amortisseur de direction Öhlins.


Les lignes tendues des carénages sont atténuées par ce coloris noir, conférant une allure plus fluide à la moto. On aurait bien sûr préféré un peu de vert, mais force est de constater que le noir lui va très bien. Les clignotants avant, montés sur les tiges des rétroviseurs, déroutent un peu mais confèrent une finesse bienvenue à la tête de fourche.

D’une pression sur le démarreur, le quatre-cylindres s’ébroue et ronronne discrètement. L’échappement Akrapovic est certes esthétique mais, dans cette version homologuée, ne déchaîne pas les passions. Laissant chauffer le moteur, je me penche sur le tableau de bord de la bête pour un rapide examen. Compact, le bloc compteurs est extrêmement bien conçu. L’écran digital qui « s’insère » dans le compte-tours affiche la vitesse, le rapport engagé, un total kilométrique, un trip partiel et… un chronomètre embarqué! Cela sent l’outil pour enfants pas sages… Revenons-en au bloc compteur et plus spécifiquement au compte-tours. Il restera (et de loin) le plus lisible que j’aurai eu sous les yeux. En cadeau bonus, il dispose d’une « green zone », les graduations de 6’000 à 12’500 tours/minute étant teintées de vert. Quand on sait que la puissance maxi est atteinte à ce dernier régime, il est facile de supposer que la Kawa donnera le meilleur d’elle-même dans cette partie du compte-tours. On y reviendra…

Leçons de sport

Rejoignant tranquillement le trafic, je constate dès les premiers tours de roue que la ZX-10R n’est pas une sportive à pattes de velours. La position n’est pas aussi contraignante que sur une MV Agusta, le moteur n’est pas aussi caractériel que celui d’une Ducati, mais on est bien loin du côté presque « scooter » d’une GSX-R… La faute à une partie-cycle rigide et à un appui assez prononcé sur les demi-guidons. Vivable au quotidien, la Kawasaki ne renie clairement pas ses gènes de pistarde. Une fois sur des axes plus ouverts, on devient beaucoup plus serein en emmenant plus naturellement la moto, qui se laisse volontiers conduire.

Mais les joies de la moto, c’est piloter, avaler des courbes et en redemander une fois arrêté! Sur la Kawa plus que sur les autres japonaises, on doit justement s’investir pour la faire aller où on le souhaite. Contrairement à une CBR 1000, d’une facilité déconcertante, la « verte » se mérite, rechigne à plonger sur l’angle sans y être franchement invitée. Elle se rapproche sur ce point des R1, qui demandent un certain engagement pour passer d’un angle à l’autre. Sans l’habitude des sportives et un petit bagage technique au niveau du pilotage, plus d’un motard pourra perdre son latin au guidon de la Kawa.

Pour les habitués de sensations sportives, là, c’est autre chose! L’engin sollicite sans cesse notre attention et refile des fourmillements dans la main droite! Elle promet vraiment de belles choses, cette Kawasaki. Un aller-retour pour déjeuner dans le Jura français allait me permettre de juger du potentiel sportif de la machine.

The green zone

Après quelques kilomètres d’autoroute, exercice dont la Kawa se tire honorablement grâce à sa protection efficace, les petites routes me tendaient les bras! Ayant bien sûr oublié mon roadbook à la maison, j’ai fini par me perdre peu après mon passage en France. Le temps de retrouver ma route, j’avais accumulé du retard, une excuse en or pour forcer l’allure! Durant cette quarantaine de kilomètres, la « green zone » a pris possession de la ZX-10R… Passés les 6’000 tours, le bloc Kawa commence à souffler fort. A 8’000 tours, la poussée tout simplement grandiose tire le paysage en arrière et s’accentue encore jusqu’à atteindre son apogée à 12’500 tours, dans un hurlement jubilatoire!

C’est évidemment à ce moment que le premier virage m’a sauté à la figure! Au moment de prendre les freins, le doute m’a effleuré… puis m’a dépassé alors que les étriers monobloc mordaient les disques et que la ZX-10R, plongeant très légèrement vers l’avant, se retrouvait à une vitesse frisant le ridicule. Pour une mise en bouche! Saluons ici le grip très sécurisant des Dunlop Qualifier, irréprochables tout au long de l’essai. Ils avaient pourtant fort à faire pour supporter les accélérations démentielles et le freinage zéro faute de la machine.

Au fil des kilomètres, la Kawasaki s’est avérée un véritable outil pour rouler fort. Sa partie-cycle très rigide garantit une stabilité sans faille, sauf sur les bosses, qui vous secoueront dans tous les sens. Son moteur, une fois au-dessus des 8’000 tours/minute, vous catapulte jusqu’au prochain virage. La combinaison de ce moteur et du châssis est magique, la ZX-10R suivant littéralement le regard et avalant les courbes à toute vitesse avec une aisance presque agaçante. Car une fois son mode d’emploi assimilé, il devient impossible de prendre la Kawa en défaut sur route, en gardant une belle marge de sécurité. Le tout à des vitesses insensées! Finalement, j’arrivai avec cinq minutes d’avance sur mon rendez-vous. Le temps de couver amoureusement du regard la Kawa, machine à exploits, qui avait bravement rempli sa mission.

La question…

Elle est simple et redondante: quel est l’intérêt d’une sportive sur route? En prenant pour exemple cette ZX-10R 2010, l’intérêt premier réside dans le pilotage et la sécurité active qu’il procure. Il faut s’appliquer, avoir des gestes fluides et se concentrer sur la route devant soi. Le revers de cette médaille, c’est la vitesse, qui augmente très (voire trop) facilement. En restant lucide et en sachant réfréner ses ardeurs, on profite en toute quiétude d’une moto exceptionnelle, qui remontera même le temps pour vous! En attendant 2011…

Merci à FIBAG AG, importateur Kawasaki, pour le prêt de cette ZX-10R.

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
L’esprit sportif de cette Ninja
+
Le bloc compteur très réussi
+
La très bonne stabilité sur l’angle
On a moins aimé :
-
Ne pas la rouler sur piste
-
Stresser pour son permis
-
Les rodéos sur mauvais revêtement

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Kawasaki
Modèle :
ZX-10R
Année :
2010
Catégorie :
Supersport
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
4 cylindres en ligne, 4 temps, 4 soupapes par cylindre
Cylindrée :
998 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
188 ch à 12'500 tr/min
Couple max. :
107.8 Nm à 8'700 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Carter humide, antidribble
Partie Cycle
Châssis :
Double poutre en épine dorsale, en alu
Suspension AV :
Fourche téléscopique inversée Ø 43mm entièrement réglable
Suspension AR :
Mono-amortisseur Uni Trak entièrement réglable
Pneu AV :
120/70 – 17
Pneu AR :
190/55 – 17
Freinage
Frein AV :
Double disque Ø 310mm, étriers monobloc à 4 pistons, fixation radiale
Frein AR :
Simple disque Ø 220mm, étrier 1 piston
Dimensions
Longueur :
2'110 mm
Empattement :
1'415 mm
Hauteur de selle :
830 mm
Poids à sec :
179 kg
Réservoir :
17 litres
Catalogue
En ligne :
Garages :
 

Plus d'articles Moto

Suzuki serait en train de travailler sur une GSX-R300
Les petites sportives ont le vent en poupe, notamment grâce au championnat Supersport 300 où les R3, Ninja 400 et autres RC 390 R se taillent la part du lion. Or, Suzuki entent apparemment revoir sa petite GSX-R.
Triumph Thruxton R "Martini Racing" by Hess Motorrad AG
Chez Hess Motorrad à Ostermundigen (BE), on sait magnifier les motos pourtant déjà très belles d'origine pour certaines. Nous pensons notamment à la Triumph Thruxton R.
Un chauffard trahi par sa vidéo postée il y a un an sur Facebook
Un motard allemand résidant à Zürich a été trahi pas sa vidéo postée il y a un an sur le groupe Swiss Race-Community sur Facebook le montrant rouler à près de 300km/h sur route ouverte.
MV Agusta de retour en Moto2 avec Forward Racing
Après bientôt 42 ans d'absence, MV Agusta fera son retour l'an prochain en Grand Prix, en collaboration avec l'équipe Forward Racing pour 4 saisons de Moto2.
Yamaha dépose un brevet pour une V-Max à trois roues
On se doute bien que la nouvelle Yamaha Nikken dont les réservations viennent d'ouvrir ne restera pas sans suite. Voici un premier indice avec le dépôt d'un brevet pour une V-Max dotée de trois roues.
Le système de réservation en ligne de la Yamaha NIKEN est désormais disponible
Le système de réservation en ligne de la NIKEN 2018 est désormais disponible

Recherche

Hot news !

La Yamaha T7 surprise lors d'un roulage à Milan
La très attendue Yamaha T7 vient d'être surprise lors d'un roulage dans les rues de Milan dans ce qui devrait être sa robe définitive preuve que sa présentation officielle devrait se faire à la fin de l'année.
Un châssis de S1000RR en impression 3D
Après la HP 4 Race et son châssis entièrement réalisé en carbone, le constructeur à l'hélice démontre encore aujourd'hui son savoir-faire et sa technologie avec ce châssis de S1000RR réalisé en impression 3D.
Essai Husqvarna Vitpilen 701 – Une vraie surprise
De retour sur les routes, Husqvarna explore de nouveaux horizons et propose, avec sa Vitpilen 701, un modèle ébouriffant, abouti et vraiment très très fun à rouler. On a testé la bête à Barcelone et on a aimé.
Essai Ducati Panigale V4 S - Nouvelle ère, nouvelle reine
Après 30 ans de bons et loyaux services, le bicylindre à 90° des Superbike Ducati est remplacé par un V4 ultra-technologique et sensationnel. La marque italienne prend un virage à... 90° dans son histoire avec sa Panigale V4.
KTM 690 Enduro et SMC R – Elles reviennent !
On les aimait mais la norme Euro4 les a bannies. Rassurez-vous, les Katoches 690 Enduro et SMC R reviennent ! Merci à MCN pour ces clichés.
Honda RVF 1000 V4 – Young Machine est certain qu'une sportive V4 arrivera
Nos confrères japonais de Young Machine sont certains qu'elle finira par arriver, mais de qui parle-t-on ? De la Honda sportive dotée d'un V4 qui doit prendre la suite des mythiques RC30 et RC45.

Liens Partenaires